Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 [Nouvelle partie] Wulf II, Suzerain des Hommes de Dun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wulf II
Roi des Dùnlendings, Seigneur de Wulfsbourg
Roi des Dùnlendings, Seigneur de Wulfsbourg
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 01/01/2016
▌MESSAGES : 6

Feuille de route
Argent: 1.925 PO
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: [Nouvelle partie] Wulf II, Suzerain des Hommes de Dun   Ven 1 Jan - 21:44



Prénom Nom ou Surnom


Âge du personnage: La quarantaine
Race du personnage: Homme
Titre: Roi des Dùnlendings, Seigneur de Wulfsbourg
Lieu de naissance : Wulfsbourg
Lieu de vie : Wulfsbourg
Grade du personnage: Roi
Allégeance: Neutre/Lui-même
Rang spécial: Roi des Dùnlendings






Histoire





"Je suis la légende à venir. Je suis l'incarnation de notre peuple."



  Toutes les histoires ne commencent pas dans une ferme, lors d'une nuit tumultueuse, où une femme donne difficilement sa vie pour celle de son enfant à naître. D'autres ont un meilleur début, comme une prémonition heureuse à un avenir brillant.
Ce fût le cas pour un bébé déjà bien formé. Il vit le jour dans le manoir de son clan, à Wulfsbourg, capitale, si l'on pouvait l'appeler ainsi, des Dùnlendings. On le prénomma Wulf, comme un ancêtre qui jadis terrorisa les Forgoils, allant jusqu'à prendre la capitale des honnis: Edoras. Son destin serait d'ailleurs bien solitaire, sa mère multipliant les fausses-couches et les morts-nés, laissant l'héritier du trône seul dans sa fratrie.

On ne tarda pas à le faire grandir presqu'artificiellement de la plus virile des façons: de la viande et du combat. Dans un pays qui avait soif de revanche, dont le peuple avait du mal à survivre dans ces contrées inhospitalières et qui était souvent victime de troubles claniques, il fallait un chef fort, un dirigeant ambitieux et puissant. L'enfant, avide d'histoires et de légendes, s'abreuva auprès des vieux comme des sages de contes alambiqués, de récits longs et épiques où la colère et la force faisaient ployer les ennemis des héros. Notamment, le nom de Wulf revint souvent, comme marque de grandeur et exemple à suivre. Par son nom il devenait son héritier, il devrait suivre ses traces.

On l'entraîna plus tard au maniement des armes, à la familiarisation avec la stratégie, la guerre, mais aussi le commerce, qui faisait battre le cœur de Wulfsburg. Les punitions douloureuses et parfois trop cruelles suivaient les échecs et une tape paternelle dans le dos ainsi qu'un sourire était tout ce qu'il pouvait espérer en cas de réussite. Ces années dotèrent le futur souverain d'un corps de guerrier et d'un caractère brutal et sans-pitié. Les années suivantes achevèrent de démontrer que cet apprentissage fût des plus efficaces.




"Un rival? Tu dis être mon rival? Le puissant Wulf n'a aucun rival."


La mort de son père dans des circonstances douteuse, au fond d'une rivière où il s'était prétendu noyé, fût suivi d'une succession plutôt chaotique. A cette époque, le prince, âgé de vingt-cinq ans, n'était pas estimé par ses pairs qui se voyaient mieux à sa place sur le trône de la région. Celui qui serait plus tard leur souverain ne tarda pas à comprendre que ses ennemis seraient nombreux et les alliés loyaux difficiles à trouver.
Alors il eut une idée, il invita à un banquet quelques chefs connus pour leur hostilité à son égard, annonçant une nouvelle à leur donner. Ceux-ci, méfiants, ne firent pas tous le déplacement, mais ceux qui vinrent furent à peine assis que les gardes exécutèrent leurs escortes et que le roi de droit de sang les massacra avec une hache.

La tentative de révolte formée par les dirigeants assez sages pour ne pas se déplacer fût étouffée dans l'œuf lors d'assauts aussi brutaux qu'expéditifs. Les autres chefs, tantôt impressionnés, tantôt terrifiés, ne tardèrent pas à reconnaître celui qui fût un enfant rêveur comme Wulf II, roi des Dùnlendings.
On dit qu'après avoir reçu l'approbation de la majorité des clans, le nouveau maître du pays se rendit en haut du manoir et se tourna vers le Rohan puis qu'il observa l'horizon pendant des heures. La rumeur, à ne jamais prononcer à voix haute, dit qu'il défiait Théoden par quelque moyen, promettant des heures sombres à sa nation.




"Mon pouvoir est sans limite mais il est dû à mon peuple."


Le règne de Wulf II, débuté dans le sang, ne devait pas être moins rouge par la suite. L'homme qu'il était devenu se trouva être brutal, colérique et pourtant incontestablement royal dans ses actes. Il faisait exécuter sans sommation les sujets qu'il soupçonnait de lutter contre lui dans l'ombre, il massacrait parfois personnellement des espions ou éclaireurs rohirimm ou soumettait violemment les quelques rares rebelles à son autorité... Pourtant, il ne perdait jamais de vue l'intérêt de son peuple, qu'il estimait servir à chacun de ses actes.
Les titres ne lui manquaient pas: le Grand, le Sanglant, le Cruel, le Puissant, l'Invincible. Pourtant, aucun ne lui allait complètement. Il voulait égaler son ancêtre, se ramener au niveau de sa gloire, être capable lui aussi de voir son peuple heureux et ses ennemis rampants dans la boue. Il lui fallait de nouveau territoires, des terres riches et fertiles où ses gens pourraient prospérer.

Tout naturellement, il regarda à l'Est, vers les contrées de l'adversaire héréditaire: le Rohan. Pourtant, il avait un grand respect pour ces cavaliers même si une haine farouche envahissait son cœur quand il en voyait. Ses ancêtres royaux avaient dû faire des choix, les leurs aussi,  et il fallait toujours un gagnant et un perdant dans une guerre, après tout. Il n'en voulait pas à Théoden sur son trône, pas plus qu'il n'en voulait réellement à ses anciens rivaux d'avoir voulu usurper sa place.
Vingt ans de règne lui avaient appris que les choix étaient souvent difficiles et que nul peuple n'a vécu sans connaître de souffrance. Malgré tout un voisin allait bientôt connaître la colère des Hommes de Dun. Il ne manquait que le liant, l'objet qui lui permettrait de réunir une bonne fois pour toute cette nation derrière lui...

Il réfléchit et se souvint: la Masse de Wulf, jadis perdue. S'il parvenait à la retrouver, il pourrait définitivement devenir le successeur de la Légende...



¤ Caractère:


"Pour gagner une guerre il suffit de faire des morts! Mais pas pour gagner un royaume..."


On décrirait volontiers Wulf comme un être digne de son peuple, vu par les rohirrims du moins! Agressif, vulgaire du point de vue des normes habituelles des peuples libres, vindicatif et rancunier pour peu de choses, il n'est pas un homme facile à vivre. Sa grande brutalité et sa capacité à régler les problèmes par la violence l'ont amenés à se forger une réputation d'ours à forme humaine! De plus, sa mauvaise humeur quasi-constante, aiguisée par des années de règne difficile, l'ont rendus difficilement fréquentable pour qui n'est pas de son cercle intime.

Pourtant, sous cette carapace de colère, de haine et de cruauté, Wulf II reste avant tout un roi. Ses actes, mêmes les plus brutaux, sont toujours pensés en prenant en compte l'intérêt du peuple et les avantages qu'en retireront dans le futur ses gens et les clans alliés. Il sait aussi faire preuve d'une certaine ouverture hauteur d'esprit, en témoigne une hostilité plus faible que la moyenne des Dunlendings envers le Rohan et une certaine volonté d'écoute des suppliques, malgré une violence rédhibitoire.


¤ Physique:


"J'ai forgé mon corps par des années d'épreuves! Vous ne pourrez me vaincre!"


En bon colosse, le Roi Wulf II mesure un mètre quatre-vingt quinze, une taille suffisamment impressionnante pour terrifier bon nombre d'interlocuteurs étrangers. Comme tous les Dunlendings il possède une peau un peu mate, un peu bronzé, ce qui pourrait paraître étonnant dans une contrée montagneuse. Son visage est couvert de longs cheveux bruns et est mangé par une large barge dont la combinaison cache la plupart de ses expressions faciales. Seuls ses yeux savent distiller sa colère et son envie de tuer quand elles se manifestent.

Ses muscles puissants, travaillés par la guerre et l'entraînement, son souvent recouverts d'habits en peau de bêtes ou de cuir bouilli. Sur sa tête trône toujours une couronne de métal et de bois, cerclé de cornes, qui est l'emblème de sa puissance et de position de Grand Chef des Clans, de Roi des Dunlendings. Sous ses armures, les cicatrices, sans être légions, sont suffisamment nombreuses pour qu'on comprenne que le souverain n'est pas qu'un homme de cour incapable de manier autre chose que sa langue. C'est un guerrier, comme sa hache et sa masse l'ont souvent prouvé.


¤ Parentée et personnes proches: Peu à vrai dire. Il y a bien quelques conseillers, quelques anciens tuteurs, un peu de famille ci-et-là, une dizaine de bâtards allant de l'adolescence au bas-âge et autres compagnons de chasse ou d'entraînement. Cela dit, il lui manque un ami véritable et une épouse ainsi qu'un héritier légitime.







Le Joueur


Votre âge : 22 ans et toutes mes dents!
Localisation : Banlieue parisienne
Depuis combien de temps faites vous du rp ? : Pas loin de sept ans.
Sur quels autres forum êtes vous ? : Warforum/Miradelphia/Marbrume
Pourquoi ce forum ? : Parce que mon acolyte de toujours m'y a traîné par la peau des fesses!
Ma fidèle acolyte![/i]
Idées & Suggestions pour l'amélioration du forum : Rien pour le moment.


Revenir en haut Aller en bas
Daralia
Membre de la Compagnie Grise - Epée d'Evendim
Membre de la Compagnie Grise - Epée d'Evendim
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 19/12/2010
▌VOTRE AGE : 24
▌MESSAGES : 607
▌ROYAUME : Arnor
▌VOTRE RANG : Membre de la Compagnie Grise

Feuille de route
Argent: 0 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: [Nouvelle partie] Wulf II, Suzerain des Hommes de Dun   Sam 2 Jan - 17:09

45 lignes d'histoire, c'est dans les normes. Je te valide tout ça et te donne ton dû. J'ai également mis ton titre et ton équipement de départ en tant que roi dunlending.


"Eva, Jikel, Raito, Glonthein, Daralia, Mendra, RSA, et bien sûr, L'Ancien, sont heureux de vous accueillir au sein du clan des rôlistes bons à enfermer. Nous vous rappelons que le clan ne sera nullement tenu responsable des éventuels séjours en asile de nos membres."

Oscars:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
[Nouvelle partie] Wulf II, Suzerain des Hommes de Dun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle partie de Donjon & Dragons 3.5
» comment faire une nouvelle partie sur le jeu ??????
» Changements logistiques et nouvelle partie
» Lurtz l'ainé (nouvelle partie)
» Nouvelle partie - Sora

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: [Avant d'entrer en Terre du Milieu] :: FICHES VALIDEES-
Sauter vers: