Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 Asmund

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neithan
Petit frère de Robinund ♥ Chevalier de la Main Blanche
Petit frère de Robinund ♥ Chevalier de la Main Blanche
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 25/01/2009
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 2421
▌ROYAUME : Ici et nulle part
▌VOTRE RANG : Mimi's fan
▌COMPETENCES : Pouvoirs de prophète de Mimi
▌CITATION : "Je le dis haut et fort, Hélicon est un beau gosse" - Miraev

Feuille de route
Argent: 0 po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Asmund   Lun 4 Jan - 0:59



Asmund


Âge du personnage: 20 ans
Race du personnage: Dunlending)
Titre: Rien
Lieu de naissance : Kitkatt
Lieu de vie : Rohan
Grade du personnage: Soldat
Allégeance: Rohan
Rang spécial: Pouet






Histoire



Cette histoire commence là où toutes les autres histoires commencent, c’est-à-dire à son début. Au début Asmund ne pensait pas qu’il quitterait son patelin paumé pour partir à l’aventure et mener une vie de chevalier. C’était dire que dans son patelin, il y avait peu de chevaliers. A peine avait-on un canasson qui trainait les marchandises depuis le marché local, mais il n’appartenait à personnne et appartenait à tout le monde. Donc pas de cheval, pas de chevalier. Sur la côte de l’Enedwaith se trouvait le village de Kitkatt, qui avait été un jour fort riche, mais où aujourd’hui on ne faisait que gratter la terre et pêcher de maigres poissons. Le Roi de Dun avait jadis étendu son influene jusque là, et juridiquement le seigneur de Kitkatt devait allégeance à celui-ci, mais vu que le Roi de Dun était aussi pourvu en canassons que ls gens de Kitkatt l’étaient, il n’avait de mémoire d’homme jamais fait le déplacement.
Le jarl de Kitkatt avait un truc bien à lui, il aimait construire des bateaux. Il en construisait de très beaux. C’était un vieux un peu fou, savant, qui regardait les étoiles et savait mesurer les distances entre elles. Son art n’avait pas de limites, et lui aurait-on laissé un peu plus de bois il vous aurait reconstruit l’Alcarondas. On disait que par sa science il était en connexion avec les dieux, et qu’un jour il emmenerait tous les gens de Kitkatt vers une terre promise, au-delà des mers. Mais vu qu’il n’y avait pas un arbuste dans ce pays, le vieux jarl passait plus ses journées à essayer de planter des arbres. Et il avait mis ses fils à la tâche. Asmund avait un frère, Robine, âgé de 5 ans de plus que lui. Alors que Robine n’avait que 12 ans, son père l’avait envoyé planter des glands qu’il avait acheté une fortune sur le marché, mais vu que Robine était un jeune garçon un peu fou, il était parti très loin. Sur la route, rapporte-t-on, il avait croisé deux belles bourges de sang plus ou moins noble, et leur avait fait la fête. La vérité était qu’elles étaient tombées sous son charme. La vérité que ces femmes allèrent raconter à leur mari était qu’il les avait violées. Robine revint le lendemain en ne disant rien à son père. Mais quelques mois plus tard deux jarls voisins courroucés vinrent demander réparation au jarl de Kitkatt. Le vieux les insulta, leur envoya des glands à la figure, et leur couru après avec sa canne en leur foutant des taloches sur les mollets, en les poursuivant de ses imprécations jusqu’à ce qu’ils décarrent de son domaine.
Mais vu que ces deux fourbes avaient plus de réflexion qu’ils n’avaient de courage, au lieu de revenir bastonner les fiers gaillards de Kitkatt, ils allèrent se plaindre au seigneur palatin qui résidait à trente lieux, et était le vassal direct du Roi de Dun, pour qu’il leur rendît justice. Entre temps, le vieux jarl avait envoyé son fils en Rohan, afin qu’il échappât à la justice du seigneur. Il se présenta néanmoins à la cour seigneuriale, et on commença le procès en écoutant les accusations des deux maris cocus, ce qui fit beaucoup rire le seigneur. Le jarl de Kitkatt, homme habile, prétendit que tout cela était inventé, que les deux compères s’étaient rendus cocus entre eux, que cette mascarade était une insulte, et qu’en plus il n’avait qu’un seul fils, Asmund, de 7 ans, qui aurait eu bien du mal à son âge à engrosser les deux femmes. Les deux compères en furent sidérés, demandèrent une enquête, qui n’aboutit pas, parce qu’on n’avait pu produire ni preuve ni témoin que le jarl de Kitkatt ait jamais eu un fils de 12 ans. L’affaire fut donc classée sans suites, et le vieux reçu une rondelette compensation pour le tort que lui avait causée cette accusation mensongère.
Cependant pendant 10 ans, les deux cocus rongèrent leur frein. Entre temps, Asmund était devenu un jeune homme fort qui chassait lui aussi la donzelle. Son père avait réussi cette année là à construire un véritable navire, avec lequel il avait paradé tout le long de la côte de Dun. Il passait désormais pour un riche et puissant seigneur, bien qu’il soit plus intelligent que riche pour le moment. Avec ce navire, ils pourraient effectuer des raids sur les côtes des autres pays. Etant jeune, Asmund avait appris l’art de son père, bon gré mal gré. S’ils avaient plus de bois, ils pourraient construire de nouveaux navires et partir à l’aventure avec leurs solides gaillards. Asmund fut donc envoyé dans la forteresse du seigneur local pour lui demander un prêt. Il leur fut accordé : mais le seigneur réclama en caution qu’Asmund devint son écuyer, bien qu’il fût un peu âgé. C’est ainsi que le comte de Kitkatt pu armer une flotte de dix navires, et que son fils apprit le maniement des armes à la cour d’Ethelwulf, seigneur en Dun. Les hommes vivant dans cette forteresse en pierre chassaient, faisaient des banquets, allaient parfois piller les terres au-delà du Flot Gris. Asmund resta un peu plus de deux à la cour du seigneur Ethelwulf. Un jour celui-ci mouru, et son fils Aewolf lui succéda : celui là était un noiraud retors et jaloux d’Asmund, qui était bien plus séduisant et habile au maniement des armes que lui. Il complota contre Asmund, et trouva bientôt un moyen. En effet nombre de jarls locaux étaient jaloux de la renommée du jarl de Kitkatt, et convoitaient ses bateaux. Le hasard voulu qu’un jour deux navires de pillards venus du cap d’Andrast détruisit un village de pêcheurs sur la côte d’Enedwaith. Les deux voisins du jarl de Kitkatt, rendus jadis cocus par son fils, jurèrent qu’ils avaient vu deux navires du jarl de Kitkatt quitter le port la veille des faits, et revenir chargés de butin le lendemain. Le jarl de Kitkatt fut convoqué devant la cour seigneuriale, et tenta de se défendre, en niant les faits. Le jarl requit une enquête. Cependant entre temps, on avait enterré discrètement dans les alentours de Kitkatt un butin copieux. Accablé, il requit un duel judiciaire, prévu une semaine plus tard. Il choisit son fils comme champion, qui devrait combattre contre le neveu du seigneur, fils justement, de l’un des deux jarls rendus cocus par Robine. Mais le lendemain, au cours de la chasse matinale, un des compagnons du seigneur tira, accidentellement prétendit-il, un carreau dans la cuisse d’Asmund. Selon la loi du fief, « nul ne peut combattre s’il ne tient sur ses deux pieds », qui remontait à une époque où un seigneur avait voulu empêcher son fils, fort teigneux bien qu’il fut unijambiste, de provoquer en duel quiconque se moquât de lui. On dut mettre Asmund au cachot, tant il était impossible de le faire tenir en place. Mécontent de cet artifice, le jarl de Kitkatt décida qu’il combattrait lui-même, et bien qu’il mit quelques coups de canne à son adversaire, il finit trucidé.
Les dieux ayant parlé, le seigneur Aewolf confisqua les terres de Kitkatt, et garda la magnifique flotte pour lui. Asmund était inconsolable, et sitôt qu’on le libéra du cachot, il prit son cheval pour tuer les jarls cocus qui avaient récupéré une partie des terres. En chemin il tomba sur un pauvre pécore, qui marchait pieds nus et dont le cocard indiquait qu’il avait récemment mangé un joli gnon.
« - Ôte toi de mon chemin, manant, si tu ne veux pas que je rende les couleurs de ton visage plus symétriques !
- Ah seigneur, de grâce ne frappez pas un pauvre hère dont tous les biens ont brûlé, de sa chaumière à sa propre tignasse !
- Comment cela ? Viendrais-tu du village qu’on a faussement dit attaqué par mon père ?
- Votre père seigneur ? Infâme truand, fils de chien, ton père serait-il une canaille de pirate ! »
Asmund lui colla un coup de poing dans l’œil gauche. Le pécore tituba et tomba sur l’arrière-train.

« Tais-toi, imbécile ! Mon père est le vénérable jarl de Kitkatt, accusé malicieusement d’avoir pillé un village avec deux de ses navires, et maintenant il n’est plus. Je m’en vais prendre ma vengeance auprès de faux témoins !
- Bon diable, mon village aurait-il été par deux fois attaqué sans que je m’en sois rendu compte !
- Imbécile ! Il n'a pu l'être qu'une fois. Jamais mon père ne l’a attaqué.
- Si cela est vrai messire, je peux le prouver. Je suis seul survivant de cet assaut. Tandis que j’ouvrais tranquillement ma porte de bon matin pour aller chercher des œufs, que me font un jour sur quatre mes poules, que d’ailleurs j’avais acheté au marché du château à un filou qui m’avait juré qu’elles étaient en bonne santé – ah si je le retrouve un jour celui-là je lui fou…
- Je n’en ai cure, viens en au fait !
- Eh bien j’ouvre la porte pour aller chercher chercher mes œufs, figurez-vous, et là une troupe semblable à un troupeau d’aurochs passe, et je me prends un coude dans la figure. Et là, plus rien, je suis assomé et enfoui dans la paille. Je peux vous dire que j’en ai encore le crâne qui tambourine, et votre coup n’a pas aidé !
- Prends garde à ce que je ne te bastonne davantage ! Et alors, qu’est-ce que tout cela me fait, étend donné que tu n’as rien vu ! Aurais-tu comme secret projet de me faire perdre mon temps ?
- De grâce, de grâce messire, ne me frappez plus.
- Parle donc !
- Je parle ! Je parle ! Voyez-vous, je me réveille aux alentours de midi, le soleil m’aveugle et je titube. A l’horizon je vois deux navires qui s’en vont, et tout autour de moi mon village brûlé, et tous les villageois transpercés de part en part comme des cochons ! Et pire que tout, ils avaient tout pris, à part mes poules ! Je leur coure après, et voilà qu’ils rigolent dans leur navire, en essayant de me décocher des flèches dans la figure. Et je reconnais bien les bougres, car moi j’en ai vu du pays, jusqu’à ce que je me prenne une flèche dans le genou. J’étais en passe de devenir un grand guerrier voyez vous, défenseur de la veuve et de l’orphelin !
- Est-ce cela ton témoignage ? Mais qui croira un pécore comme toi ! Baste, vas-t-en avant que je ne te tape !
- Attendez messire attendez ! Regardez ce que j’ai trouvé ! »

Et là le paysan sortit de ses braies un tissu noir et rouge qui ne laissait aucun doute : c’était un fanion de pirates, tout ce qu’il y avait de plus pirate ! Asmund l’attrapa par le col, et comptait bien retourner chez Aewolf pour lui demander des comptes. Cependant au même moment une troupe de huit cavaliers arriva à toute vitesse sur le chemin, et Asmund eu juste le temps de jeter le pécore dans un fossé au pied du talus. Les cavaliers l’entourèrent, et Asmund les reconnut immédiatement. C’était les hommes d’Aewolf, avec parmi eux celui qui avait tué son père. Ils ne dirent rien, et se contentèrent de rire en voyant le paysan. Ils dégainèrent leur épée. Tout devint clair dans la tête d’Asmund : ce fourbe d’Aewolf avait manigancé un complot pour prendre les terres de son père, et maintenant il allait le tuer sur le grand’chemin, loin de la vue de tous. Asmund dégaina son épée à la vitesse de l’éclair en se courbant pour éviter la lame qui siffla au dessus de sa tête. Il trancha le jarret du cheval et lui donna un coup d’épaule, le cavalier fut écrasé sur le sol, et celui d’à côté fut renversé au moment où son cheval se ruait en avant. D’un mouvement vif, Asmund sauta sur le cavalier suivant, qui s’élança en avant. Il réussit à prendre position devant lui, et lui donna un coup d’occiput dans le nez. L’homme tomba à la renverse et Asmund récupéra son épée. Asmund reprit aussitôt le contrôle du cheval, qui piétina l’homme à terre, et il se retourna contre les autres hommes qui le poursuivaient, et s’étaient tus. Une flèche lui siffla à côté de l’oreille. Une épée dans chaque main, il passa entre deux cavaliers : une fracction de seconde plus tard, ils tombaient à la renverse, leurs deux mains sur leur gorge, tentant d’arrêter le flot rouge qui sortait de leur jugulaire. Mais son cheval tomba sous lui, tué sur le coup par une flèche, et Asmund roula dans le fossé. A ce moment là il entendit le paysan, qui criait omme un goret alors qu’on l’égorgeait. Asmund se releva tant bien que mal. Attrapant un poignard sur la selle du cheval, il l’envoya dans le dos de l’homme qui était penché sur le cadavre du pécore. Asmund hurla, en courant ave un équilibre qui laissait à désirer, et alla culbuter l’homme qui avait tué son père, et qui venait de descendre de son cheval. Jusque là il avait regardé en souriant ses hommes, incapables notoires, combattre. Son dernier compagnon s’enfuyait vers le château. Alors le neveu du seigneur s’approcha, levant son épée au dessus de sa tête, prêt à en découdre. Des heures durant, par coups d’estoc et de taille, dans la rougeur du soleil couchant, ils combattirent. Coup après coup, le métal résonnait sous le choc, et les deux hommes s’épuisaient dans une lutte infernale. Au bout d’un moment, Asmund flancha et se retrouva sur le dos. Son adversaire lui aurait transperçé le cœur s’il ne lui avait donné un coup de pied bien placé sur la rotule. Le neveu du seigneur flancha sous la douleur, et Asmund l’avait débarassé de son épée, restée plantée dans la terre. Avec un cri inhumain, Asmund le renversa vers l’arrière, l’immobilisa, et l’étrangla. Au bout de quelques instants, plus aucun souffle ne sortait de la bouche du guerrier. Asmund tomba sur le côté et pleura.
Il faisait désormais nuit. Il avait ramassé son épée et constaté que le fanion avait disparu du cadavre de son pécore. Tout était perdu. S’il y avait assez de bêtise en lui pour qu’il décida de prendre d’assaut le château, il se souvint qu’il avait encore des affaires à mener. Retournant à Kitkatt, il rassembla une troupe de solides guerriers, et les emmena brûler les chaumières des deux jarls voisins, pour venger son père. Les représailles du seigneur Aewolf ne se firent pas attendre : il mena une chevauchée pour raser Kitkatt. Entre temps, Asmund avait repris le contrôle de ses bateaux, et s’en alla au loin.
Les mois qui suivirent, il mena des raids sur les côtes, au nord comme au sud. Ils amassèrent un bon butin, mais quelque chose manquait dans le cœur d’Asmund. Il se souvenait de son frère, la seule chose qui restait maintenant qu’il avait tout perdu. Il se rappelait aussi que quand il était au service d’Ethelwulf il avait un but dans la vie, rendre son père et son seigneur fiers de lui. Oui, Asmund avait à peine 20 ans, et il était à la recherche d’un destin. Sur les berges de l’Adorn, alors que le navire qui l’avait amené repartait en se laissant porter par le courant, Asmund repensait aux braises de Kitkatt fumante.  


¤ Caractère:
Asmund est un cynique, parfois teigneux et impulsif, parfois mélancolique et songeur. Il a toujours beaucoup aimé son vieux père, et bien qu'il ait peu de souvenir de son frère, il demeure très attaché à l'idée de famille. En tant que jeune seigneur, fils de jarl, dépouillé de ses terres, il ne pense qu'à la vengeance : le jour où il chope ces chiens de Dunlendings qui ont spolié sa famille, il leur fera la fête. Il rêve de raser Dun de la côte aux montagnes, périple qu'il a déjà entrepris avec la dizaine de navires qui étaient sous ses ordres pendant quelques mois. Au delà de la vengeance, ce qui lui manque, c'est un but à son existence : il rêve du grand amour, lui qui est prompt à s'éprendre de toutes les belles demoiselles qui croisent son chemin ; il rêve de justice, de ce que dans les histoires on appelle "chevalerie". Cette volonté d'acquérir un cheval n'est pas étrangère à son désir de partir vers le Rohan. On dit toujours que l'herbe est plus verte ailleurs, mais en l'occurrence elle l'est. Homme d'honneur, il tiendra toujours sa parole. L'éducation qu'il a reçu de son ancien suzerain Ethelwulf l'a rendu fidèle, mais depuis qu'il n'a plus de seigneur à servir, il en cherche un autre. Mais ne le prennez pas pour un altruiste : il sait que servir un grand seigneur est le chemin le plus rapide vers la gloire, la richesse, les femmes et le pouvoir.


¤ Physique:
Asmund a les yeux bleus comme l'océan, son regard est toujours vif et pétillant. Ses cheveux sont noirs, mi-longs et souvent mal coiffés. Désormais il se coiffe à la mode du Rohan. Il a pour habitude de se laver dans les ruisseaux, pas dans les baignoires avec de l'eau chaude comme ces tatas du Gondor. Il est de taille moyenne, peu large, et son adresse au combat repose essentiellement sur sa vivacité. Il n'aime pas combattre en armure, et il n'aime guère combattre avec autre chose qu'une épée. Assez adroit à l'arc, il préfère néanmoins l'arbalète : c'est simple et efficace. Bien qu'il soit jeune, ses mésaventures lui ont valu diverses cicatrices, qu'il compte comme des trophées. Elles lui tailladent la chair, et il compte bien se venger de certaines d'entre elles.

¤ Parentée et personnes proches: Ses amis, sa famille, ses ennemis...







Le Joueur




[/font]
© By Cirion - Eredil





    Ēphal ēphalak īdōn hi-Akallabēth.       "C'est l'hôpital qui se fout de la charité !"




Dernière édition par Asmund le Mer 6 Jan - 14:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Neithan
Petit frère de Robinund ♥ Chevalier de la Main Blanche
Petit frère de Robinund ♥ Chevalier de la Main Blanche
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 25/01/2009
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 2421
▌ROYAUME : Ici et nulle part
▌VOTRE RANG : Mimi's fan
▌COMPETENCES : Pouvoirs de prophète de Mimi
▌CITATION : "Je le dis haut et fort, Hélicon est un beau gosse" - Miraev

Feuille de route
Argent: 0 po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Asmund   Mer 6 Jan - 14:21

Voilà terminé <3



    Ēphal ēphalak īdōn hi-Akallabēth.       "C'est l'hôpital qui se fout de la charité !"


Revenir en haut Aller en bas
Théoden
Roi du Rohan ¤ Premier Maréchal de la Marche ¤ Seigneur de Meduseld
Roi du Rohan ¤ Premier Maréchal de la Marche ¤ Seigneur de Meduseld
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 04/08/2009
▌VOTRE AGE : 22
▌MESSAGES : 12615
▌ROYAUME : Rohan
▌VOTRE RANG : Roi du Rohan

Feuille de route
Argent: 0 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Asmund   Mer 6 Jan - 14:54

Bienvenu en Rohan mon chéri <3 Magnifique histoire, j'pense que tu devrais être validé seigneur direct Wink


Ex- : Gloin, Khârnalan, Uglùk l'Impitoyable, Ûndin II, Balrog, Aragorn "Grand-Pas", Gorthaur le Magnifique, Wùlf II, Brand de Dale, Pallando l'Ermite, Círdan le Charpentier, Rómena, Khârnalan, Zein la Maniaque, L'Esprit Frappeur, Er Murazôr, Vadion, Tagran, Gorthaur, Curunír le Sage, Xenophanes, Imrahil


MEMBRE VIP DU CLUB "C'EST L'HÔPITAL QUI SE FOUT DE LA CHARITÉ"  


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://leseigneurdesanneaux.forumsactifs.com
Neithan
Petit frère de Robinund ♥ Chevalier de la Main Blanche
Petit frère de Robinund ♥ Chevalier de la Main Blanche
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 25/01/2009
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 2421
▌ROYAUME : Ici et nulle part
▌VOTRE RANG : Mimi's fan
▌COMPETENCES : Pouvoirs de prophète de Mimi
▌CITATION : "Je le dis haut et fort, Hélicon est un beau gosse" - Miraev

Feuille de route
Argent: 0 po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Asmund   Mer 6 Jan - 14:57

C'est toi le King !



    Ēphal ēphalak īdōn hi-Akallabēth.       "C'est l'hôpital qui se fout de la charité !"


Revenir en haut Aller en bas
Robinund
¤ Garde du Rohan ¤ Déchu d'Enedwaith ¤
¤ Garde du Rohan ¤ Déchu d'Enedwaith ¤
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 12/08/2011
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 7864
▌ROYAUME : Là où il y a de l'or.
▌VOTRE RANG : Divinité Suprême.
▌COMPETENCES : Flemmard et Banquier !
▌CITATION : Cours ! Cours !

Feuille de route
Argent: 2.500 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Asmund   Mer 6 Jan - 18:09

Validé !





ETAIT:
 


Signas de BG's:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Asmund   

Revenir en haut Aller en bas
 
Asmund
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: [Avant d'entrer en Terre du Milieu] :: FICHES VALIDEES-
Sauter vers: