Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denoris Enoras
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/12/2014
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 453
▌ROYAUME : Le Rhudaúr, dans le Royaume Ruiné de l'Arnor.
▌VOTRE RANG : Seigneur de Rhudaúr.
▌COMPETENCES : Mener mes hommes à la Gloire !
▌CITATION : Certaines personnes comprendront vite les objectifs de mon peuple… et surtout le mien.

Feuille de route
Argent: 12.500 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Mer 2 Déc - 9:37



Denoris Enoras


Âge du personnage: 28 ans.
Race du personnage: Homme de l'Arnor.
Titre: Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤ L'Indépendant Ambitieux ¤ L'Héritier de la Gloire.
Lieu de naissance : Bree.
Lieu de vie : Mithlost.
Grade du personnage: Seigneur/Roi (Grade 9).
Allégeance: Arnor.
Rang spécial:

¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤





Histoire


Né en 2988 du Troisième Âge, on m'appela Denoris, en l'honneur d'un Général du Roi du Rhudaúr, connu pour sa hargne et son talent de meneur, de combattant, et parfois même de stratège. Bien que cette partie de l'Arnor fut la première à s'effondrer, mon père, Horn Enoras, ne cessait de nous chanter les louanges d'un Royaume qui s'était injustement effondré, selon lui. J'avais un frère, Kelron, et mon meilleur ami, Yon Nethir, et ma petite sœur, Analia. Le premier était mon cadet, il me ressemblait physiquement. On avait tous les traits de notre père. Analia, elle, naquit avec les traits de notre mère, Cenisa Fena, mort deux ans après la naissance de la petite, malade. Le dernier, Yon, était mon meilleur ami. À ce qu'on dit, il était issu d'une famille de l'Arthedain, soutenant corps et âme les Rois légitimes de l'Arnor mais sans jamais être récompensé. Cela avait grandement déçu la famille Nethir, qui s'était détourné de leur devoir lors de la deuxième invasion de l'Angmar. On s'était rencontré à Bree, quand j'avais dix ans, il était fils unique. Comme les Enoras, les Nethir avaient une grande histoire à raconter.

Les Nethir, à ce que me racontait Yon, étaient une famille des moins loyales depuis que le Dernier Roi, Arvedui, avait accédé au trône. Sans vraiment savoir pourquoi, la famille détestait ce Roi en particulier. De là, la famille rompit les derniers liens qui les attachaient aux rois d'Arthedain. De Roi en Roi, les relations des deux familles s'étaient totalement dégradées, jusqu'à se rompre complètement juste avant la fin de l'Arnor. Depuis, la famille vivait à Bree avec quelques armoiries familiales, et quelques souvenirs militaires et politiques intenses. Yon n'aimait pas du tout étudier le passé de sa famille. Il voulait réfléchir à ses futures manœuvres politiques, tout comme moi, et il avait raison. Chacune de nos familles n'étaient pas de sang royal dans tout les cas, il fallait manœuvrer de manière réfléchie et sécurisée pour parvenir à la tête d'un des trois royaumes. Yon et moi s'étions mis d'accord pour accéder au Rhudaúr, malgré sa proximité avec l'Angmar. On n'avait aucun lien avec lien avec le Cardolan, ce serait déplacé de le revendiquer par le sang, mais par la force, tout serait différent. Ce sera une étape de notre prise du Royaume.




¤¤¤¤¤¤

Quand un jour, alors âgé de mes vingt ans, j'avais discuté de tout ça avec la famille, cette dernière était étrangement unanime. Même si je pouvais me douter que Kelron serait d'accord, j'avais plus de doute quant à l'approbation de mon père, et surtout celui de ma petite sœur, bien qu'on s'aimait beaucoup. Cependant, ils avaient tout les deux acceptés de quitter Bree, et donc de suivre le chemin de Mithlost. C'est alors que je m'étais isolé avec Kelron (ou plutôt que Kelron s'isola avec moi) et Yon, certainement pour nous projeter sur l'étape à suivre.

« C'est bien beau de vouloir prendre possession d'un Royaume, encore faut il avoir un soutien populaire, une armée, et des moyens. rétorqua sèchement Kelron.
– Crois-tu vraiment que nous y avions pas pensé ? On a assez d'argent pour rameuter un bon millier de partisans, militaires et politiques. répondit Nethir, comme las.
– Ce n'est pas suffisant. poursuivit mon jeune frère.
– Si ces partisans ont assez d'argent pour en rameuter d'autres, ce sera largement suffisant. En procédant ainsi, on peut rassembler des milliers de partisans et pouvoir rivaliser avec une certaine opposition. C'est une chaîne sans fin. répondis-je.
– Cela peut prendre beaucoup de temps. se borna Kelron.
– Surtout que le Rhudaúr apprécie les combattants. Si vous savez vous battre comme le dit votre père, vous pouvez montrer votre supériorité sur ce point. commenta Yon, soudain pensif.
– Denoris est complètement un héros né de l'art du combat. J'ai des progrès à faire en ce qui me concerne. m'acclama mon petit frère.
– Cela prendra le temps qu'il faudra, mais ce Royaume est loin d'être hors de portée. » conclut-je.


Parti de là, on avait déjà rassemblé nos bagages, nos chevaux et tout ce qui allait avec pour prendre la route de Mithlost. Évidemment remplies de bandits, les routes n'étaient pas sûr, au point d'être obligé de s'arrêter au moins une fois par jour pour en égorger plus d'un. De plus, Mithlost elle même était encore plus ruiné que ne le racontait Père, ou d'autres sources quelconques. Rien ne tenait debout, et chaque pierre semblait aussi miteuse qu'une maison de paysans, tandis qu'on entendait des bruits de bandits et leur vacarme assourdissant, pendant que certaines castes plus nobles ou plus militaires s'adonnaient à la fuite plutôt qu'à l'affront. Les faux nobles avaient toujours ce don de prendre leurs jambes à leur cou quand ils s'agissaient d'aller droit dans le risque et dans le combat concret.
Dans ce groupe de nobles aussi divisé que rempli de noblions vénaux et peureux, on pouvait compter quelques hommes de parole et de talent. Le plus marquant étant Azeron Reold. Cet homme à la carrière étonnante avait bien plus qu'un semblant d'honneur et un talent indéniable. Ancien commandant du Gondor et stratège de la défense de Cair Andros et d'Osgiliath, il s'est détourné de la noblesse qu'il servait et qui n'estimait pas à sa juste valeur la vie d'un soldat à Osgiliath. Cette critique ouvertement adressée à Denethor II, dès lors le Surintendant du Gondor, a provoqué sa déchéance et même un avis de recherche sur Azeron. Tuant trois gardes de la Citadelle, le Dunedain du Gondor s'était enfui vers le Rohan. Cela dit, suspicieux envers le Rohan, il continua sa route vers le Nord, croisant l'Isengard, mais ne s'arrêtant que dans le Royaume brisé de l'Arnor. Ne trouvant son bonheur dans aucun de ces groupuscules de nobles pitoyables, Reold fonda son propre groupe, mettant en valeur la vie du soldat, et de chacun des citoyens du Royaume de l'Arnor. Presque conquis par ses idées innovantes, je m'isolai avec cet homme très intéressant.

« Monsieur Reold, je m'avoue intéressé par vos paroles… commençai-je.
– Vous êtes loin d'être le premier. Imaginez trois chefs de groupuscules nobles. Le premier, le meneur est un homme fin, petit, chauve, pitoyablement maigre, et qui n'a de détermination que si l'argent est au bout du chemin. Le deuxième, un Gondorien, aussi attiré par l'argent que le premier, mais ingrat envers son entourage que sa mère serait prête à le tuer. Le troisième, un homme d'honneur, prêt à donner son argent, et à gagner que par la droiture et la justice d'une loi érigée sous les acclamations d'un peuple heureux d'avoir, pour une fois dans leur vie, un homme véritablement droit à leur tête. Vous êtes un paysan, qui choisissez-vous ? demanda-t-il, aussi sérieux que froid.
– Vu sous cet angle… Vous êtes d'une éloquence hors du commun, Seigneur. répondis-je, comme vaincu.
– Je ne compte pas devenir Seigneur de Rhudaúr, et encore moins de l'Arnor. Je m'assurerai juste que ce dernier tienne sa parole. Ma place est auprès de l'armée que je commanderai au nom de l'honneur et de la justice. dit Azeron.
– Sans avoir la volonté de rompre à votre idée, croyez-vous vraiment qu'un homme puisse rester sur un chemin de justice sans y inclure l'appât du gain ? demandai-je, avec la pointe d'inquiétude quant à la nature de sa réponse.
– J'y croirai jusqu'à la mort. Je suis né pour ça. Cela dit, votre questionnement est loin d'être idiot, au contraire. avoua-t-il.
– Bien que cela semble déplacé de ma part, je peux être l'Homme de vos rêves. tentai-je.
– Ha ! J'en ai vu défilé, des hommes de cette trempe ! Nous verrons bien, tôt ou tard. Et j'ai une première mission pour vous, puisque vous y tenez tant, Ser… dit le vétéran gondorien.
– Denoris. Denoris Enoras, de Bree. Je descend d'une famille ancienne du Royaume du Rhudaúr. me présentai-je.
– J'espère que vous ne serez pas aussi stupide qu'eux, alliés à l'Angmar… lâcha-t-il, haineux sur le coup.
– Ma famille a fui le Royaume quand celui-ci s'est rattaché à l'Angmar, ne pouvant contenir de tels assauts, et encore moins le genou à terre devant le Mordor. rétorquai-je, impassible face à la provocation.
– Ah ! Bien. J'espère que vous ferez de même, en ce cas. Enfin bref. Je vous ai entendu parler des bandits présent à Mithlost, comme partout en Arnor, d'ailleurs, avec votre compagnon. Puisque vous n'avez que cette envie de les massacrer, je vous confie mes hommes, et vous ferez ce travail. Cela ne pourra que glorifier notre nom. Et la renaissance de la ville passera par là. ordonna-t-il, sans vraiment me demander mon avis.
– Ce sera fait, avec joie pour montrer mon intégrité. Au fait. Mon compagnon n'était personne d'autre que mon frère, Kelron. Je suis aussi venu avec ma petite sœur, Analia, et mon meilleur ami, Yon Nethir. dis-je.
– Nethir ? Ce nom ne m'est pas inconnu… Allons ! Nous en parlerons plus tard. » termina-t-il.


Se précipitant directement vers une salle commune où étaient rassemblés quelques soldats, ainsi que certains experts en politiques ou en justice, et plusieurs partisans populaires tels que des paysans ou des forgerons. Chacun se levèrent à l'arrivée d'Azeron, talonné par moi-même.

« Messieurs ! Voici Ser Denoris Enoras, il est notre dernier venu. Il est venu avec sa sœur, son frère et son meilleur ami, me dit-il. Sergent Joris, vous et vos hommes seront sous les ordres de Denoris pour éradiquer les bandits dans Mithlost, pour commencer. clama Azeron.
– À vos ordres ! s'exécuta le sergent en question.
– Dites moi, qui connait un certain Yon Nethir ? reprit Azeron de sa voix forte.
– Un Yon ? Cela ne me dit rien. Cela dit, on avait un rival politique du nom de Corin Nethir. Il siégeait à Fornost… un allié des Rôdeurs. répondit un homme, assez loin, vieux.
– Vraiment ? Cela me semble invraisemblable ! Yon vivait à … Bree depuis ses huit ans. Il m'a toujours parlé de sa famille qui trahit le Roi Arvedui après des années de tensions. Pourquoi m'aurait-il épargné un membre de sa famille, tel que Corin, alors que c'était mon idée de venir ici et qu'il aurait pu m'exposer cette idée ? m'exclamai-je, incrédule de ce que j'entendais.
– Parce que Yon lui-même se méfiait de lui, ou alors parce qu'il ignore son existence. Le problème ne se règlera que quand il nous donnera lui-même la réponse. Cela dit, j'aimerais voir mes conseillers en privé. Denoris, au nom de tous, nous espérons simplement que vous gagnerez. » conclut rapidement Azeron.


D'un geste de la main, il invita ses conseillers dans une arrière salle, pendant que le Sergent partit rassembler ses hommes. Cette salle commune dans un bâtiment à deux doigts de s'écrouler avait une fière allure. Bien éclairée, espacée, les tables étaient bien rangées, il y avait même une estrade pour laisser à certaines personnes la possibilité de s'exprimer. Azeron était vraiment un fin penseur, qui ne négligeait pas les détails. Pragmatique.


¤¤¤¤¤¤

Une fois sorti du bâtiment qui avait de la valeur sans en avoir, le Sergent Joris et ses hommes m'attendaient devant le bâtiment, les rangs de soldats éclairés par quelques torches d'un endroit à un autre. À vue de nez, il y'avait un millier d'hommes. Peut être plus, peut être moins. Cependant, ce millier pouvait sembler trop peu. Plus on s'était rapproché de l'Arthedain, dans un premier temps, et de Mithlost, plus tard, et plus les bandits semblaient coordonnés, et talentueux dans leurs gestes. Bien que les armées de l'Arnor étaient impressionnantes selon Azeron, un bandit qui connait sa ville et surtout son repère n'aura pas d'égal. D'où l'utilité de la carte de Mithlost que m'a donné Joris, qui ne sera pas de la partie, vu qu'il a déjà montré sa valeur, me dit-il.
Les bandits siégeaient à l'est de la ville. Du moins, les bandits du Rhudaúr en général. Ceux de l'Arthedain devaient certainement se frotter aux Rôdeurs, tandis que le Cardolan devait être dans le même cas de figure que le notre. Même si la tâche paraissait ingrate, pour moi comme pour ma famille, c'était certainement un moyen de rallier la cause, et d'être l'Homme qu'Azeron se tue à chercher : un Seigneur droit pour l'Arnor. Bien que la droiture m'intéresse, j'ai d'autres projets en tête. Et le renaissance complète de l'Arnor en fait parti, et ceux malgré les oppositions. Si Azeron croit que les Rôdeurs nous arrêteront aux portes en ruines de Fornost, ou que l'Angmar viendra reprendre l'ancien territoire de son allié, moi je pense qu'ils s'arrêteront devant une épée aussi tranchante que la vengeance et dure que les portes de Minas Tirith. Ces bandits ont une équivalence mordorienne face à des guerriers redoutables tels que les Rôdeurs de l'Arnor. En attendant mon frère, bien qu'il ait seize ans, et Yon, qui avait mon âge, j'élaborai, en compagnie d'un caporal dont le nom m'échappe complètement, la stratégie d'attaque. Nous avions cet avantage d'attaquer en pleine nuit, qui surprendra certainement les criminels, mais ils avaient un terrain dans lequel ils étaient plus efficace, et la surprise a une limite.

« La prochaine fois que tu as besoin de moi, peux-tu me prévenir plus tôt ? La petite est encore trop petite pour venir avec nous, et tu sais très bien que père est aussi dédaigneux envers elle qu'elle pourrait croire qu'il est mort comme Mère. Alors pour convaincre Père de la surveiller, ou de la confier à quelqu'un de confiance. râla une voix derrière moi, celle de mon frère.
– Elle a treize ans, et sa floraison a déjà commencée, elle est bien assez grande pour rester seul pour quelques heures. répondis-je.
– Peut être… Bon. Qu'est-ce que tu voulais ? s'enquit le frangin.
– Tu te souviens des bandits qu'on a rencontré à différentes étapes de notre voyage ? He bien, Azeron nous a chargé d'aller éradiquer ceux qui sont présents à Mithlost. repris-je.
– Tu as un plan ?
– Évidemment… à peu près. »


Exposant mon plan plus ou moins grossier, Yon (qui n'avait pas dit un mot) et Kelron avaient acquiescé, n'ayant rien d'autres à ajouter. Plus précisèment, j'avais à disposition mille archers, et milles deux cents guerriers, ainsi que cinq cent piquiers. Deux mille sept cents hommes au total. Azeron m'avait dit que c'était peu, mais à mon âge, je me sentais déjà poussé des ailes, et j'avais cette envie insatiable d'aller chasser des bandits. Même si Yon et Kelron sentaient une défaite à plein nez, je savais que nous allions gagner. Et que ce fut !


¤¤¤¤¤

Arrivés au quartier servant de repaire pour les bandits. Le plan était pitoyablement basique, mais je devais faire avec les moyens du bord. J'avais tout simplement pris une cloche d'alerte de la caserne et il servirait tout simplement d'appât. Une fois attirés sur le place qui paraissait être un désert trompé par la statue ruiné au centre du lieu, les bandits, aux aguets mais étonnés, feront face à une volée de flèches avant que nos guerriers ne leur foncent dessus. Un assaut d'une telle ampleur sur des bandits laissent forcément des morts dans les deux camps, mais Azeron ne se faisait pas d'illusions sur une victoire, alors sur les pertes… Un chef de guerre savait pertinemment qu'une bataille ne pouvait laisser une armée sans morts. Cependant, moi qui était à la tête de l'armée, j'avais vu une armée triompher aisément sur des bandits. Rapidement, les bandits, surpris et confus, se sont dissipés pour certains, les autres ont été massacrés ou capturés. Malgré le nombre flou de survivants, ils ne seront plus un danger. À mon avis, ils ont du désertés Mithlost, sans pour autant en être sûr, bien que j'ai demandé à un bataillon de rester pour guetter la zone entre nos mains.

Quand je retournai au quartier général d'Azeron, qui était toujours bondé par les nobles ou les soldats, ce dernier discutait avec le fameux sergent Joris. Me voyant arriver, avec Yon et Kelron, ce dernier adressa un signe de la main à son interlocuteur avant de se lever et de parler fort, pour se faire entendre de tous.

« Quelles nouvelles, Denoris ?
– Nous avons écrasé les bandits. Quelques survivants ont pu s'enfuir, quant à nos pertes, elles ne dépassent pas la dizaine de morts.
– Alors ils n'étaient pas aussi organisés et aussi puissant que je ne le craignais. On a perdu un temps précieux à cause de ces malfrats…
commenta Azeron.
– Ne vous focalisez pas sur le passé. Vous avez des rivaux politiques à évincer. dis-je.
– C'est vrai. Denoris m'a dit que vous aviez entendu d'un Corin Nethir. Mon père m'a vaguement parlé de ce membre de ma famille qui n'est autre que mon oncle. Pour mon père, décédé aujourd'hui, il n'est autre qu'un traître ayant pillé quelques richesses familiales avant de s'allier au Rôdeur pour éviter qu'on le traque… commença Yon.
– Vraiment ? Ah tiens… le coupa Joris.
– Je n'ai ni peur des rôdeurs, ni peur de mon oncle. Laissez moi aller à sa rencontre et lui montrer qui est le plus digne entre lui, Denoris, vous et moi, Ser Reold. reprit Yon, sans s'occuper du sergent.
– Il se cache à Fornost, d'après nos derniers sources. Je vous laisse régler votre conflit familial. Allez à la rencontre de Ser Alisar Narxis, il essaye de défendre tant bien que mal Fornost en notre nom, il vous aidera à évincer Corin et les Rôdeurs, à Fornost comme à Annùminas. répondit Azeron.
– Je le ferai, avec joie.
– Quant à toi, Denoris. L'homme de mes rêves est un homme éloquent, et un politicien hors pair, doublé d'un combattant et d'un meneur audacieux. Si vous êtes cet homme, vous saurez reprendre le Rhudaúr en notre nom. De surcroit, je vous lègue tout mes droits. Ce qui est à moi est à vous, vous avez carte blanche quant à la bataille politique que vous mènerez contre nos ennemis. Tout le monde dans cette salle se pliera à vos ordres comme aux miens.
annonça le Gondorien.
– C'est un honneur, Azeron. Je ferai de mon mieux pour rendre hommage à cet ordre politique. Mon père m'a donné des leçons et je compte bien les appliquer, comme j'appliquerai vos ordres. » répondis-je, fier et heureux qu'il m'accorde sa confiance.


Azeron quitta la salle, me laissant seul avec les divers conseillers et experts en politique, avec qui je devais faire connaissance. Le premier qui se leva était un chevalier plus vieux que moi, mais encore en état de se battre. Sahem Arnis était un véritable exemple de tranquillité et de patience. Respecté pour sa manière de penser à tout les détails, il s'est forgé une véritable réputation au sein des progressistes (c'est le nom que ce dernier donnait aux partisans d'Azeron). Le deuxième personnage qui se leva était un homme de lettre et de justice, qui réfléchissait déjà aux diverses lois que voulaient Azeron. Ce dernier était, selon Azeron, Sahem et même Yon (pour le peu qu'ils avaient discuté), était un homme en or. Son nom était Artys Thastan. Le troisième était lui aussi un chevalier, mais contrairement à Sahem qui descendait de l'Arnor, Vanahem Prédeaux, qui avait mon âge, qui avait un frère nommé Korm plus vieux que moi, venait tout droit d'Esgaroth. Les deux frères se disent ambassadeurs du Roi Bard pour éviter que les rivaux politiques ne disent que leurs adversaires sont des malfrats. Car c'est ceux qu'ils sont tout les deux. Korm, l'aîné de la fratrie, en froid avec son supérieur militaire direct, l'a assassiné avant de reprendre les rênes de son bataillon et de gagner une rude bataille. Cependant, tout le monde compris que la mort de son commandant était lié à sa prise de pouvoir, et il fut tout de même condamné à la peine de prison. Le cadet, Vanahem, monta un groupe d'opposition envers la condamnation de son aîné, d'abord pacifiste, mais pendant un temps. Trois jours plus tard, Vanahem monte un plan pour s'attaquer à la prison de son frère, et de le faire évader. Couronné de succès, le plan permet aux frères Prédeaux et aux dissidents ayant suivit Vanahem de fuir la prison, et Esgaroth. Les deux galopant plein Ouest, ils refusent de s'arrêter chez les Elfes, ou chez les Beornides, et se refugient au Grand Nord, où ils restent un mois avant de repartir pour l'Ouest. C'est à Bree que les frères et leurs compagnons rencontre Azeron et ne voient en lui un nouveau départ. Azeron respecte beaucoup les deux frères aussi audacieux que talentueux. Ils étaient tous des hommes d'une importance sans égale pour la conquête. La quatrième est dernière personne qui se leva était un homme purement politicien et de droit, ayant appris son savoir à Minas Tirith, était un ami proche d'Azeron quand il était au Gondor. C'est l'argent gagné par son service dans l'armée qui a payé l'apprentissage intensif d'Handrick Cassel. Aussi reconnaissant qu'intrigué par le comportement d'Azeron, Handrick le suivit lorsque son ami tomba en disgrâce. Tels étaient mes hommes. Ceux qui me serviront pour prendre Mithlost pour Azeron.


¤¤¤¤¤

Lorsque que les présentations se terminèrent, Sahem et Handrick m'exposèrent le plan pour la première étape pour la conquête de Mithlost.

« Vous n'êtes pas sans savoir que deux groupes politiques nous font face de manière rude. Évidemment, les gens qui ne sont affiliés à aucun de ceux-ci sont complètement perdus. Pour rallier ces gens, ils faut tout simplement communiquer…
– Allez à la rencontre de la population. Je vois. J'ai d'ailleurs mon idée sur la suite. Une rencontre avec l'un des autres clans. conclus-je.
– Dans quelles fins ? demanda Korm, qui avait retrouvé son frère.
– Un duel politique. Pas d'armes, les mots. Si nous connaissons leurs revendications outre le Royaume arnorien. C'est avec ça que nous pourrons les écraser par les mots. dis-je.
– L'idée est très bien trouvée ! Bien que les mots ne sont pas mon fort… commenta Vanahem.
– Ce n'est pas grave. C'est une rencontre entre les deux groupes dans leur quasi-totalité. Certains seront plus à l'aise que les autres, ici comme en face. Je propose une rencontre avec l'un d'eux en plein centre de la ville, devant tout le monde, et on verra si nous sommes une bande de malfrats ! clamai-je.
– Ouais ! Un duel de coq politique ! Dans deux jours ! proposa Sahem.
– Deux jours ! » acquiescèrent en hurlant les autres.


J'avais deux jours pour rameuter quelques personnes neutres à la cause d'Azeron, devenue très vite la mienne, puisque le lendemain, à l'aube, Sahem, Korm et Artys avaient clamé et rassemblé les gens en mon nom. Durant la matinée, cinq personnes sont venues à la rencontre d'Handrick pour être affilié à notre cause. À mon grand regret, ce sont les premiers et derniers. Comme quoi, l'idée paraissait bonne mais elle était vaine. Mais ce qui me préoccupait le plus était la rencontre de demain. Elle serait décisive pour la suite des évènements.

Nous nous sommes rassemblés dans l'après midi à la place centrale de la ville. Sahem, Artys et moi même serons les maîtres parleurs, comme nous appelaient Vanahem, pendant qu'il y aura d'autres collaborateurs qui seront aussi de la partie. Quelques minutes plus tard, le groupe rival arriva, mené par une seule personne habillé à la mode Gondorienne archaïque, talonné par quelques partisans. Une fois face à face, et observé par les “neutres”, on observait un long moment de silence, que le meneur adverse rompit.

« Une initiative hors du commun, Monsieur. Cependant, un duel de mots, vous m'en voyez déçus, ne sera qu'une promenade de santé.
– Oh vraiment ? Dans ce cas, vos rides en seront sûrement moins visible…
rétorquai-je, sourire aux lèvres, pour l'énerver.
– Riez ! Riez ! Vous voulez que je vous parle de votre bande de malfrats ? reprit l'autre, irrité.
– Celle qui a rallié notre cause ou celle que vous avez laissé proliféré et que nous avons écrasé ? le provoqua Sahem.
– Y a-t-il une réelle différence ?
– Une très grande. J'ai arrêté le banditisme de deux manières différentes pendant que vous vous tourniez les pouces en train de vous demander ce que vous alliez faire pour tenter de nous évincer.
larguai-je, avant qu'une vague d'ovation m'applaudisse.
– Je vous trouve bien prompt à nous juger, Monsieur, alors que vous n'êtes ici que depuis un mois, si ce n'est moins. rétorqua le vieil homme, rouge de colère.
– Il faut beaucoup de temps pour juger un homme d'honneur, mais beaucoup moins pour juger les lâches. Vous êtes des faibles, toutes vos manœuvres ont échoués, vous n'avez pas lieu d'être. repris-je, aussi espiègle que souriant.
– Il suffit ! Tuez les, je ne peux plus supporter ces sarcasmes ! Tuez les ! » tonna l'homme.


Plusieurs hommes déboulèrent, armés de sabres et d'armure de cuir bouilli, ils étaient une dizaine. Vanahem et Korm, qui étaient déjà armés, chargèrent sans peur dans le tas, suivi peu après par Kelron, qui me lança une épée. À quatre, nous nous mîmes à combattre les dix hommes qui se battaient encore moins bien que les anciens bandits. Une fois tous morts, je m'adressai d'abord au vieil homme, perdant.

« Voilà pourquoi vous n'avez pas votre place dans la politique du Rhudaúr, Ser. Vous cédez. Un Roi ne cède jamais. Ni à la provocation du plus fort, ni à la soif du pouvoir et de l'argent. » Je me tourne vers les “neutres”, qui étaient bouche bée, mais qui n'avaient pas fui. « Mes chers. Vous avez vu la valeur de ceux qui se croient supérieur, de ceux qui ne vivent que pour l'argent et le pouvoir. Nous ne sommes pas de ces gens là. Nous sommes de ceux qui veulent un Royaume fort, au service de sa terre, de son peuple ! Si vous en avez marre de rester inerte, alors suivez-nous, car nous sommes l'avenir ! »


Dans une vague d'acclamations, tout le monde hurlèrent mon nom…
¤¤¤¤¤

Les années avaient passés depuis ce jour. Cinq années plus tard, presque la totalité du Rhudaúr, et même l'Arthedain (avec Bree) connaissait Azeron Reold et son protégé, moi-même, Denoris Enoras. Le gondorien se montrait parfois effaré d'une telle notoriété, qui, pour une fois, m'était dû, et c'est ce qui le froissait. Tant d'années de travail et d'effort, pour qu'en une journée, un Homme déboule de Bree et accomplit ce qu'il serait parvenu à faire en plusieurs mois. Ce qui me tenaillait l'esprit, c'était que je n'avais plus aucune nouvelle de Yon, toujours à Fornost, normalement. De plus, le dernier groupuscule nous faisant face a intensifié ses achats d'armes et son recrutement militaire pour contrer notre popularité. Azeron ne voulait pas de conflits armés, mais c'était illusoire de penser que c'était possible. Et ça, on était plusieurs à le comprendre, et donc à se jouer des ordres d'Azeron. Notre clan se scindait peu à peu en deux, malgré la même idée, le même but. Ceux qui m'avaient spontanément suivi étaient Kelron et Analia, ma famille, ainsi que Korm et Vanahem Prédeaux. Sahem Arnis et Artys Thastan avaient rallié ma cause avec plus d'hésitations, car c'était comme trahir Azeron, mais il fallait se préparer à la guerre avant que nous soyons démunis.

Notre programme consistait simplement à se fournir des armes sans qu'Azeron soit au courant. Avec les problèmes de Yon, et les tensions nouvelles comme anciennes entre le Rhudaúr et les Rôdeurs, ne pouvaient pas nous permettre de nous fournir des armes chez eux. De plus, je me refusais tout lien avec l'Angmar. Du coup, la seule solution, bien que dangereuse, se tournait vers Tharbad, et son Royaume du Cardolan, en ruine, lui aussi. C'était Joris, le fameux sergent, qui gérait la logistique et le ravitaillement. Mais la lettre de la septième nuit de surveillance sur notre ennemi, tout fut chamboulé.

D'après cette fameuse lettre d'Handrick Cassel, qui avait finit par comprendre mes manœuvres mais qui n'avait rien dit à Azeron, m'annonça que nos adversaires avaient levé la totalité de leurs troupes, et qu'ils se préparaient à faire la guerre. Les armes que Joris a réussi à faire passer ne suffiront pas à armer correctement tout nos hommes, ce qui nous rendait plus faible. Quand Azeron appela tout ses conseillers à se rassembler lorsqu'il eut la nouvelle, l'anxiété avait envahi l'Homme.

« Quelle est la situation ? demanda-t-il, soucieux.
– La situation est telle qu'il fallait s'y attendre depuis des ans. répliqua sèchement Korm.
– Ça fait depuis quelques jours que je fais entrer des armes dans la ville. J'ai de quoi armer quelques milliers de soldats, mais pas tous. Je n'ai pas eu assez de temps. dis-je.
– Depuis quand tu fais entrer ces armes dans Mithlost ? me demanda le Gondorien, furieux.
– Depuis que vous avez cessé d'écouter les conseils de votre entourage, Ser. répondit froidement Kelron, qui avait trouvé sa place parmi nous.
– Seul Handrick est resté à l'écart de notre manœuvre. ajouta Vanahem.
– Vous avez désobéi à mes ordres. Infâmes traîtres. cracha Azeron.
– Ces cinq années n'ont servi qu'à attendre qu'ils se préparent et qu'ils nous attaquent. Vos idéaux sont magnifiques, Azeron, mais vous n'avez ni la poigne, ni l'ambition de les réaliser. Moi, Denoris Enoras, je suis prêt à faire de l'Arnor un fief de justice, d'ordre, de paix et de prospérité. Vous avez le cerveau mais pas le cœur, Azeron, et c'est la raison pour laquelle vous ne pouvez vous assurer que quelqu'un dirige ce Royaume selon vos convictions, et pour laquelle vous ne pouvez le diriger. Messieurs les conseillers, je demande un vote : qui vote pour la destitution d'Azeron Reold de son rang, et de m'y nommer à sa place. dis-je, de manière solennelle.
– C'est une blague ? Vous croyez vraiment que… commença Handrick.
– Je vote pour. le coupa Korm.
– Moi aussi. enchaîna Kelron, mon frère.
– Depuis le temps, bien sûr que je suis pour. dit Vanahem.
– Moi de même. reprit Sahem.
– Pour. répondit Artys.
– Je vote pour aussi. dit un autre membre du Conseil, Jaryn Engogan.
– Vous n'êtes qu'une bande de traîtres. cracha Handrick, fou de rage.
– Bien ! Au nom du Conseil, Ser Denoris Enoras, vous êtes Seigneur de Guerre, et vous avez tout droit militaire sur vos partisans ! clama Artys Thastan, scribe du Conseil.
– Laisse les faire, Han'. Il a raison. Je n'ai jamais eu le courage de m'affirmer, c'est la raison pour laquelle j'ai quitté le Gondor. Reste avec eux, ou accompagne moi dans l'exil. C'est à toi de voir. se résigna Azeron.
– Je ne te lâche pas en chemin, et j'ai pas l'habitude de côtoyer les traîtres. répondit Handrick.
– Et qu'était-ce, quand vous avez quitté le Gondor ? » le tailla Korm.


Lorsqu'Azeron et son ami quittèrent la salle, sans répondre à Korm, l'un avec un demi sourire de fierté, l'autre avec la rage sur le visage, le Conseil était maintenant unanime, et derrière moi. Il fallait réfléchir maintenant à un plan d'attaque. Et pour ça, Korm et moi avions notre petite idée. Les forces adverses s'étaient alignés sur toute la ville, sans prendre en compte l'ancien port. Ce port, j'avais des hommes dedans, et ça, ils ne le savaient pas. Et c'était la base du plan, une embuscade après les avoir attirés devant les portes menant à ce port. De là, on peut prendre l'avantage.


¤¤¤¤¤

Une fois dehors, mon armée, composée de cinq milles guerriers, deux milles archers et mille lancier, devra faire face à une armée de plus de dix milles soldats. Quand je dressai mes lignes de soldats, devant les leurs, la peur m'envahit, jusqu'à ce que j'entende une fois féminine, celle de ma sœur.

« Denoris ! Attends ! criait-elle.
– Ana' ? Qu'est-ce que tu fais là ? demandai-je, surpris.
– J'aimerais te parler, seul, viens ! »


Elle me mena derrière les troupes, et je remarquai qu'elle avait une épée à la ceinture, et un pendentif que je n'ai jamais vu jusqu'ici. Je pense qu'elle voulait me reprocher de ne jamais accorder de temps à ma famille, hormis mon frère. À ce point que j'en avais oublié sa beauté, son charme. Tout les souvenirs remontèrent d'un coup dans ma conscience, à ce point que j'en eus les larmes aux yeux.

« Grand frère, j'ai envie de me battre à tes côtés, au moins pour cette fois. reprit-elle.
– Tu ne sais même pas te battre, Ani'. répondis-je.
– Vous avez toujours tout fait sans moi ! Moi aussi, je veux accomplir des choses.
– Et si tu y restes ? Je vis avec la culpabilité de t'avoir laisser tendre tes bras à la mort ?
– Je préfère mourir plutôt que de vivre dans l'ombre d'un frère qui ne me décoche aucun regard. »


Sur ce coup là, elle avait raison. Mon ambition m'a complètement éloigné de ma famille, et surtout de ma sœur, avec qui j'étais très proche, lors de nos jeunes âges. D'un signe de la tête, je cédai à son caprice, et je l'emmenai à la tête de mes hommes, là où Korm et Kelron m'attendaient. Selon leurs rapports, les adversaires s'apprêtaient à reprendre leur marche, et ce au delà du port.

¤¤¤¤¤

Le signal sera trois coup de cor. De là, notre troupe se mit à avancer. À sa tête, il y'avait donc moi, talonné par Korm, Analia et Kelron. Derrière eux, il y'avait Sahem et Vanahem, et celui qui finissait la tête de fil était Artys Thastan. Ce dernier n'aimait pas se battre, il ne savait pas se battre, mais il tenait à être proche de la bataille. Symboliquement, il sonna le signal pour donner l'ordre aux hommes du port d'attaquer par derrière. Ce son fut enchaîné par la charge audacieuse de notre armée. Les premiers chocs furent d'une violence étonnante. Le choc des épées, le fracas des lances, les boucliers cabossés et les flèches volantes m'effrayaient presque. On entendait de loin les bruits de pas de nos renforts, et le choc brutal sur l'armée adverse, suivi des cris de surprise de nos ennemis.

Lorsque j'aperçus le meneur d'homme adverse, je ne pus m'empêcher d'aller à sa rencontre. Quand celui-ci posa son regard sur moi, il chargea droit, sans s'arrêter, sans peur, sans faire attention à ce qui l'entourait. Tel un berserker des clans Nordiques (ce n'était que des légendes), il souleva son épée et l'abattit d'une telle force sur le sol, après que je l'eus esquivé, qu'il la planta presque sur le sol. J'essayai, de là, à contre attaquer, et en plusieurs passes, droite gauche, droite gauche, et je parvins à lui trancher la gorge. En si peu de temps que je crus vraiment rêver. Je n'en revenais plus. Plus encore quand les soldats ennemis, pour certains, criaient de surprise et d'horreur.

Passé les détails, on ne pouvait pas compter le nombre de cadavres sur le sol. Le spectacle était répugnant. Cependant, le cri de victoire de nos soldats me redonna le sourire. C'est surtout à ce moment que je me mis à penser à ma sœur. Elle n'avait aucun talent au combat, et je ne l'ai pas vu depuis le moment où on s'est parlé. Après quelques minutes de recherche, je l'ai trouvé dans les bras de mon frère Kelron, aux côtés de Vanahem. Je m'approchai d'eux lentement, quand Analia me vit et me sauta dans les bras.

« C'est une belle victoire, ça, Denoris ! s'exclama Vanahem.
– À combien s'estime les pertes ? demandai-je.
– D'après Artys et Sahem, on a perdu un à deux milles soldats. L'embuscade par le port et la défaite de leur chef nous a permis de prendre un avantage indéniable ! répondit Kelron.
– Génial. Mithlost est donc à nous, et pour de bon. Nous pourrons commencer les travaux pour la remettre sur pied ! Vous savez où est parti Azeron ?
– Nan, et je ne tiens pas à le savoir. Azeron, c'est de l'histoire ancienne, et Handrick avait beau être un bon gars aussi, il a décidé de le suivre. Maintenant, on doit passer à une nouvelle étape pour l'Arnor, et tu l'as si bien dit : ça se fera sans lui. intervint Korm.
– Certes, mais c'était pour savoir. Je ne veux pas non plus le tuer, ce sont ses idées.
– Allons, frangin, on a du pain sur la planche pour que tu ne penses à un homme. Tu as une ville à reconstruire, et son royaume à diriger. De plus, tu me dois un cadeau, vu que j'ai survécu.
dit Analia, de sa voix douce et malicieuse.
– À diriger ?
– Tu es Seigneur de Guerre, tu te souviens ? Ce rang te donne de surcroit le droit de diriger toute terre conquise par notre clan. Vu qu'on a Mithlost, le Rhudaúr nous appartient et il est à toi. »
Korm prit les devants, et s'éleva sur une estrade, avant de soulever un étendard aux armoiries du Rhudaúr et de dégainer son épée « Mes chers soldats, femmes, enfants, hommes, Arnoriens du Rhudaúr, Mithlost nous appartient ! Et désormais c'est à cet homme que nous devons tout, et c'est à cet homme que nous obéirons et il se nomme Denoris Enoras et il est le Seigneur de Mithlost et du Rhudaúr ! » clama-t-il, de sa voix forte et solennelle.


Et grâce à Korm, en partie sur ce coup, le peuple criait. Les gens criaient de joie et surtout, c'est mon nom qu'ils criaient. Celui de leur nouveau Seigneur, et qui devait leur apporter la justice et la paix. Mais surtout la prospérité, et cela passait pas la reconstruction de notre capitale : Mithlost.


¤¤¤¤¤

Deux jours plus tard, lorsque la paix est clairement revenue, Vanahem entreprend déjà les travaux au port et au centre de la ville pour reconstruire les lieux principaux de Mithlost. C'est ce même jour que je reçus une lettre que nous attendions depuis cinq ans : une lettre de Yon Nethir, à Fornost Erain. Depuis qu'il était parti pour la cité des Rôdeurs, nous n'avions plus aucune nouvelle de lui, et encore moins d'Alisar Narxis, pourtant représentant de l'actuel Rhudaúr à Fornost. Cette lettre racontait ce qu'il s'était passé à Fornost, et ce que Yon avait fait là bas.

Narxis et Yon ont réussi à tuer Corin Nethir, l'Oncle de Yon, cependant, les Rôdeurs ont réduit à néant leurs plan à Fornost Erain. Ils s'apprêtaient donc à rentrer à Mithlost, ce qui consolidera, cependant, mon pouvoir sur mon Royaume. La lettre racontait plusieurs évènements. Une bataille opposant les rôdeurs et les hommes d'Alisar, qui s'était terminée sur un bain de sang, fut une défaite écrasante de nos forces. Malgré cela, Yon avait réussi à prendre deux lieux stratégiques aux mains des Rôdeurs, avant qu'un de leur allié ne fasse défection et ne donne tout les autres lieux aux mains de nos forces aux Rôdeurs. Les soldats loyaux furent massacrés, et Yon ordonna le retrait, préférant conserver un reste suffisant d'hommes plutôt que de les envoyer à la mort. Du coup, Korm développa l'idée de rallier Tharbad, ou Annuminas si tant est que ce soit possible, mais je préférai attendre Yon.

En attendant mon ami qui devait revenir le lendemain, je voulais voir de plus près les travaux pour la cité. J'étais étonné que nos architectes faisaient en sorte de conserver les méthodes numénoréennes, au moins l'esthétique. C'était plaisant de voir un cité active, en Arnor. On avait beau dire, Bree n'est rien d'autre qu'un village comparé à sa capitale. De plus, j'étais fier de voir mes soldats proche de la population, qui travaillaient avec elle, ou qui les aidaient en cuisinant ou en installant des tentes pour permettre aux ouvriers de se reposer. C'est en retournant vers la salle du Conseil que de loin, je vis les portes s'ouvrir et un bataillon lourdement armé entrer. Impatient, je partis voir mon meilleur ami.

« Yon ! Cela faisait si longtemps ! m'exclamai-je.
– À qui le dis-tu, Denoris.  répondit-il.
– Pourquoi n'as-tu pas envoyé de lettre ? Nous aurions pu mobilisé des renforts ! m'enquis-je.
– Et vider Mithlost ? Les rôdeurs qui nous ont massacré était trois fois moins nombreux que nous, mais leur talent à l'arc et à la coordination a pris le pas. Cela n'aurait rien changé.
– Vous avez tué le traître ?
– Ouais, avant de partir. Corin est mort aussi. Mais cela ne compense pas nos pertes.
– Hélas. Sauf que cette fois, on a un pouvoir stable, et un Royaume rien qu'à nous. La cérémonie se fera demain.
– Il parait que c'était un coup de génie ! Il faudra que tu me racontes ça ! »


Lorsque tout le monde se rassembla dans la salle du Conseil de Guerre, Yon fit son rapport, un peu plus détaillé que dans la lettre, mais cela ne changeait rien. Après ça, Artys m'isola pour me poser plusieurs questions concernant le jour du couronnement. La question la plus courante est celle sur ceux que je prendrai pour le rôle de conseiller, d'ambassadeur, d'intendant, etc. Même si j'avais quelques idées, je n'en étais pas sûr mais j'avais la nuit pour y réfléchir.


¤¤¤¤¤

Le lendemain matin, toute la ville était décorée aux armoiries de l'Arnor, du Rhudaúr, et de la famille Enoras, qui était une grande famille noble, à l'époque, et qui le redevient. Les gens avaient le sourire, les soldats étaient habillés de leurs plus beaux atours cérémoniels militaires, pendant que la population s'habillait correctement, et s'étaient fait tout propre. La salle du Conseil où aura lieu la cérémonie était rempli de broderies magnifiques, et le buffet qui n'était pas loin en faisait saliver plus d'un. Le couronnement et la remise de l'épée et de l'armure royale, qui se fait normalement par un “haute-race”, se fera cette fois-ci par Artys Thastan, homme de lettre, de droit et de politique, il était l'intellectuel de Rhudaúr, et il voulait d'ailleurs une école à Mithlost pour apprendre ces thèmes, malgré le prix. Lorsque je m'approchai de lui, habillé de ma tenue bleu foncé royal, il tenait la couronne de Rhudaúr dans les mains, pendant que, épié, je continuai de marcher, dans un silence de mort. Une fois devant Artys, je mis un genou à terre, pendant qu'Artys entama son discours.

« Mes amis, mes chers, mes frères ! Nous sommes tous rassemblés ici, sans exception, pour célébrer l'accession au pouvoir d'un homme de cœur et d'ambition, un homme d'ardeur politique et martiale, un homme fait pour nous gouverner. Et cet homme est là, devant moi, à genoux, prêt à porter le poids d'une couronne sur sa tête. Si quelqu'un a un commentaire à faire, qu'il le fasse maintenant, où qu'il ne se taise à jamais. »

Le silence de mort reprit main sur la salle, et Artys leva la couronne en l'air, avant de l'abaisser progressivement sur ma tête. Les yeux rivés sur le sol, je ne voyais pas le visage de mes proches et de mes partisans, et cela me rendait nerveux. Cependant, Artys continua d'abaisser progressivement la couronne, avant que je ne la sente sur mes cheveux.

« Au nom des Anciens Rois de Rhudaúr, et de son peuple tout entier, je vous couronne Seigneur, ou Roi, à votre guise, du Royaume de Rhudaúr. Longue vie au Seigneur Denoris Enoras, Neuvième Seigneur du Rhudaúr, et Premier de la Lignée des Enoras, désormais famille régnante du Royaume ! Levez-vous, Monseigneur, et admirez votre peuple qui vous chérit ! »

Lorsque que je me levai et me tournai vers la foule en furie, le sourire me revint aux lèvres. Je voyais ma famille, mes hommes et mon peuple entier fier d'avoir un nouveau dirigeant. Artys appela aux valets d'honneur, qui me vêtirent de mon armure et de mon épée royale. J'étais le Roi, ou le Seigneur, les deux sont viables, de Rhudaúr, et mes objectifs pouvait maintenant prendre forme. Maintenant, Artys me donna un papier scellé, contenant les noms de ceux qui occuperont les rôles d'importance, et un autre où il écrira officiellement ces derniers, un papier officiel que je signerai, tout comme lui.

« Mon peuple, fidèle et aimant, fier et combattif, il est maintenant temps pour ce Royaume de prendre forme aux yeux de tous. Je vous assure la paix, la prospérité, et la justice, pour tous !
Cependant, je dois nommer mes proches collaborateurs.
 ‹ Premier point. Le rôle concernant le titre d'ambassadeur, d'émissaire et de diplomate royal. Ce poste sera occupé par un expert dans le domaine, Sahem Arnis.
 ‹ Le poste de Seigneur de Guerre, qui seconde le Seigneur dans la direction des armées sera occupé par Yon Nethir, homme de succès en devenir, et par le frère du Roi, Kelron Enoras. Ils seront eux-mêmes secondés dans leur rôle par les frères Prédeaux, Vanahem et Korm.
 ‹ Le poste d'intendant, qui gère la politique intérieure du Royaume sera occupé par Artys Thastan.
 ‹ Le titre de conseiller royal sera occupé, exceptionnellement, par deux personnages, qui sont Artys Thastan et Analia Enoras, sœur du Roi.
 ‹ Le titre de Conseiller de Guerre sera occupé par différentes personnes qui sont Artys Thastan, Kelron Enoras, Yon Nethir, Korm et Vanahem Prédeaux, Sahem Arnis, Jaryn Engogan et Alisar Narxis.
 ‹ Le titre de général polyvalent, qui comprend la direction des espions, des patrouilleurs, et des ambassadeurs sera occupé par Jaryn Engogan.
Toutes modifications nécessaires seront appliquées directement. Mes chers, de tout mon cœur, j'espère que le Royaume que nous façonnons sera à l'image d'un Royaume uni, et celle d'un peuple solidaire. »


J'étais tellement heureux de voir ce peuple qui m'applaudissait et m'acclamait que j'en eus presque les larmes aux yeux. Maintenant que le Royaume de Rhudaúr était uni derrière un Roi, il était maintenant temps d'aller outre. Et l'Arnor sera bien vite secoué par ce que je comptais faire. Arda va vite connaître les objectifs de mon peuple, et surtout les miens… ceux de Denoris Enoras.


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤






Le Joueur


Votre âge : 17 ans.
Localisation : Chartres.
Depuis combien de temps faites vous du rp ? : All these years…
Sur quels autres forum êtes vous ? : Des forums rp par ci par là.
Pourquoi ce forum ? : Il est coul !
Comment nous avez-vous trouvé ? : Google, à l'époque.
Idées & Suggestions pour l'amélioration du forum : Rien.



© By Cirion - Eredil




Dernière édition par Denoris Enoras le Mer 16 Déc - 17:45, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Menethil
Rôdeur d'Amon Sûl ¤ Capitaine de la Bande Cardolane
Rôdeur d'Amon Sûl ¤ Capitaine de la Bande Cardolane
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 25/12/2014
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 472
▌ROYAUME : Amon Sûl
▌COMPETENCES : Fait de la guitar avec ses cheveux
▌CITATION : Le jour de la résurection est venu....

Feuille de route
Argent: 0 Po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Mer 2 Déc - 10:38

Tu veux réussir là où j'ai échouer, hein ? Bonne chance Wink


Anciens personnages:
 


Oscars !!!:
 


Vice-président de Khazad Industry Company - Directeur de la Branche d'Eriador

Industrie Khazad & Cie, pour un avenir dès aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Denethor II
Intendant du Gondor

Intendant du Gondor
avatar

Féminin
▌INSCRIT LE : 12/01/2014
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 4371
▌ROYAUME : Gondor
▌VOTRE RANG : Intendant du Gondor

Feuille de route
Argent: 302 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Mer 2 Déc - 10:42

Tu sais qu'il est possible d'incarner un Roi pour le Rhudaûr ? Mithlost se situant en Rudhaûr, tu peux briguer plus que le grade Seigneur Wink

Bon courage pour ta fiche sinon !




Oscars 2015:
 


Personnages joués : Sauron Le Grand x3 (Sauronne) // Legolas Vertefeuille (Leggy)
Revenir en haut Aller en bas
Denoris Enoras
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/12/2014
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 453
▌ROYAUME : Le Rhudaúr, dans le Royaume Ruiné de l'Arnor.
▌VOTRE RANG : Seigneur de Rhudaúr.
▌COMPETENCES : Mener mes hommes à la Gloire !
▌CITATION : Certaines personnes comprendront vite les objectifs de mon peuple… et surtout le mien.

Feuille de route
Argent: 12.500 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Mer 2 Déc - 12:58

Oui je le savais, j'ai juste été étourdi bien que j'ai toujours préféré le titre de Seigneur que celui de Roi (je trouve ça plus classe)
Je vais changer ça tiens, merci de me le rappeler ! Du coup, c'est possible d'avoir Seigneur en Grade 9 ? (ça change juste la forme et pas le fond, en fait)
Revenir en haut Aller en bas
Denethor II
Intendant du Gondor

Intendant du Gondor
avatar

Féminin
▌INSCRIT LE : 12/01/2014
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 4371
▌ROYAUME : Gondor
▌VOTRE RANG : Intendant du Gondor

Feuille de route
Argent: 302 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Mer 2 Déc - 13:09

Faut que je vois si c’est faisable sur le PA, mais je pense que oui Wink D’ici le 02/01, j’aurais trouvé je pense ^^




Oscars 2015:
 


Personnages joués : Sauron Le Grand x3 (Sauronne) // Legolas Vertefeuille (Leggy)
Revenir en haut Aller en bas
Denoris Enoras
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/12/2014
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 453
▌ROYAUME : Le Rhudaúr, dans le Royaume Ruiné de l'Arnor.
▌VOTRE RANG : Seigneur de Rhudaúr.
▌COMPETENCES : Mener mes hommes à la Gloire !
▌CITATION : Certaines personnes comprendront vite les objectifs de mon peuple… et surtout le mien.

Feuille de route
Argent: 12.500 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Jeu 10 Déc - 18:13




¤ Caractère:

Ambitieux, déterminé, et politiquement posé, Denoris est un Roi qui ne sait laisse jamais faire, et qui va au bout de ses choix. Tout aussi posé et réfléchi, il n'hésite pas à écouter les conseils de son entourage, que ce soit pour n'importe quel domaine. Il a cet amour du détail et de la perfection qu'il prend beaucoup de temps avant de faire un choix qui va de travers. De plus, Denoris est un Roi qui aime jouer à la diplomatie. Il ne s'allie qu'au plus offrant… ou pas. Doué dans l'art de la trahison et du coup bas, Denoris, ce qui lui a valu bien des surnoms, n'hésite pas à trahir ses alliés qui ne lui servent plus. À l'écoute de son peuple et qui rend bien la justice, il ne laisse pas ses idéaux à l'eau, et les appliquent dès que possible. Il alterne son côté “bon” et “mauvais” en fonction de ce qu'il y gagne. Cependant, il n'oublie jamais ses amis, et sa gratitude n'a pas de limites, tout comme son audace.



¤ Physique:

Physiquement imposant de par la taille, Denoris dépasse ses proches d'au moins une tête minimum (seul Yon est un tout petit peu moins grand que lui). De plus, sa musculature développé et soigné impose un certain respect et un certain charisme. De la profondeur du bleu de ses yeux à la posture royale de Denoris, tout le monde sait que c'est le Roi, et que sa détermination est aussi physique que mentale. Très pointilleux sur ses détails physiques, il garde sa barbe souvent bien taillée, et garde un parfum convenable pour accueillir comme pour voyager diplomatiquement à travers les royaumes. Certains traits de son visage lui marque une air irascible et guerrier qu'il met en valeur pour montrer sa détermination, tout comme son sourire afin de se mettre en valeur.


¤ Parentée et personnes proches:


¤ Horn Enoras
Physique:
 
Un père qui n'a, à la fin de sa vie, accorder qu'une vulgaire importance à ses enfants, mais cela n'a pas empêché Denoris de penser à lui, malgré l'éloignement affiché de sa famille dès leur arrivée à Mithlost. Depuis l'accession au trône de Denoris au Royaume d'Arnor, Horn est resté à Mithlost, attendant patiemment la mort.

¤ Cenisa Fena Enoras
Physique:
 
La mère de Denoris a très vite perdu ses liens familiaux avec sa famille. Elle n'a pas supporté le départ en campagne politique et militaire de ses deux fils, et sa fille n'y pouvait rien. Elle n'était même pas présente au couronnement de son fils, et s'est séparée d'Horn, peu avant cette cérémonie.

¤ Kelron Enoras
Physique:
 
Le frère cadet de quatre années de Denoris, ce dernier n'a pas hésité à suivre son frère lors des deux batailles. Un homme hargneux et déterminé comme Denoris, il est devenu un chef de guerre, un stratège et un diplomate hors pair, qui, malgré son statut de benjamin à la Cour Royale, s'est fort bien intégré. Il s'est fortement rapproché, notamment, de Jacelyn Engogan et d'Artys Thastan.

¤ Analia Enoras
Physique:
 
Sa petite sœur attachante et aussi belle qu'un aurore, Analia est une source de joie, de bonne humeur et d'envie d'aller toujours plus loin. Très proche de son frère depuis sa plus tendre enfance, elle est devenue un symbole de sagesse et d'esprit dont le Roi ne peut plus se passer. Elle est certes la seule femme de la Cour, mais cela ne l'empêche pas d'être respectée.

¤ Yon Nethir
Physique:
 
Un ami d'enfance incroyablement ressemblant physiquement comme intellectuellement, Denoris et Yon se sont forgés une amitié inaliénable. D'année en année, les deux ne peuvent plus se séparer, et Yon est devenu très vite un atout grâce à ces actions à Fornost Erain. Il est devenu l'un des Hommes les plus importants du Royaume.

¤ Azeron Reold
Physique:
 
Le mentor et la meneur d'un groupe uni derrière la justice, Azeron est devenu de plus en plus impopulaire car il n'arrivait pas à prendre des décisions. Malgré des idéaux justes et un combat honorable, Korm et Denoris n'ont pas pu s'empêcher de vouloir le destituer. Depuis ce jour, il s'en est retourné au Gondor, d'après les rumeurs.

¤ Handrick Cassel
Physique:
 
Un homme dont l'honneur est sans faille, mais qui n'a cependant pas droit à sa popularité au sein du Conseil. Proche d'Azeron et le soutenant dans ses choix, tout en le bourrant de doutes, il est devenu très vite haï par le Conseil, qui ne l'a pas retenu lors de la destitution d'Azeron.

¤ Artys Thastan
Physique:
 
Il est l'intellectuel du Conseil, l'homme qui pensait à tout. Homme de lettre, de droit et de politique, il est d'une culture et d'une intelligence hors du commun. Par ailleurs, il est l'un des plus loyaux courtisans du Roi, car c'est lui même qui a utilisé la loi en sa faveur pour le couronner. Dès lors, personne ne peut plus s'empêcher de l'écouter.

¤ Korm Predeaux
Physique:
 
Frère aîné de Vanahem, originaire du Pays Bardide, Korm est tristement célèbre pour avoir assassiné son supérieur pour prendre les rênes de son armée et de la mener au combat. Malgré une victoire, ce dernier est condamné pour haute trahison. Depuis sa fuite et son arrivée en Arnor, Korm se sent renaître, et n'hésite pas à mettre tout ses talents pour obtenir une victoire.


¤ Vanahem Predeaux
Physique:
 
Cadet de Korm, Vanahem est plus réfléchi et moins audacieux que son frère, mais n'en est pas moins talentueux. Après tout, c'est lui qui a monté le plan pour le libérer et lui permettre de s'exiler, après sa condamnation. Depuis, les frères, proches comme jamais, sont au service de l'Arnor et du Rhudaúr.

¤ Sahem Arnis
Physique:
 
Ancien chevalier héritier d'une famille prestigieuse, Sahem est cependant plus connu pour son intelligence et son esprit de stratège que par ses talents martiaux. Très sage dans ses choix, et posé dans ceux-ci, il s'adonne à tourner le problème dans tout les sens avant de le résoudre.

¤ Alisar Narxis
Physique:
 
Homme que Denoris ne connait que depuis sa défaite à Fornost, aux côtés de Yon, ce dernier en fait un portrait plutôt élogieux, qui force le Roi à le connaître. Même s'il semble irascible, rude, taciturne et archaïque, il reste un homme de talent, lui aussi, et mérite sa place.

¤ Jaryn Engogan
Physique:
 
Le seul homme du Conseil qui peut rester silencieux durant toute une séance, Jacelyn est, comme ses sbires, un homme taciturne, qui écoute. Plutôt axé sur le vice et les coups bas, ce qui plait Denoris, il n'hésite pas à se verser dans l'art de la manipulation pour parvenir à ses fins.


¤ Le Sergent Joris
Physique:
 
Sergent d'une ancienne utilité, Joris a été un des premiers partisans d'Azeron, qui s'est avéré le plus grand talent au sein d'une bande de mauvais bougres. Irascible et stupide, Denoris s'en est débarrassé dès qu'il put. Il est le premier à avoir subi le supplice de la roue, condamnation à mort la plus rude, sous le Royaume de Denoris.




©️ By Cirion - Eredil



____________________________________

C'est juste la deuxième partie de mon personnage qui ne rentrait pas dans un seul message avec l'histoire, donc du coup je le postes ici ! J'annonce aussi que ma fiche est terminée Smile
Revenir en haut Aller en bas
Théoden
Roi du Rohan ¤ Premier Maréchal de la Marche ¤ Seigneur de Meduseld
Roi du Rohan ¤ Premier Maréchal de la Marche ¤ Seigneur de Meduseld
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 04/08/2009
▌VOTRE AGE : 22
▌MESSAGES : 12615
▌ROYAUME : Rohan
▌VOTRE RANG : Roi du Rohan

Feuille de route
Argent: 0 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Mer 30 Déc - 23:45

Comme rappelé par un membre, ton personnage devrait plutôt commencer Général, comme Aragorn. Ensuite, si tu reconstruis Mithlost, tu pourras devenir Seigneur du Rhudaûr. Et après cela si t'arrives à battre Aragorn (si tu choisis de t'opposer à lui) et à reconstruire les capitales de l'Arnor, tu pourras prétendre au titre de Roi.


Ex- : Gloin, Khârnalan, Uglùk l'Impitoyable, Ûndin II, Balrog, Aragorn "Grand-Pas", Gorthaur le Magnifique, Wùlf II, Brand de Dale, Pallando l'Ermite, Círdan le Charpentier, Rómena, Khârnalan, Zein la Maniaque, L'Esprit Frappeur, Er Murazôr, Vadion, Tagran, Gorthaur, Curunír le Sage, Xenophanes, Imrahil


MEMBRE VIP DU CLUB "C'EST L'HÔPITAL QUI SE FOUT DE LA CHARITÉ"  


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://leseigneurdesanneaux.forumsactifs.com
Denoris Enoras
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/12/2014
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 453
▌ROYAUME : Le Rhudaúr, dans le Royaume Ruiné de l'Arnor.
▌VOTRE RANG : Seigneur de Rhudaúr.
▌COMPETENCES : Mener mes hommes à la Gloire !
▌CITATION : Certaines personnes comprendront vite les objectifs de mon peuple… et surtout le mien.

Feuille de route
Argent: 12.500 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Jeu 31 Déc - 12:22

Ah oui, tiens, tu m'y fais penser : la reconstruction de Mithlost est inclue dans la quête.

Donc du coup, il m'est tout de même possible de commencer Seigneur grade 8 alors ? Ensuite, ce que tu m'as dis, Alatar :
Alatar a écrit:
Et après cela si t'arrives à battre Aragorn (si tu choisis de t'opposer à lui) et à reconstruire les capitales de l'Arnor, tu pourras prétendre au titre de Roi.

C'est pour prétendre à un titre de Roi d'Arnor, ça, et pas simplement Roi de Rhudaur ? Si ?
Revenir en haut Aller en bas
Daralia
Membre de la Compagnie Grise - Epée d'Evendim
Membre de la Compagnie Grise - Epée d'Evendim
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 19/12/2010
▌VOTRE AGE : 24
▌MESSAGES : 607
▌ROYAUME : Arnor
▌VOTRE RANG : Membre de la Compagnie Grise

Feuille de route
Argent: 0 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Jeu 31 Déc - 12:40

Le soucis, c'est que l'Arnor dans son intégralité ne donne accès qu'au titre de Roi, et l'unification Gondor + Arnor au titre de Haut Roi. Du coup, il semblerait logique que contrôler une des régions de l'Arnor ( qui, il faut le rappeler, constitue au plus 1 à 2 cités dans le cas du Rhudaur) confèrerait le titre de Seigneur plutôt que celui de Roi. Tu peux choisir de te faire appeler Roi, mais en termes de grade du forum, tu auras un grade équivalent à celui de Seigneur.
Sinon, c'est vrai que tu inclues la reconstruction de Mithlost dans ta présentation, donc si c'est validé (niveau quantité, j'ai vérifié vite fait, le compte y est...) il faudra penser à te retirer 3000 POs de tes 8000 POs de départ donnés par le titre de Seigneur - après tout, reconstruire une ville, c'est pas gratuit.


"Eva, Jikel, Raito, Glonthein, Daralia, Mendra, RSA, et bien sûr, L'Ancien, sont heureux de vous accueillir au sein du clan des rôlistes bons à enfermer. Nous vous rappelons que le clan ne sera nullement tenu responsable des éventuels séjours en asile de nos membres."

Oscars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Amira de Mistrand
Héritière de l'Empire ¤ Princesse Easterling
Héritière de l'Empire ¤ Princesse Easterling
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 22/10/2014
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 1575
▌ROYAUME : Easterling
▌VOTRE RANG : Princesse
▌COMPETENCES : Habile et rusée

Feuille de route
Argent: 20.325 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Sam 2 Jan - 10:58

Je valide Smile
Tu peux maintenant commencer tes achats, quêtes, etc.
Je te retire 3.000 PO's sur tes 8.000 et tu obtiens 119 lignes de rab !



Ex- Gorkil (Haut Roi des Monts Brumeux), Björn le Briseur de Crânes (Général du Royaume d'Angmar), Dáin II Pied d'Acier (Roi du Peuple de Durin)x2
Oscars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Denoris Enoras
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/12/2014
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 453
▌ROYAUME : Le Rhudaúr, dans le Royaume Ruiné de l'Arnor.
▌VOTRE RANG : Seigneur de Rhudaúr.
▌COMPETENCES : Mener mes hommes à la Gloire !
▌CITATION : Certaines personnes comprendront vite les objectifs de mon peuple… et surtout le mien.

Feuille de route
Argent: 12.500 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Sam 2 Jan - 11:42

Il faut que je fasse une formulaire de quête pour la reconstruction de Mithlost, c'est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Amira de Mistrand
Héritière de l'Empire ¤ Princesse Easterling
Héritière de l'Empire ¤ Princesse Easterling
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 22/10/2014
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 1575
▌ROYAUME : Easterling
▌VOTRE RANG : Princesse
▌COMPETENCES : Habile et rusée

Feuille de route
Argent: 20.325 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Sam 2 Jan - 11:49

Oui, tu dois aller le poster dans la partie dédiée aux quêtes.



Ex- Gorkil (Haut Roi des Monts Brumeux), Björn le Briseur de Crânes (Général du Royaume d'Angmar), Dáin II Pied d'Acier (Roi du Peuple de Durin)x2
Oscars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Cirion
¤ Seigneur du Lebennin ¤
¤ Seigneur du Lebennin ¤
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 22/09/2011
▌VOTRE AGE : 20
▌MESSAGES : 6294
▌ROYAUME : Aucun
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌COMPETENCES : Devine ?
▌CITATION : En cas de guerre mondiale je file à l'étranger

Feuille de route
Argent: 6300 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Lun 4 Jan - 13:36

Je m'étais entretenu avec Imra/Zein et on avait conclu je crois que les seigneurs d'Arnor (Cardolan, Arthedain et Rhudaur) commençait au grade de général (pour ne pas défavoriser Aragorn qui lui commence forcément au grade de général) et qu'il ne pouvait pas être seigneur sans reconstruction de la cité phare (respectivement Tharbad, Mithlost et Annuminas) de la région + une quête de grade. Il en est quoi maintenant ? :3


Carnet de Route



Oscars & Souvenirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Théoden
Roi du Rohan ¤ Premier Maréchal de la Marche ¤ Seigneur de Meduseld
Roi du Rohan ¤ Premier Maréchal de la Marche ¤ Seigneur de Meduseld
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 04/08/2009
▌VOTRE AGE : 22
▌MESSAGES : 12615
▌ROYAUME : Rohan
▌VOTRE RANG : Roi du Rohan

Feuille de route
Argent: 0 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Lun 4 Jan - 13:42

Cirion: lis tous les messages du topic et tu auras ta réponse.


Ex- : Gloin, Khârnalan, Uglùk l'Impitoyable, Ûndin II, Balrog, Aragorn "Grand-Pas", Gorthaur le Magnifique, Wùlf II, Brand de Dale, Pallando l'Ermite, Círdan le Charpentier, Rómena, Khârnalan, Zein la Maniaque, L'Esprit Frappeur, Er Murazôr, Vadion, Tagran, Gorthaur, Curunír le Sage, Xenophanes, Imrahil


MEMBRE VIP DU CLUB "C'EST L'HÔPITAL QUI SE FOUT DE LA CHARITÉ"  


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://leseigneurdesanneaux.forumsactifs.com
Daralia
Membre de la Compagnie Grise - Epée d'Evendim
Membre de la Compagnie Grise - Epée d'Evendim
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 19/12/2010
▌VOTRE AGE : 24
▌MESSAGES : 607
▌ROYAUME : Arnor
▌VOTRE RANG : Membre de la Compagnie Grise

Feuille de route
Argent: 0 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Lun 4 Jan - 13:44

(Théoden est intervenu entre temps, mais je laisse l'explication selon mon point de vue, histoire de dire)

La quête de reconstruction était incluse dans sa présentation, donc à ce niveau, pas de problème.
Et en vérité, il est plus avantageux de faire la version longue car passer de général à Seigneur octroie une quantité de POs non négligeable. Le seul avantage qu'on a à passer Seigneur directement, serait de pouvoir contrôler des troupes de manière illimitée (ça, et le fait de ne pas avoir à faire une quête, mais bon), mais c'est un jugement erroné vu qu'il est quasiment impossible d'avoir plus de 20 000 POs de troupes avant le premier bilan en étant Seigneur - sauf dons d'alliés.
Donc je maintiens que si l'on souhaite être Seigneur, c'est possible, pour peu qu'on inclut la reconstruction de sa capitale à sa présentation.


"Eva, Jikel, Raito, Glonthein, Daralia, Mendra, RSA, et bien sûr, L'Ancien, sont heureux de vous accueillir au sein du clan des rôlistes bons à enfermer. Nous vous rappelons que le clan ne sera nullement tenu responsable des éventuels séjours en asile de nos membres."

Oscars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Denoris Enoras
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤
¤ Seigneur de Rhudaúr ¤ Maître de Mithlost ¤ L'Ennemi des Hommes ¤


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/12/2014
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 453
▌ROYAUME : Le Rhudaúr, dans le Royaume Ruiné de l'Arnor.
▌VOTRE RANG : Seigneur de Rhudaúr.
▌COMPETENCES : Mener mes hommes à la Gloire !
▌CITATION : Certaines personnes comprendront vite les objectifs de mon peuple… et surtout le mien.

Feuille de route
Argent: 12.500 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Lun 4 Jan - 15:22

Par contre, même si je viens de voir que j'ai mis l'Arnor en allégeance (ce qui est faux), j'aimerais, si possible, être affilié aux neutres et non pas au Bien. À cela, j'aimerais bien être affilié à la stratégie des neutres et non du bien. Tout cela si c'est possible, merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Cirion
¤ Seigneur du Lebennin ¤
¤ Seigneur du Lebennin ¤
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 22/09/2011
▌VOTRE AGE : 20
▌MESSAGES : 6294
▌ROYAUME : Aucun
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌COMPETENCES : Devine ?
▌CITATION : En cas de guerre mondiale je file à l'étranger

Feuille de route
Argent: 6300 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   Lun 4 Jan - 17:22

Ah dacc, mais du coup curiosité personnelle, Aragorn il commence Seigneur aussi ?


Carnet de Route



Oscars & Souvenirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Denoris Enoras, Seigneur de Mithlost, l'Ennemi des Hommes. (Prochaine Partie)
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» le trone du seigneur demon!
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Un mod du seigneur des anneaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: [Avant d'entrer en Terre du Milieu] :: FICHES VALIDEES-
Sauter vers: