Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 Prom'nons nous, dans les bois ! [Flashback PV RB]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cirion
¤ Seigneur du Lebennin ¤
¤ Seigneur du Lebennin ¤
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 22/09/2011
▌VOTRE AGE : 20
▌MESSAGES : 6294
▌ROYAUME : Aucun
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌COMPETENCES : Devine ?
▌CITATION : En cas de guerre mondiale je file à l'étranger

Feuille de route
Argent: 6300 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Prom'nons nous, dans les bois ! [Flashback PV RB]   Jeu 21 Jan - 18:05

Un soleil de crépuscule se reflétait au travers les eaux calmes du Poros, baignant le paysage d'Ithilien dans une douce lumière orangée. La nuit recouvrait lentement les bois, réveillant les bêtes et les créatures nocturnes. Fixant le fleuve d'un air songeur se trouvait un homme de Gondor. Il avait le teint légèrement hâlé des gens vivant a proximité des cotes et un regard vert étincelant. Perdu dans ses pensées, il tirait à un rythme régulier sur une pipe en bois, relâchant une légère fumée grise. Le bruit reposant de la rivière l'avait replongé dans la nostalgie de Pelargir. Sa cité d'adoption lui manquait. Un mois qu'il avait quitté le plus grand port du Gondor. Un mois loin de l'Océan. Ulmo lui manquait. Il n'était pas obligé de participer à cette mission, Alahir lui avait accordé un mois de repos après la bataille du Tolfalas. Cependant, l'ancien pirate avait bien compris l'importance de cette opération. Aussi avait-il fait une croix sur ses vacances après seulement cinq jours de pause : temps cruels pour les officiers de Gondor. Les mouvements de troupes de plus en plus inquiétants en Ithilien et en Harad avait nécessité une réaction. Le pays des dunedains du sud ne pouvaient laisser ces traîtres et ces ignobles créatures rôder si près de ses terres. Voilà pourquoi Cirion avait emmené avec lui cent cinquante hommes, tous rôdeur de Faramir. Mieux valait prendre des guerriers guéris, habitués à la forêt, à dormir à la belle étoile. La quête ne serait pas de tout repos. Le voyage s'était passé sans anicroches. Peut être la discrétion du groupe avait elle jouée, peut être qu'aucune compagnie ennemie ne passait par là. Quoiqu'il en soit, nuls ennemies n'avaient tenté d'empêcher la traversée de l'Ithilien jusqu'au fleuve. Après quatre jours de voyages, les rangers de Cirion avait enfin atteint l'objectif, le gués de Poros. Un point stratégique essentiel au Gondor. Un point stratégique à surveiller pour obstruer si possible, la communication entre la puissance de la tour noire et celle qui s'élevait en Harad.
Le capitaine avait alors donné la soirée à ses hommes, jugeant qu'ils faisaient trop sombre de toutes façons pour entamer la construction d'un camps. Il avait passé une partie de la fin d'après midi à discuter avec ces combattants, venant des quatre coins du royaume du sud, pour mieux les connaître, mieux les comprendre, puis il s'était écarté des autres pour méditer. Le seul ami qui l'avait accompagné était Eredil, qui avec Cirion, était le seul à pouvoir quitter les mers pour rejoindre l'armée de terre, en raison de ses qualités de bretteur exceptionnelles. Aussi était il le seul avec qui lequel le capitaine s'entendait vraiment. Aussi fut il celui à le tirer hors de ses pensées.

"Eh bien, ami, tu m'as l'air bien songeur."

Le navigateur se décontracta en la présence du guerrier. Si Eredil était un homme sérieux, il était doué doté d'une décontraction qui dépassait l'entendement. S'asseyant à coté du chef, l'épéiste resta silencieux quelques instants, puis ouvrit la bouche :

"La première fois que j'ai quitté mon chez moi à Cair Andros, j'ai erré dans les rues du marché. Au milieu des marchands et des étalages, j'ai entendu un bruit qui ne m'était pas familier. J'ai couru jusqu'aux remparts, j'ai grimpé les escaliers et j'ai vu le fleuve de l'Anduin. Je m'étais alors dis que rien ne pouvait surpasser sa beauté."

"Tu étais enfant. Aujourd'hui, nous avons tous perdu cette capacité à nous émerveiller devant un rien. Pourtant, dès que je revois la cote, je m'en souviens. Et quand j'entends le cri des mouettes, je redeviens un gamin moi aussi."

"Ne soit pas si mélancolique, nous rentrerons chez nous plus tôt que tu ne le penses. La construction d'un campement ne devrait pas être longue avec tant de mains d’œuvres, et la compagnie d'Orthag ne devrait pas tarder."

Le capitaine hocha la tête, puis chassa de son esprit ses rêves de grand large. Le bretteur avait raison. Pas plus d'une journée serait nécessaire à dresser le campement, et pas plus de dix jours pour en faire un avant poste solide. Encore engourdie, il se releva et repris la direction du camps. Les hommes étaient assis autour du feu et chuchotaient entre eux. Devant l'arrivée de leur supérieur, ils relevèrent la tête, interrogateur. Cirion secoua la tête puis s'assit lui aussi non loin du feu et pris pars aux discussions. Le barde de la troupe, Lirio, chantait la chute de Sauron à la fin du second age. Accompagné à la harpe, il récitait les paroles dans un chuchotement presque inaudible. Rapidement, les hommes se turent pour écouter le chant. Lirio était sacrément doué. Quand la dernière note s'éleva dans les airs, elle fut accueillie par de nombreuses félicitations. Lirio salua, puis retourna s’asseoir au coté du capitaine.

"Tu as bien chanté ce soir, Lirio."

"Merci mon capitaine."

Le jeune garçon se détendit et tira de son paquetage une légère pipe qu'il commença à bourrer maladroitement. La plupart des hommes en firent autant. Le soleil avait disparu à l'horizon. Seul la Lune éclairait maintenant le frêle campement. Un bruit de sabot retentit. Aussitôt, les hommes en alerte posèrent une main sur la garde de leur épée. Aucun guetteur n'avait signalé l'arrivée, le cavalier était donc loin et seul, si on se fiait au léger bruit qu'il faisait. Cirion quant à lui, s'était déjà redressé et se dirigeait vers les guetteurs du Nord. Quant il fut proche, il entendit le son d'un dialogue. Iathro, l'éclaireur, revenait. Quand il croisa le regard de son capitaine, il eu un hochement de tête qui signifiait le début de leurs ennuis. Un rapide échange lui permit de savoir qu'une troupe d'orque arrivait tout droit du nord et tenterait de franchir les gués de Poros d'ici deux jours. Selon les estimations, une centaine de combattants, guère plus. Sans doute un message au Harad songea Cirion. Les gondoriens étaient en surnombre, mais si Cirion voulait choisir l'emplacement d'une embuscade, il devrait quitter les bordures du fleuve. Or, les chariots d'approvisionnement et de matériel nécessaire à la construction de l'avant poste ne serait ni transportable, ni discret. Il fallait laisser des hommes ici. Quant il rejoignit l'endroit ou les hommes s'étaient installés, le capitaine leur fit signe de se lever.

"Une compagnie d'orque arrive du nord. Ils sont moins nombreux que nous, mais nous ne pouvons transporter nos chariots dans les bois. Aussi, la moitié des hommes resteront là sous les ordres d'Atlant. Les autres viendront avec moi. La compagnie une me suit, donc, ainsi que la moitié de ceux de la seconde compagnie."

Eredil le rejoignit immédiatement, et les hommes se mirent en route. Ils étaient dans l'urgence, car ils savaient que les orques avanceraient sans relâche, et il fallait arriver suffisamment en avance pour mettre en place un piège. Les hommes marchèrent toute la nuit et trouvèrent enfin un point ou embusquer les orques au lever du jour. Bien sur, il n'était pas impossible qu'il se trompasse, et que les orques n'empruntent un autre chemin mais il fallait bien commencer quelque part et c'était là la route la plus directe vers les gués du Poros et du Harad. L'avenir leur donnerait raison, ou tord...

60 Lignes.


Carnet de Route



Oscars & Souvenirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Prom'nons nous, dans les bois ! [Flashback PV RB]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ a trasher ] Prom'nons nous dans le bois...
» [Défi] Promenons nous dans les bois
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: Ithilien-
Sauter vers: