Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 La cité renaît d'un long passé oublié.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kannako

avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 24/04/2012
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 38
▌VOTRE RANG : Grade 1
▌CITATION : “Les mots ne bâtissent pas de murs.”

Feuille de route
Argent: 2.450 po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: La cité renaît d'un long passé oublié.   Jeu 7 Jan - 12:44

Chapitre premier : Le conseil



Le soleil était à peine levé et les feux de camp se rallumaient petit à petit. Une légère odeur d’infusion d’herbe embaumait déjà la grande tente direction. Les pants épais du tissu blanc de l’entrée faisaient osciller la quantité de lumière entrante. Les aboiements d’un chien au loin étaient la seul chose brisant le silence.

Kannako fit un tour de table du regard. Les cinq hommes autour de lui le fixaient, ne le quittant du regard que pour porter les petites tasses qu’ils tenaient jusqu’à leurs bouches. Kannako avait l’impression qu’au moindre faux pas, ils se jetteraient sur lui comme une meute de loups sur une proie isolée. Il faut dire que la majorité voulait avoir son poste ou bien avait été à son poste. Cette information était bien présente dans l’esprit du bâtisseur.

Il prit une minute en plus avant déposer le parchemin qu’il tenait entre les mains et d’écarter les mains qu’il avait posées sur la table. Son dos était droit et sa tête ni relevé, ni abaissé.

« Savez-vous pourquoi vous êtes ici ? » Il ne lassa même pas le temps à quiconque de prendre la parole. « Vos raisons vous son propre et ne m’intéressent pas. En revanche si je suis là, c’est pour rebâtir une cité qui était jadis grande, puissante et respectée. Pourquoi elle ne les plus ? Cela ne m’intéresse pas. Pourquoi nous devons la rebâtir ? Cela non plus ne m’intéresse pas. Là seule chose qui m’intéresse et qui devra vous intéresser à partir de maintenant, est que quand quelqu’un la verra pour la première fois, il se demande qui a bien pu participer à un  projet qui a rendu cette ville si grandiose. »

Kannako écarta encore les mains un peu plus l’une de l’autre. Observa attentivement chacune des personnes présentes. La lumière grandissait rapidement et les visages apparaissaient plus nettement. Aucun des interlocuteurs de Kannako n’avait bougé depuis son intervention. Seul l’homme barbu à sa droite avait serré les dents. Son physique trapu et les traits carrés de son visage laissé à penser que la subtilité n’était pas sa meilleure amie.

«  Si personne ne veut rajouter quelque chose nous allons commencer. » Là non plus pas une tête n’avait bougé.

« Bien, nous procèderons par étapes. La première chose à faire et la plus essentiel pour la suite, sera de rénover le port suffisamment pour pouvoir faire venir le matériel par bateau. J’ai déjà fait un tour avec Qatada et les structures ne sont pas trop endommagées, en tout cas moins que ce qu’elles auraient pu. » L’homme nommé fit une affirmation de la tête. C’était le plus jeune des cinq et celui qui avait les cheveux les plus clairs. Kannako continué de parler des grues et des chariots qu’il fallait faire construire. Qatada baisa les yeux. Zahed qui était à côté de lui avait été son maitre. Sa barbe gris lui rappela que cela faisait déjà de nombreuses années qu’il avait fini son apprentissage. Il se souvenait d’un bâtisseur qui aimait les défis, qui s’animait en essayant de nouvelles techniques de poutre portante. Qatada fit plusieurs allé-retour du regard entre son ancien maitre et Kannako. Finalement il posa sa main sur la jambe de Zahed. Celui-ci sera les yeux quelques secondes et réinséra sa dague dans les plis de sa manche.

«Khalis, vos ouvriers vont se concentrer principalement sur l’ornementation de la ville et principalement sur celles du palais. Les portes principales et le port attendront. Nous n’utiliserons que très peu d’or pour les décorations donc à vous de me démontrer votre ingéniosité pour l’utiliser intelligemment. Je vous laisse voir avec Wadji les détails du financement. » Il fit un signe de tête affirmatif et jeta un regard au visage du trésorier. Il s’arrêta une fraction de seconde sur la lèvre supérieure déformée de celui-ci avant de regarder de nouveau Kannako.

« Je pense que l’on  peut se donner rendez-vous tous les deux jours à cette heure afin de s’accorder sur les différents points. » Il marqua une courte pause. « Je voudrais voir Honain et Qatada un moment avant d’aller rendre compte à Eldanar. »

Kannako acheva sa phrase en resserrant ses deux bras et en unifiant ses mains. Il attendit délibérément que les hommes se levassent avant d’ajouter :

« Une dernière chose, je suis ouvert à toute sujétion de votre part quant à ma façon de faire. » Il se resservit une tasse de thé et ne la lâcha pas du regard jusqu’à ce que seuls les deux hommes restèrent à ses cotés.

Ils conversèrent encore une demi-heure, réglant certains points important et finalement le bâtisseur s’éloigna de sa tente pour se rendre auprès d’Eldanar.
Revenir en haut Aller en bas
Kannako

avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 24/04/2012
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 38
▌VOTRE RANG : Grade 1
▌CITATION : “Les mots ne bâtissent pas de murs.”

Feuille de route
Argent: 2.450 po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: La cité renaît d'un long passé oublié.   Jeu 7 Jan - 12:58

Chapitre deuxième : Promenade

Quand Kannako attacha sa petite gourde d’eau et attrapa son bâton pour partir faire ça ronde habituelle, il remarqua non sans étonnement que cela faisait un peu plus d’une lune que les travaux avaient réellement commencée. Heureusement pour lui les fondations des principaux bâtiments n’avaient pas été endommagées par le temps ce qui avait rendu bien plus rapide la reconstruction de la cité.
Avec l’installation des tentes la superficie de la ville avait plus de doublé. Une grande partie d’entre elles se trouvaient á l’extérieur des remparts qui croissaient de jour en jour. Kannako à leur vision se remémora une conversation qu’il avait entendue aux portes de la baraque qui servait de bureau à Eldanar. Il semblait y avoir de plus en plus de problème entre la population pour avoir un emplacement de tente à l’intérieur. La politique du bâtisseur y était pour quelques choses. Les quartiers riches étaient distribués aux familles importantes et aux généreux donateurs qui supportaient le roi dans la reconstruction de Harnen. Cependant la partie populaire était offerte aux ouvriers les plus méritants et á ceux prouvant leur allégeance envers le roi. Evidemment les marchands étrangers et certains esclavagistes comptaient sur une somme d’argent raisonnable afin d’obtenir une maison près du marché et savaient faire des histoires. Cette option avait était longuement discutés et désapprouvée par certain avant d’être finalement acceptée.
C’est à travers toutes ses habitations de toiles épaisses de couleur et de formes différentes que kannako marchait en direction des portes continentales. Les deux têtes de serpent sculptées sur chaque colonne encadrant la grande porte de bois, ne laissaient apercevoir d’elle-même que des silhouettes inachevées. Il faudra qu’il parle à Khalis, cela faisait deux jours que les statues devraient être terminées. L’ombre du cadran masqua le soleil levant. Il savait que le plus important n’était pas encore de terminer la porte. Certaines parcelles de murailles n’étaient pas encore complètement reconstruites alors en cas d’attaque à quoi bon fermer les portes si le mur est ouvert. Néanmoins l’aspect symbolique ne devait pas être négligé.
Derrière le pas de la porte des gardes finissant leurs rondes de nuits chassent un marchand de fruits qui voulait s’installer dès le petit matin trop près l’allée. Kannako fit une pause pour reposer un peu sa jambe et ferma les yeux un instant. Les odeurs de la cité l’envahissaient. Bien sûr au milieu de la place du marché elles étaient bien plus fortes mais  en étant justement plus écarté elles se mélangeaient avec l’odeur du fleuve et la légère brise les emportaient jusqu’aux portes continentales.  
Il rouvrit les yeux pour voir Thale, le fils d’un forgeron très habile qui s’était fait remarquer par ses ouvrages de qualité. Se faire remarquer et quelque chose de difficile dans une ville remplit d’artisans. Au départ aux alentours de deux mille personnes étaient parties avec la première caravane. Depuis impossible de savoir vraiment mais plus du double devaient se trouver dans la cité.
Le constructeur devait se rendre au port afin de vérifier la cargaison de pierre arrivant du fleuve. Il lui faudrait donc passer par les quartiers riches car il arrivait des portes du sud. Il fallait reconnaitre que Khalis savait y faire dans la parure des habitations noble. Il y avait des fioritures un peu partout, des volutes et quelques sculptures par-ci par-là. La plupart des bâtiments avaient deux ou trois étages mais certains un peu plus. A droite se voyait au croisement de deux rues le palais. Ses grandes colonnes extérieures et son toit légèrement pentu le recouvrait sur la grande majorité du bâtiment. Seule au centre ce voyait les grands étages pyramidaux de type ziggourat. La hauteur de l’édifice était vraiment impressionnante et le mathématicien qui avait aidé Kannako s’était tiré les cheveux sur l’établissement des plans.
Il passa finalement aux dessous de la porte Ouest, dite « porte du faucon ». Tout au bout de l’allée se distinguer mal les mure circulaire de la toute nouvelle arène. L’ancienne cité n’en possédait pas mais Encore une fois tout était mis en place pour garder et créer la loyauté des sujets. L’arène avait généré de grosses revenues alors qu’elle n’était même pas encore finie. Le peuple assisté au spectacle, les pièces affluaient des paries et les meilleurs guerriers se faisaient remarquer. Tout le monde avait à y gagner.    
Á cette heure ci néanmoins aucun bruit de combat ne pouvait s’entendre. Kannako essaya de traverser rapidement l’énorme place du marché. La ville devait être source de revenu, facilitée par le transport des marchandises par les voies maritimes, elle était destinée à devenir une place tournante. Bien que l’heure fût très matinale, il y avait déjà pléthore d’étales et de petites échoppes. Les marchands de poisons installant des tonnelets, les tisserands époussetant leurs marchandises, des vendeurs de remède plus ou moins douteux. Ces derniers étaient très obstinés à vendre des cataplasmes en tous genres afin de lui soigner la jambe.
Finalement le bâtisseur aperçut les entrepôts du port. Hornain révisait déjà le registre avec son importateur. Kannako trouvait toujours ça étrange de le voir avec un livre dans les mains car son physique trapu ne laissait aucunement deviner qu’il maîtrisait plus les chiffres que les armes.
Une longue journée l’attendait et il devait encore aller vérifier une fissure découverte sur les murs d’une caserne se situant dans les quartiers militaires.
La journée serait longue mais kannako était satisfait, les travaux seraient bientôt finis.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kannako

avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 24/04/2012
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 38
▌VOTRE RANG : Grade 1
▌CITATION : “Les mots ne bâtissent pas de murs.”

Feuille de route
Argent: 2.450 po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: La cité renaît d'un long passé oublié.   Ven 8 Jan - 4:52

Chapitre troisième : Rêverie

Il n'en revenait pas. La vitesse à laquelle cette ville avait pu renaître de ses cendres était simplement incroyable. Évidemment il faudra du temps pour que toutes les maisons des bas quartiers échanges le bois pour de la pierre. Malgré ça du haut de l'avant dernier étage du palais, le balcon offrait une vue stupéfiant sur le corps de cette cité.

Kannako était en son cerveau, le palais était le centre décisionnel et administratif. La politique si déroulé déjà sous l'égide de Eldanar lors de réunions dans la grande salle pendant que les bureaucrates s’activaient à la comptabilité. Beaucoup de taxes et d’impôts devaient être mis en place, les salaires devaient être calculés et l’or entreposé dans la salle des coffres. Et pour finir les séances de doléance savaient occuper le reste des hommes travaillant au palais.

Observant la ville de son point le plus haut, Kannako distinguer clairement le reste de l’anatomie de la cité. Le marché était sans aucun doute le cœur, les trainées de gens entrant et sortant de tous les côtés faisant circuler les marchandises. Malgré la taille démesurée de celui-ci, il était toujours difficile de circuler à certaines heures. En permanence un brouhaha juste tolérable se faisait entendre et dans certain coin, les vendeurs criaient tellement pour attirer l’attention que Kannako s’obligeait à faire un détour pour ne pas les traverser.

En suivant les artères de marcheur, on pouvait se diriger sur l’arène ou bien sur les quartiers militaires ou encore sur les diffèrent quartier d’habitations mais même si les marchandises repartaient du marché, Kannako savait qu’elles étaient presque toujours arrivées par le port.

Le port accueillait une quantité de bateau respectable mais comme pour le moment la nouvelle de la renaissance de Harnen attirait tous les ambitieux, il fallait en général aux embarcations une à deux journées d’attente. Seuls les navires de matériaux avaient un accès direct et il en serait ainsi jusqu’à la fin des travaux. Le port et ses entrepôts étaient trop loin pour que Kannako ait la possibilité de voir les hommes en actions mais il y avait passé suffisamment de temps pour savoir que les travailleurs faisaient la file pour avoir la possibilité de décharger la prochaine cargaison et ainsi gagner une journée de salaire.

Au même instant sur sa droite une troupe de garde sortait en rang de l’enceinte militaire et se dirigeait vers le Nord-Est en direction des faubourgs des « Anciens seigneurs ». En effet à cet emplacement se trouvaient les fondations de l’ancien palais. Kannako avait voulu recentrer celui-ci et surtout l’agrandir. Le nom donné vient du passé du lieu mais aussi du fait que justement maintenant c’est un des quartiers des plus peuplés et des plus pauvres. Ainsi telle une plaisanterie des autres arrondissements les habitants de ce lieu fut appelés « les anciens Seigneurs ».

Le travail abattu était simplement incroyable pensait simplement Kannako en s’accoudant. Et il avait attendu depuis qu’il avait pris la route il y a des années de pouvoir faire partie d’une telle entreprise. Il ne pouvait s’empêcher d’être orgueilleux de la réussite du projet que lui avait confié le roi. En se remémorant le chemin qu’il avait pris pour arriver là il ne put commencer à se perdre dans ses pensées.

Après quelques minutes il sursauta d’un seul coup. Le cri d’un Mumak l’avait fait sortir de sa torpeur. S’il arriverait à si habituer ? Kannako n’en était vraiment pas certain. Détournant la tête il contempla au loin revenant de l’oasis un groupe de trois de ses animaux qui semblaient revenir vers leur camp à l’extérieur où s’étaient installés les éleveurs.

« Monsieur le conseil et là, ils vous attendent »

Kannako s’aperçut que le serviteur devait être là depuis plusieurs minutes mais qu’il n’avait pas osé le déranger.

« Bien, prévient les de mon arrivée »

Il jeta un dernier regard derrière lui est soupira pour lui même:

" Oui j'arrive" Le serviteur fit signe de tête et se retira.
Revenir en haut Aller en bas
Sathemptis Ier
Grand Empereur du Sud ¤ Roi Doré du Haradwaith ¤ Seigneur des Taÿrs

Grand Empereur du Sud ¤ Roi Doré du Haradwaith ¤ Seigneur des Taÿrs
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 03/02/2013
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 240
▌ROYAUME : Royaume du Harad
▌COMPETENCES : Oui

Feuille de route
Argent: 800 Po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: La cité renaît d'un long passé oublié.   Ven 8 Jan - 20:06

Eldanar était désormais habitué à la célèbre capacité de marchandage et de négociation des nomades suderons, à leur mode de vie basé sur le commerce et les petits échanges quotidiens. Mais il n’avait encore pas eu l’occasion d’assister à un tel développement de moyens, et surtout à une telle efficacité. Lorsqu’ils étaient arrivés à Harnen, elle n’était pas vraiment constituée de quelques colonnes écroulées et quelques bâtiments en ruine, mais demeurait une cité plus ou moins habitable. La preuve en était la présence de plusieurs groupes de pêcheurs dans les quartiers de l’ancien port, trouvant refuge dans des tours offrant un toit encore entier, ou des bandes de pillards profitant des maisons les moins délabrées pour en faire leur campement de base. Non, la cité était plus proche d’une ville fantôme, ravagée par endroits par d’incessants affrontements, puis achevée par un abandon de plusieurs siècles. Après que le Gondor l’ait délaissée, n’ayant ni les moyens économiques ni la puissance militaire pour la maintenir, la région de l’Harondor toute entière était devenue qu’une simple zone frontalière fantôme, que ne fréquentaient que les quelques patrouilles militaires, et les nombreuses caravanes marchandes liant le Sud au reste de la Terre du Milieu.  
Mais le savoir-faire et la discipline des hommes du Harad avaient en quelques semaines à peine redonné un visage magistral à la cité. Le quartier du port était le plus abouti, et déjà les premiers bateaux, certes de taille modeste, allaient et venaient dans les eaux du Nord de la baie de Belfalas, tandis que les quelques tavernes ayant déjà ouvertes recevaient chaque soir de nouveaux clients. De par l’arrivée quotidienne de nouveaux haradrims aspirant à habiter dans la cité et des interminables conflits pour obtenir une place quelconque dans l’enceinte des murs de la ville, il était d’ores et déjà possible de dire qu’Harnen serait le nouveau pôle économique de toute la région. Peut-être même concurrencerait-elle-Amrûn, à terme. Elle pourrait être la capitale d’un nouvel empire : un second royaume dans le Royaume, au Nord de ce dernier. Eldanar se mit à se rêver à la tête des cités gondoriennes d’Harnen, de Pelargir et de Linhir, prospérant dans son propre royaume.
Quelqu’un frappa à la porte de son office, une petite caserne demeurée presque intacte, et le sortit de ses rêveries. Kannako pénétra dans le bâtiment. Un nouveau conseil était supposé se tenir plus tôt dans l’après-midi, et l’architecte venait lui rendre compte des avancements des travaux. Si l’arnorien n’était ni le plus vieux ni le plus expérimenté des quelques bâtisseurs à la tête de ce projet, il était de loin le plus assidu et le plus sérieux, et s’était ainsi distingué au fil du temps comme le second d’Eldanar en ce qui concernait la reconstruction. Les mauvaises langues diraient que leur proximité ethnique, malgré qu’ils aient tous deux passés de nombreuses années dans le désert, favoriserait leur rapprochement, et Eldanar ne saurait les contredire : retrouver quelqu’un de sa propre culture était assez confortable, bien qu’il se soit fait au contact des haradrims.


« - Les travaux ne s’essoufflent en rien et conservent le même rythme effréné, commença Kannako. Il n’y a pas grand-chose en réalité à retirer de ce conseil. Nous ne manquons de rien, si ce n’est de pierre : les ouvriers construisent plus vite que nous ne pouvons livrer. La prochaine cargaison arrivera cependant demain à la première heure, d’après les dernières informations d’Honaìn. A ce rythme-là, la cité accueillera ses premiers vrais habitants dans une ou deux années, et sera aboutie dans moins de 10 ans… Le palais en revanche est quasiment terminé : le gros est fait, et vous pourrez l’investir d’ici une dizaine de mois. »

L’architecte marqua une pause, attendant probablement une réaction. Eldanar était plus que satisfait. Harnen ne manquerait pas d’être une nouvelle fierté pour le Roi-Doré. Mais il leur en fallait plus. Le gondorien s’adressa à Kannako :

« - Tout ceci est fort rassurant. Le projet est conduit d’une main de maitre, et ne manquera pas d’être une réussite. Ton salaire reflètera la qualité du service que tu rends au Roi du Harad. Mais… J’ai une nouvelle chose à te demander. Une nouvelle idée, une nouvelle mission. Tes hommes se passeront bien de toi quelques mois. Les patrouilles font écho d’activité en Gondor. Ils n’auront pas manqué de remarquer notre présence en Harondor, bien trop près de leur frontière. Cela doit déranger Denethor, l’actuel intendant, et nous sommes bien trop exposés. Tu as fait tes preuves en tant que contremaître, bien plus que les autres bâtisseurs du Roi. Je te charge de la supervision d’un nouveau chantier. Tu seras seul cette fois, et évidemment grassement payé à nouveau. Tu devras mener les deux chantiers de front, mais ça ne te posera pas de soucis j’imagine. Je dépêcherais des ouvriers, des esclaves et des soldats. »

Ayant compris qu’il ne pouvait pas refuser un tel ordre, Kannako demeura silencieux.

« - Parfait. Tu prendras la route avec les autres après-demain. Prépare ce qu’il te faut et revient me voir s’il te faut quelque chose. »

Sans rien ajouter à l'échange, Kannako quitta la pièce. La décision de la construction de ce fort, Eldanar l'avait prise seul. Il avait bien sûr envoyer une missive à Amrûn, afin de prévenir Assan et d'attendre d'éventuels retours de son Roi, mais il avait d'ores et déjà entamé toutes les démarches nécessaires pour envoyer des hommes et des matériaux à l'endroit souhaité. Sécuriser l'Harondor était plus qu'une priorité : c'était une tâche essentielle, primordiale à la survie d'un tel chantier, et à la prospérité de la région. Comme l'avait souligné Kannako, et comme il avait pu lui même le constater, le chantier se portait plus que bien. Mais les forces en présence était bien trop réduites face aux garnisons du Gondor, et Denethor était un dirigeant imprévisible. La perte du contrôle de la zone "tampon" qu'était l'Harondor avait du le rendre fou de rage. Il fallait s'attendre à une action, et fortifier la zone était le meilleur moyen de s'y préparer. Eldanar devait prouver qu'il était capable de tenir ses engagements, et de gérer une région, sous tous ses aspects.


VOYAGE :
- De Harnen vers G10
- Heure de départ : 20 heure
- Moyen de transport : Pied
- Détail : G11=>G10
- Calcul correspondant : 4
- Durée in-game : 4 jours.
- Durée IRL : 18 heures.
- Arrivée : Le Samedi 9 janvier à 14 heure

ARMEES :
- 200 Ghulams
- 100 Archers des Dunes
- 80 Cavaliers Haradrims
- 20 Flèches Noires


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La cité renaît d'un long passé oublié.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La cité renaît d'un long passé oublié.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'avenir est un long passé ...
» L'avenir est un long passé [CALEB]
» Cité Soleil déja fragilisée, complètement oubliée après le séisme
» L'avenir est un long passé [Tour I - Terminé]
» Artemus Coffax - L'avenir est un long passé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: Harondor :: Harnen-
Sauter vers: