Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 Retour au bercail ( Ouvert)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Boromir du Gondor
Général en Chef du Gondor¤ Fils de Dénéthor II ¤ Frère de Faramir
Général en Chef du Gondor¤ Fils de Dénéthor II  ¤  Frère de Faramir
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 08/11/2010
▌VOTRE AGE : 23
▌MESSAGES : 1478
▌ROYAUME : Mordor
▌VOTRE RANG : Général

Feuille de route
Argent: 7 360 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Retour au bercail ( Ouvert)   Jeu 14 Jan - 22:56

Les jours se faisaient sombres à l’Ouest, l’Ombre du Mordor gagnait de plus en plus de terrain sur la lumière. Rien n’était vraiment fait pour entraver l’avancée du Mal et chaque jour passé représentait donc une victoire des forces maléfiques. Pourtant dans le passé, et plus précisément au Deuxième Age, les Peuples Libres s’étaient serrés les coudes dans la Dernière Alliance des Elfes et des Hommes pour lutter contre les armées de Sauron. Elle avait combattue sur les plaines du Dagorlad, ainsi que sur les versants de la Montagne du Destin, elle avait écrasée les orques ce jour-là et avaient détruis leur maître. Enfin, c’est ce qu’ils avaient crus. Une ombre maléfique était restée dans les fondations de Barad-Dur et à cause du manque de vigilance des Dunedains, le Mal avait pu se reconstruire en prenant possession de forteresses du Gondor en manque d’effectif.

Le Gondor actuel est loin des beaux jours connus sous Elendil, l’Ithilien n’est plus qu’une vaste forêt déserte où seuls quelques rodeurs font tout leur possible pour freiner l’avancée des orques. Mais ces derniers ne sont pas les seuls à servir les intérêts du Grand Œil, Sauron peut aussi compter sur les hordes d’Haradrims et de corsaires venus du Sud, une masse de mauvais hommes corrompus par le pouvoir et qui sont depuis bien longtemps sous la coupe du Mal. Le Gondor est la première ligne, voir la seule ligne de défense capable de tenir tête aux forces des Ténèbres qui sortent chaque jour du Mordor. Mais les armées de ce royaume commencent à faiblir aujourd’hui, l’usure et le manque d’effectif se font sentir dans chaque forteresse. La seule chose qui fait encore tenir les hommes à leur poste s’est l’espoir. L’espoir qu’un jour, Sauron soit battu et que le peuple puisse vivre en paix. Mais tous savaient que ce n’était pas pour tout de suite. Pour l’instant, c’était surtout la paye qui faisait que les soldats restaient fidèles au Gondor et que de nouvelles recrues arrivaient de toutes les régions pour servir sous les bannières.

Boromir, en tant que Général, avait un devoir que ce soit envers le Gondor, envers son peuple, mais aussi auprès de son père. Des responsabilités plus importantes lui incombaient parce qu'il était le fils du Surintendant, il était destiné à prendre sa place le moment venu et il devait se tenir prêt à cela, c'est pour cela qu'il devait apprendre des choses qui lui seraient utiles dans ce nouveau rôle. Mais pour l'instant, cela ne l'importait que peu, il préférait se concentrer sur la défense de la frontière Orientale du Territoire. Chacune des garnisons des cités exposées à la menace de l'Ennemi étaient soumises à une pression constante. Dans un tel contexte, il n'était pas rare que des hommes craquent. Le Dùnedain voulait montrer à ces fiers soldats qu'il était avec eux sur le terrain et qu'il était près à se battre à leur côté si c'était nécessaire. Il se rendit à Pelargir, puis à Cair Andros et revint vers Minas Tirith après avoir rendu une visite à son frère à Osgiliath. Ce dernier se portait bien, la relation entre les deux frères avait toujours était bonne, malgré le climat plus que tendu qui régnait entre Faramir et son père. Il n'y avait jamais eu de rivalité entre les deux hommes, Boromir l'estimait à sa juste valeur.

Le Gondorien était de retour à la Cité Blanche, à chaque fois qu'il la voyait cela lui donnait de baume au cœur, il avait toujours cherché à la protéger et il ferait tout pour qu'elle soit préservée. Il alla saluer quelques gardes qu'ils connaissaient bien, certains d'entre eux étaient même devenu des amis au fil du temps. Suite à cela, il alla se reposer un bref instant dans ses quartiers. Un repos bien mérité. Il n'avait que trop peu de temps pour se poser un peu, il n'en avait pas le temps et surtout pas le droit. Trop de choses reposait sur ses épaules pour qu'il se permette un tel écart de conduite ! Cependant, s'il voulait être au top de ses capacités, il devait un tant soit peu fermer les yeux. S'il ne faisait pas, il risquait d'en pâtir sur le terrain, mais pas seulement lui, également les hommes qui seraient placés sous son commandement. Boromir ne se permettrait pas que des personnes payent ses erreurs. Il dormit donc quelques temps, cela lui fit le plus grand bien.

Il fut réveillé quand quelqu'un tambourina à sa porte. Il ouvrit et reconnut tout de suite l'individu, c'était un des serviteurs de son père, il exigeait sa présence. Le Dùnedain ne souhaitait pas faire attendre son père, elle s'habilla en conséquence en portant une belle brigandine de cuir noire portant le signe de l'arbre blanc. Il accrocha sa broche et prit tout de même ses armes. Il se mit ensuite en route et rejoignit le plus rapidement possible la salle du trône où l'attendait son géniteur. Les portes lui furent ouvertes et il pénétra à l'intérieur de la pièce. Quelques individus étaient présents sur les bords de la salle. Le Général ne les reconnut pas, de simples serviteurs ? En tout cas, ce n'était pas des seigneurs du Gondor, sinon ils les auraient tout de suite reconnu. Il vit son père en train de parler à un individu qu'il lui faisait face. Il faisait dos à Boromir, mais il avait pourtant quelque chose de familier. Il ne connaissait pas l'identité de cet homme, ni des autre personnes sur les bords de la pièce et ne souhaitait donc pas trop se montrer familier.

L'homme s'arrêta donc à une certaine distance des deux individus et s'annonça:


«-Vous m'avez fais mander, père ? »


Oscars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Thalion II
Protecteur du Sud ¤ Grand-Amiral du Gondor ¤ le Juste
Protecteur du Sud ¤ Grand-Amiral du Gondor ¤ le Juste
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 26/06/2015
▌VOTRE AGE : 64
▌MESSAGES : 482
▌ROYAUME : Dol Amroth
▌VOTRE RANG : Prince de Dol Amroth
▌COMPETENCES : J'peux pas en dire plus.
▌CITATION : "C'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme..."

Feuille de route
Argent: 13 617 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Retour au bercail ( Ouvert)   Ven 15 Jan - 11:26

Elphir et Oscarn étaient partis, Erchirion, Lothiriel et Amrothos dormaient sûrement déjà et son épouse également. Imrahil était seul, parcourant les Jardins du Prince à travers la nuit, étant seulement éclairé par la pâle blancheur de la lune. Il s'arrêtait toutes les minutes pour cueillir différentes fleurs et restait même parfois quelques instants à genoux, à regarder dans le vide. Les années étaient passés, cela faisait presque 30 ans, mais Imrahil ne pouvait pas s'empêcher de penser à sa défunte sœur Finduilas. Elle était le rayon de soleil qui emplissait de joie toute sa famille et l'ombre l'avait emporter, sans que personne ne puisse la protéger ou la retenir. Elle était sa confidente, son amie la plus proche, il l'aurait voulu à ses côtés pour surmonter ses doutes, éclairer son esprit, mais elle était partie... Il y a déjà bien longtemps, Imrahil le savait dès l'instant où elle s'en est allée vers Minas-Tirith pour épouser l'homme qu'elle aimait, il était heureux pour elle et en très bon terme avec Denethor, son mari.

Mais au fil du temps, alors qu'elle se languissait et dépérissait, il en voulut à cet homme qui involontairement, certes, tuait sa chère sœur. Puis quand le drame survînt ce fut le choc, Imrahil exigea après l'enterrement que la sépulture de Finduilas soit confié à ses parents et qu'elle s'en retourne en sa maison, mais Adrahil ne l'entendit pas de cette oreille et accorda au veuf, Denethor, de l'enterrer dans le caveau des Intendants. Le Prince était jeune, il ne comprit pas la décision de son père à l'époque, mais au fur et à mesure que le temps passaient, il mûrit et comprit pourquoi son père avait fait cela . Finduilas aimait Denethor, de tout son cœur, si ce n'était pas le cas elle serait rentrée à Dol Amroth avec ses enfants depuis bien longtemps, elle avait choisit la mort par amour. Cette conclusion avait en apparence apaisé Imrahil, du moins c'était vrai avec Denethor, inutile de plus torturer cet homme, mais en réalité, il s'était sentit abandonné, il l'avait trouvé égoïste et encore aujourd'hui il se demandait si elle avait pensé à lui, à Ivriniel, à Adrahil quand elle sentait la vie la quitter. Il aurait tant voulut qu'elle voit ses enfants comme il aurait souhaité qu'eux, puissent connaître leur tante.

Elle laissait derrière elle, deux enfants, Boromir et Faramir, l'aîné fut couvé après le drame par son père, qui lui reporta toute son affection pour noyer son chagrin. Mais Faramir, qui était très proche de sa mère, fut l'oublié, Denethor l'avait rejeté et accusé de la mort de sa mère. Boromir aimait son frère, mais il ne se dressait pas forcément face à son père pour le protéger, Faramir restait silencieux et acceptait tristement son sort, il aimait son père et il voulait lui prouver son amour. Boromir le savait, comme tout le monde en réalité. Imrahil leur rendaient souvent visite dans leur enfance, il leurs offraient des présents venant de Dol Amroth et racontaient à ses neveux des histoires de sa famille, de leur famille. Le Prince de Dol Amroth défendait Faramir quand il le pouvait et encourageait son frère à prendre sa défense, Finduilas n'aurait pas voulut de tout cela pour son fils cadet et il le savait mieux que quiconque. Mais rarement il avait l'occasion de se dresser contre la volonté du Surintendant, il fallait avant tout éviter l'incident diplomatique et surtout avec des querelles de familles. Plusieurs fois il a demandé à Faramir de devenir son écuyer et de venir à Dol Amroth, mais celui-ci refusait catégoriquement, il voulait rester auprès de son frère et de son père...

Imrahil avait finit de cueillir les fleurs préférées de Finduilas, demain il partirait vers Minas-Tirith pour lui rendre visite et en même s'entretenir avec l'Intendant concernant l'ombre qui grandit à l'Est et la guerre imminente. Le voyage allait durer une journée entière, mieux valait-il le faire en carrosse pour que le Prince puisse rédiger des lettres pendant son périple. Le lendemain, comme prévu il attendit le retour d'Oscarn et Elphir, laissa la régence à ses fils et il partit avec son escorte vers la capitale du pays de la pierre. Il ne fit aucune escale bien qu'il passa aux abords de cités comme Linhir et Pélargir, il traversa en fin de journée les plaines de Lossarnach et c'est là qu'ils établirent leur camp pour entrer au petit matin dans la Cité Blanche. Tandis qu'on leur ouvrait la gigantesque porte de la cité, les officiers sonnèrent de leur cor et les habitants se réjouirent comme d'habitude de l'arrivée de ceux de Dol Amroth, ils étaient vus par le peuple de la cité comme des gens d'un autre monde, hors du temps, presque comme des elfes. Les servants jetèrent quelques pétales dans la foule alors que le carrosse princier montait jusqu'à la tour d'Ecthelion. Arrivé au dernier étage, Imrahil descendit de la voiture et décida de continuer le reste de la route à pied avec deux de ses gardes. Il était habillé de sa toge d'apparat en soie blanche et azur, sa couronne aux ailes de cygnes sur la tête, sa gigantesque broche ressemblant plus à une épaulière surplombant sa toge et retenue par une ceinture noué au torse et bien entendu il portait les fleurs qu'il avait rassemblé il y a deux jours pour sa sœur.

Il traversa le grand hall de la salle du trône et s'inclina légèrement devant l'Intendant avant de le rejoindre pour lui faire l'accolade, après tout il était son beau-frère.


[Imrahil, Prince de Dol Amroth] « Salut à vous frère et Intendant Denethor ! Je me réjouis de vous revoir en si bonne santé en ces temps sombres. Pouvez-vous mander quelqu'un pour tenir ses fleurs ? »

Il approcha ses lèvres de l'oreille de son interlocuteur et il murmura doucement de façon à ce que seul lui entende ses paroles.

[Imrahil, Prince de Dol Amroth] « Je les ai apporté pour Finduilas, j'aimerais bien lui rendre visite après notre entretien si vous le permettez. »

Il se recula et repris sa déclaration officiel comme si de rien n'était.


[Imrahil, Prince de Dol Amroth] « J'ai hâte de discuter avec vous, j'ai beaucoup de nouvelles, bonnes et mauvaises, du Sud à vous rapporter mon Intendant. Où allons-nous nous installer ? »

Alors qu'il posait sa question les portes de la salle s'était ouverte et quelqu'un avait marché à leur rencontre, Imrahil ne s'était pas retourné mais quand l'homme s'adressa à son père de sa voix, il reconnut immédiatement son neveu Boromir, Le Prince se retourna alors et dit sur le ton de la plaisanterie en souriant.

[Imrahil, Prince de Dol Amroth] « Quels temps sombres vivons-nous pour qu'un neveu ne reconnaisse, ni ne salut son oncle ? Moi aussi je suis heureux de te voir Boromir. »


« Mais au-delà, dans le grand fief de Belfalas, résidait le Prince Imrahil en son château de Dol Amroth au bord de la mer, il était de haute lignée, et les siens aussi, hommes fiers et de grande taille, aux yeux gris de mer. »


Les vrais Sunbros regarderont:
 
Revenir en haut Aller en bas
Denethor II
Intendant du Gondor

Intendant du Gondor
avatar

Féminin
▌INSCRIT LE : 12/01/2014
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 4371
▌ROYAUME : Gondor
▌VOTRE RANG : Intendant du Gondor

Feuille de route
Argent: 302 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Retour au bercail ( Ouvert)   Sam 16 Jan - 21:01

Dans la Salle du Trône où siégeait Denethor, il y avait aujourd’hui foule. De toutes les provinces du Gondor et même d’ailleurs, le Gondor ayant récemment noué une nouvelle alliance avec les nobles Elfes du Lindon mené par Maglor, on était venu pour se rencontrer et discuter de l’avenir des grands Royaumes de laTerre du Milieu dans la guerre qui, lentement, se rapprochait toujours plus de ses habitants. Quelques Rohirrims étaient également présents, afin de souligner le renouvellement du serment d’Eorl, comme il en fut discuté à Orthanc entre le Surintendant et le Roi Theoden du Roi, ce qui confortait indirectement tous les autres Peuples Libres. Voir à nouveau ces deux grandes nations s’allier et se promettre assistance et soutien mutuel était un acte des plus positifs et sage dans les temps actuels.

C’est aussi pour ceci que le Surintendant avait convoqué en ce jour tout ce monde, mais pas seulement eux. Des membres de sa famille étaient également là, à commencer par ses fils, Boromir, qu’il désirait voir pour lui parler d’une chose importante, et Faramir qui, malgré le peu d’amour qu’il lui portait, restait tout de même de son sang. Enfin, Denethor avait invité une personne qui le rapprochait le plus de la seule personne qui l’ait jamais aimé, Finduilas, sa défunte épouse : le Prince Imrahil de Dol Amroth. En tant que frère de Finduilas et donc son beau-frère, il était nécessaire qu’il puisse participer à cette petite réunion de famille. Cependant, Denethor redoutait de revoir son beau-frère. Il savait qu’il le tenait ou le tient toujours pour responsable de la mort de Finduilas. De plus, le voir lui rappelait tellement sa défunte épouse que des souvenirs douloureux l’assaillaient à chaque fois qu’il posait les yeux sur Imrahil. Non pas qu’il y ait une grande ressemblance physique entre le frère et la sœur, mais certaines petites choses et manies comme les intonations de la voix ou la façon dont les yeux du Prince devenaient rieurs et presque espiègles lorsqu’il souriait… Tout ceci lui rappelait Finduilas et sa tristesse qu’il avait enterré au plus profond de son cœur de pierre revenait alors en lui disant que malheureusement elle n’est pas si facile à occulter…

Et c’est bien vite que tous ses sentiments se manifestèrent à nouveau à Denethor, en voyant son beau-frère traversé le grand hall de la Salle du Trône d’un pas décidé. Assis dans son trône d’Intendant, Denethor ne se levait jamais pour accueillir ses invités. De toute façon, peu de ces derniers étaient véritablement des hôtes de marque, car par exemple ni Maglor de Lindon, ni Theoden de Rohan n’étaient présents. Cependant, Imrahil avait un rang de grande noblesse en sa qualité de Prince et était également son beau-frère. Pour ceci, Denethor se leva péniblement de son trône – ses articulations ne lui laissaient aucun répit depuis sa longue chevauchée de retour d’Isengard – et fût très surpris en voyant que son beau-frère lui faisait une accolade. Il eut même d’abord un mouvement de recul en le voyant s’approchant si près de lui et il se sentit fort mal à l’aise car ils étaient en public. Mais finalement il se laissa aller et rendit son accolade à son beau-frère en répondant dans un léger sourire :

En si bonne santé, je n’en suis pas aussi sûr que vous, mais je suis aussi heureux de vous revoir, cher Imrahil.

Entendant la requête du Prince, il fût heureux qu’il ne puisse voir l’expression de son visage, qui à cet instant précis reflétait la souffrance de la perte d’un être très cher. Il répondit aussi bas qu’Imrahil :

Vous n’avez pas à me le demander, mon frère. Vous êtes sa famille tout comme je le suis. Vous pourrez passer autant de temps qu’il vous plaira avec elle…après notre entrevue.

Comme Imrahil reprenait une distance convenable entre un Prince et un Surintendant :

J'ai hâte de discuter avec vous, j'ai beaucoup de nouvelles, bonnes et mauvaises, du Sud à vous rapporter mon Intendant. Où allons-nous nous installer ?

J’en ai aussi, bonnes et mauvaises, à vous communiquer. Peut-être sont-ce les mêmes, mais nous aurons tout le loisir d’en discuter. J’ai fait préparer une petite salle où nous pourrons nous restaurer et discuter seul à seul, avec mes fils, que j’ai bien entendu également convier.

A peine eut-il finit sa phrase que les portes de la grande salle s’étaient rouvertes et, bien qu’il n’avait plus la vue de sa jeunesse, il devina de suite l’identité du nouvel arrivant grâce à sa démarche. Une démarche décidée, fière, et militaire. La démarche de son fils aîné et héritier, Boromir. Imrahil ne le vu pas de suite, comme il lui faisait dos, mais comme les yeux de Denethor s’étaient éclairés de joie, chose qui ne se produisait, depuis la mort de Finduilas, qu’en présence de Boromir, il se retourna et salua son neveu avec humour, tandis que ce dernier demandait :

Vous m'avez fais mander, père ?

Oui, mon aîné. Nous avons, toi, ton oncle, ton…frère… et moi-même, des choses à discuter. Allons dans la salle prévue à cet effet. Nous y serons plus tranquilles.

Il tapota doucement l’épaule d’Imrahil et fit de même à Boromir en passant près de lui puis ouvrit la voie vers cette salle en question. En chemin, il fit savoir à un garde d’indiquer le lieu de leur présence à Faramir quand il arrivera, puis il poursuivit son chemin d’un pas lent et vouté dont chaque mouvement le faisait souffrir. Une fois dans la salle, il s’assit avec soulagement dans le fauteuil prévu pour lui, plus confortable que les autres pour son dos, puis indiqua à Imrahil et Boromir de prendre place et de se servir en vin. Un serviteur leur apporta des verres en argent et une grande carafe du même métal, et les servit. Prenant son verre, Denethor le porta à ses lèvres et en bu une longue gorgée, espérant, pour le bien de la poursuite de cette réunion de famille, que Faramir ne le ferait pas attendre trop longtemps…




Oscars 2015:
 


Personnages joués : Sauron Le Grand x3 (Sauronne) // Legolas Vertefeuille (Leggy)
Revenir en haut Aller en bas
Faramir fils de Denethor
Capitaine du Gondor
Capitaine du Gondor
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 08/04/2011
▌VOTRE AGE : 24
▌MESSAGES : 35

Feuille de route
Argent: 1.570 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Retour au bercail ( Ouvert)   Ven 22 Jan - 21:49

A bride abattue Faramir était rentré d'Ithilien, juste après avoir reçu la lettre de son père le conviant pour un conseil d'urgence avec d'autres leaders des Peuples Libres. Le message du Surintendant était direct, court et concis, formel... à l'image des relations entre le père et le fils pourrait-on dire. Malgré son haut rang dans la hiérarchie de Gondor Faramir se mêlait rarement des hautes discussions stratégiques qui se tenaient à la Cour de Minas Tirith. Quoi qu'il fasse il ne se sentait guère à l'aise dans ce milieu, et il se contentait jusqu'à présent plutôt bien de son semi-exil en Ithilien. Mais ici l'affaire semblait d'importance: le seul fait que des représentants du Rohan soient présents relevait de l'exploit, car leurs relations avec le Gondor n'étaient plus aussi cordiales qu'au temps du Don de Cirion.

Quoi qu'il en soit la perspective de revoir les membres de sa famille qui lui étaient le plus chers, Boromir et Imrahil, était à elle seule suffisante à Faramir pour lui faire presser le pas. Escorté d'une vingtaine de ses troupes d'élite, les gardes de la citadelle, le voilà qui venait de prendre pied à Minas Tirith. Ce n'était pas sans impressions contradictoires qu'il retrouvait la cité blanche, associée pour lui à la fois à la grandeur du Gondor, sa patrie bien-aimée, qu'à une jeunesse malheureuse et solitaire.

*Pourra-t-il se retenir une fois... rien qu'une fois, à cause de la présence d'Oncle Imrahil ?*


Mais en lui-même le jeune prince savait qu'il rêvait de chimères... et la présence de Boromir risquait de ne rien arranger. "Une statue coulée dans l'or, une autre dans le bronze"... Denethor mettait toujours un point d'honneur à comparer les deux frères devant des leaders étrangers, à la défaveur du plus jeune cela s'entendait.

Tout à ses anticipations et à ses craintes, c'est à peine si Faramir répondait cordialement aux salutations. Plus d'un courtisan sembla être surpris de la sécheresse de ce garçon toujours si poli; d'autres haussaient les épaules, mettant sans doute là sur le dos de son exode loin des réceptions de la Cour. Faramir ne put se retenir d'inspirait à fond avant d'entrer dans la Salle du Trône. Le fait qu'il soit en retard n'arrangeait rien.

La salle était bondée, et c'est à peine sur le jeune homme parvint à se frayer un chemin jusqu'au Trône en lui-même. Tous ceux qui l'attendaient était là. Son père ne semblait pas de bonne humeur, mais y avait-il là quoi que ce soit de nouveau ?

La vue de Boromir et d'Imrahil, qu'il n'avait pas revu depuis longtemps, lui redonna un peu de courage. Mais le reste du corps droit comme un I qu'il s'inclina face à son père, la main droit sur le coeur. Denethor percevrait-il la tension qui animait son fils.

-Mon Père, mon oncle, Boromir. Veuillez excuser mon retard, les routes ne sont pas sûre ces temps-ci au sortir d'Emyn Arnen.

Ce qui était vrai: les serviteurs du Mal s'enhardissait de jours en jours dans cette région reculée. Mais Faramir se maudit à l'instant même d'avoir expliqué son retard: Denethor trouverait sûrement dans cette explication un moyen pour le dévaloriser.

-Vous m'avez fait mander ?
Revenir en haut Aller en bas
Boromir du Gondor
Général en Chef du Gondor¤ Fils de Dénéthor II ¤ Frère de Faramir
Général en Chef du Gondor¤ Fils de Dénéthor II  ¤  Frère de Faramir
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 08/11/2010
▌VOTRE AGE : 23
▌MESSAGES : 1478
▌ROYAUME : Mordor
▌VOTRE RANG : Général

Feuille de route
Argent: 7 360 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Retour au bercail ( Ouvert)   Dim 24 Jan - 15:25

Il ne prit conscience que de l'identité du fameux inconnu lorsque celui-ci se retourna. Boromir ne s'attendait pas à le voir ici. Du moins d'habitude, son arrivée lui était annoncée et il n'était donc guère surpris de le voir. Il avait toujours  apprécié son Oncle avec qui il s'entendait très bien. Il le salua avec humour, ce qui fit sourire le général du Gondor. Il répondit joyeusement:

«-C'est un plaisir de vous voir , mon oncle ! J'espère que vous avez fais bon voyage ? »

Sur ces mots, son père répondit à sa précédente question qui datait de son entrée dans la pièce. Il n'était pas seulement là pour voir son oncle, ils devraient parler de choses plus importantes. Cela concernerait probablement l'ensemble du royaume, peut-être qu'on lui donnerait de nouveaux éléments qu'il ignorait encore. Cela pourrait se montrer instructif, il restait donc vigilant et attentif. Il suivit Imrahil et l'Intendant dans une salle où ils pourraient parler plus tranquillement sans que des oreilles ou des yeux indiscrets viennent les épier. Ils s'installèrent autour d'une table après que son père leur ait indiqué qu'ils pouvaient s'asseoir. Ils se servirent du vin. Boromir en but deux-trois gorgées, il était délicieux, un léger goût mielleux qui était loin d'être désagréable. Il remarqua la signature du Dorwinion, ils n'avaient jamais été déçu par les vins provenant de ce royaume. Ils attendirent plusieurs minutes sans mot dire avant que Faramir ne montre le bout de son nez:


«Faramir ! Tu as rencontré des orques sur la route ? »

Une fois qu'il eut sa réponse, il se tourna vers son père pour que celui-ci leur disse pourquoi ils étaient ici.


Oscars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Denethor II
Intendant du Gondor

Intendant du Gondor
avatar

Féminin
▌INSCRIT LE : 12/01/2014
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 4371
▌ROYAUME : Gondor
▌VOTRE RANG : Intendant du Gondor

Feuille de route
Argent: 302 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Retour au bercail ( Ouvert)   Dim 24 Jan - 16:08

Lorsqu’enfin Faramir entra dans la Salle, c’est à peine si Denethor consenti à tourner la tête vers son fils cadet. Néanmoins, comme Imrahil et Boromir l’accueillaient et le questionnait sur le motif de son retard, Denethor éleva la voix pour qu’elle couvre les autres et répondit d’un ton cassant et mauvais à l’attention de Faramir :

La raison de ton retard m’importe peu. Tu es en retard, point. Te considères-tu donc si important pour te permettre de nous faire tous attendre, Faramir, Capitaine du Gondor ? Assieds-toi, que nous puissions enfin commencer.

Il attendit que Faramir se trouve une place – évidemment il choisit un siège à côté de celui de son frère – et, congédiant les derniers serviteurs et gardes, qu’il relégua devant la porte avec pour ordre de ne laisser entrer personne sous aucun prétexte, il prit la parole :

L’heure est grave. Nous avons un fort encore en construction sur la rive orientale de l’Anduin, près du pont en ruines de Pelargir. Le Sud m’inquiète fortement, plus encore que le Mordor que j’estime cependant préparer un mauvais coup à l’abri derrière ces monstrueuses montagnes qui me gâche la vue.

Il prit son verre, bu deux longues gorgées, la dernière laissant échapper un mince filet de vin rouge qui lui dégoulina sur le menton, puis il reprit :

Le Mordor, j’en fais mon affaire. J’ai appris à connaître mon ennemi, je l’ai même combattu un jour par la pensée. Je ne connais cependant que très peu de choses sur le Sud et ces tribus barbares et basanées qui le peuplent. Nous ne pouvons cependant restés passifs à attendre qu’ils viennent sonner à notre porte. Vous savez que nous avons lancé une attaque éclaire sur Harnen. La cité est actuellement en reconstruction par les troupes du Sud et je ne permettrais pas qu’elle se relève et arbore un quelconque emblème de ces sauvages. Elle doit être reprise.

Denethor tourna ensuite son attention vers son beau-frère :

Imrahil, « Protecteur du Sud » fait parti de tes titres. Que penses-tu de la situation actuelle du Sud ?




Oscars 2015:
 


Personnages joués : Sauron Le Grand x3 (Sauronne) // Legolas Vertefeuille (Leggy)
Revenir en haut Aller en bas
Faramir fils de Denethor
Capitaine du Gondor
Capitaine du Gondor
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 08/04/2011
▌VOTRE AGE : 24
▌MESSAGES : 35

Feuille de route
Argent: 1.570 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Retour au bercail ( Ouvert)   Dim 14 Fév - 10:49

"Faramir ! Tu as rencontré des Orques sur ta route ?"

Le principal intéressé laissa échapper un sourire: l'entrain et la bonne humeur de son aîné ne manquait jamais de lui remonter le moral.

-Plusieurs groupes en effet. Il devient difficile de les affronter en bataille rangée, ils imitent nos tactiques et se redéploient sans cesse. Il faut dire que la seule mention des frères de Gondor dans le camps adverse suffit parfois à leur faire rompre les rangs.

Comme prévu, l'enthousiasme de Faramir fut rapidement douché par une remarque cinglante de son père. Mais curieusement, le jeune homme ne se sentait ni abbatu ni désemparé. Avait-il déjà épuisé son quota de dépression sur le chemin vers Minas Tirith ? Ou peut-être commençait-il à relever la tête et à réaliser que l'opinion de son père n'était pas représentative de ce qu'il était réellement. La présence de son frère et de son oncle devait y être pour quelque-chose.

Toujours est-il qu'il resta impassible lorsque son père les conduisit dans la salle de discussion et leur exposa les dernière nouvelles. Il fronça juste les sourcils lorsque son père affirma avoir déjà combattu l'ennemi "par la pensée". Y avait-il un lien avec les séjours prolongés du Surintendant dans la Tour d'Echtelion ? Il n'y avait pas trente-six moyens de combattre par la pensée, et de même le prix variait très peu. Mais il résolut de laisser cette question de côté pour plus tard. Le reste du discours de son père était bien plus inquiétant. Les tribus Haradrims s'agitaient dans le Sud. Il se savait directement concerné, car si les mauvais hommes et les orques se décidaient à mener une initiative coordonnée, l'Ithilien ne pourrait pas résister très longtemps. Historiquement les hommes de Harad avaient toujours été un plus grand danger pour le Gondor que le Mordor. Son inquiétude était telle qu'à peine le discours de son père terminé il prit son courage à deux mains et enchaîna:

-Harnen est une menace directe pour l'Ithilien. Depuis Emyn Arnen je peux facilement envoyer des cavaliers et des rangers pour un raid sur la ville, mais à l'heure actuelle je ne dispose pas des effectifs suffisants pour agir seul. Mais troupes sont déjà trop peu nombreuses pour tenir l'ensemble de l'Ithilien, et les Orques s'agitent du côté de Minas Morghul. Mais avec la participation de Dol Amroth et des renforts d'Osgiliath et de Cair Andros, une offensive de ce type pourrait être envisageable.

Mais il avait parlé trop vite, car Imrahil n'avait pas eu le temps de répondre à la sollicitation de Denethor. Faramir se mordit la langue: encore des remontrances en perspective...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour au bercail ( Ouvert)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour au bercail ( Ouvert)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour au bercail
» Retour au bercail
» Retour au bercail...
» Retour au bercail [PV Grenaak]
» .xXx.Retour au bercail.xXx.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: Anorien :: Minas Tirith-
Sauter vers: