Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 Maglor Main d'Or, le Dernier Héritier de Fëanor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Faucon Rouge
Tout le Mal du Monde ¤ Capitaine des Messagers de la Nuit
Tout le Mal du Monde ¤ Capitaine des Messagers de la Nuit
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 27/01/2011
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 1862
▌ROYAUME : The place where wishes come true !
▌VOTRE RANG : Tout le Mal du Monde
▌COMPETENCES : Glander. Si si c'est une compétence !
▌CITATION : Tous les vents sont favorables à un homme à qui sa destination importe peu.

Feuille de route
Argent: 6.000 po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Maglor Main d'Or, le Dernier Héritier de Fëanor   Jeu 9 Juil - 1:42



Maglor Main d'Or


Âge du personnage : 9012 ans
Race du personnage : Elfe ou Quendi
Peuple du personnage : Noldor Calaquendi
Autres noms : Kanafinwë (La Voix de Finwë, son nom paternel) / Makalaurë (La voix dorée, son nom maternel)
Titres : Main d'Or (pour ses talents à la harpe) / Le Mélancolique
Lieu de naissance : Tirion, la cité blanche d'au-delà des Mers
Lieu de vie : La Terre du Milieu, même s'il aime particulière le bord de mer
Grade du personnage : Prince
Allégeance : Le bien, même s'ill ne sert personne d'autre que ses regrets et sa douleur
Rang spécial : Ce dernier apparaîtra sous votre pseudo





Qu'il soit ami ou ennemi, qu'il soit bon ou mauvais,
Engeance de Morgoth ou Vala éclairé,
Elda, Maia, ou Suivant,
Ou l'homme encore à naître en terre du milieu
Ni loi, ni amour, ni ligues d'épées,
Ni craintes, ni danger, ni même le destin
Ne protégeront de Fëanor ou des ses fils
Celui qui dissimule ou dans sa main saisit
Et ainsi le découvrant garde ou jette au néant
Un Silmaril ! Ceci jurons-nous tous :
Mort nous lui dispenseront avant la fin des temps
Et le malheur sera sur lui tant que durera le monde !
Nos paroles entend, Eru père de tout, au ténèbres sans fin
Maudis-nous si nos actes faillissent
Sur le mont sacré témoignez, Manwë et Varda





Histoire


L'histoire de votre personnage...

En l’an 1300 des années des arbres, du mariage de Fëanor, héritier du Haut-Roi des Noldor Finwë, et de Nerdanel, fille du Grand Forgeron Mathan, naquit Maglor, leur deuxième fils. Dès sa jeunesse, il montra une grande empathie, et une voix magnifique. Les premières années de sa vie furent paisibles, à mesure que sa famille s’agrandissait. Maglor devint rapidement reconnu dans tout Valinor pour ses talents de chanteur, poète et harpiste. Même s’il devait plus tard trouver son supérieur en Terre du Milieu, à Valinor, seul Tinfang Gelion parvenait à l’égaler.
Il forma rapidement un groupe de passionné de musique (Maglor DJ Cool ). Ils formèrent sa maison personnelle, une vingtaine d’elfes, tous des amis proches de Maglor. Il était aussi proche des descendants des autres maisons Noldor, les Fils de Finarfin et Fingolfin, particulièrement de Fingon et Aredhel, mais surtout Finrod, lui aussi un grand poète parmi les Noldor.
Son cœur s’éprit d’une blanche demoiselle des Vanyar, qui habitait sur Tol Eressëa. Elle était l’arrière-petite-fille d’Ingwë, Haut Roi de Tous les Elfes. Son nom en Vanyarin était Elenëar, l’Astre des Mers, mais elle fut connue plus tard comme Shaïra en Terre du Milieu. Elle était terriblement belle, avec de longs cheveux blonds argentés, des yeux bleus sombres, une taille fine et des formes généreuses. Il passa plusieurs années sur l’île à la courtiser, et même s’il la savait amoureuse de lui, elle craignait terriblement de demander la permission d’Ingwë, qui n’aimait déjà guère Fëanor et ses fils. Aussi ne se marièrent-ils jamais tant que durèrent les Années des Arbres, mais ils se jurèrent fidélité éternelle sous l’Arbre Blanc de Tol Eressëa.
Fëanor ne cessait de perfectionner son art de forgeron et d’orfèvre, et vint le jour où il finit de forger les Silmarils, les plus belles œuvres qui furent jamais forgée par un Enfant d’Illuvatar. Il s’agissait de trois énormes joyaux, contenant la lumière des Arbres Laurelin et Telperion, et brillant d’une lumière pure. Varda elle-même les consacra, afin que nul être impur ne puisse les toucher sans être blessé. Le jour où il vit les Silmarils pour la première fois, et qu’il regarda l’éclat qui brillait dans le regard de son père, Maglor déclara « S’il est possible d’imaginer une telle chose dans cette terre de paix, je dirai que des guerres seront entreprises pour ces joyaux. » A quoi Fëanor répondit « Je ne puis imaginer que quiconque veuille les voler, car il encourra la malédiction éternelle des Gens de Fëanor ».
Malheureusement pour tous les Eldar, le temps de la libération de Melkor arriva, et dès qu’il vit les Silmarils, il voulut les voler.  Il s’évertua à briser les liens entre les princes Noldor, et à attiser la haine dans le cœur de Fëanor. Celui-ci forgea pour la première fois de l’histoire de Valinor des lames. Dix magnifiques épées, parmi les plus belles et  les plus mortelles à jamais avoir été forgée. Il en donna une à chacun de ses fils, en garda une pour lui. Les dernières furent confiées à Egalmoth, bretteur à nulle autre pareille, et à Ecthelion.  Mais pour Finwë, Haut-Roi des Noldor, il forgea Ringil, la lame qui reflétait l’éclat des Silmarils, que celui-ci accepta à contrecœur. Il y eut également de nombreuses autres épées, boucliers et armures, et d’autres forgerons de sa maison l’imitèrent, et bientôt tous les Noldor de Tirion possédaient leur propre équipement de guerre. Fëanor avait amené la graine de la destruction en Aman. Maglor appela son épée Nyermacil, l’Epée du Chagrin, ou Calayaru, la Lumière et l’Obscurité.
Un jour, il tira son épée contre son frère Fingolfin, et pour cela, il fut exilé hors de Tirion pendant 12 ans. Son père, Finwë, le suivit, et ils fondèrent Formenos, où furent gardés les Silmarils et tous les joyaux du trésor de Fëanor. Plus tard, quand Melkor, allié à Ungoliant, assassina les arbres, Fëanor refusa la demande des Valar, qui voulaient utiliser les Silmarils pour ressusciter les Arbres, car déjà son cœur s’était asséché. Et les arbres moururent, et avec eux le destin des Noldor fut scellé.
Melkor rentra à Formenos, mit en fuite les gardes et tua Finwë, le seul à être resté pour le défier. Alors il déroba une grande partie du trésor de Fëanor et les Silmarils, avant de fuir vers la Terre du Milieu par la baie glacée du Nord. Fëanor, lorsqu’il apprit cela, fut pris d’une rage noire, et lui et ses fils, et ses gens, prononcèrent le Serment. Un serment terrible et définitif. Ensuite il rentra à Tirion armé de Ringil, désormais Haut-Roi des Noldor, et exhorta son peuple à quitter Tirion pour découvrir la liberté en Terre du Milieu et se venger de Melkor, l’assassin du Haut-Roi. Maglor et ses frères ne convainquirent les fils de Finarfin et Fingolfin de les accompagner. Et bientôt, sur les cinquante milles Noldor de Valinor, quarante-cinq milliers choisirent l’exil, même si la plupart choisirent de suivre Fingolfin et Finarfin. Mandos maudit alors les Noldor qui choisissaient l’exil, offrant une dernière chance de rédemption, que seul Finarfin et un millier des siens saisirent.
Fëanor et les siens partirent devant, et se rendirent à Alqualondë, la cité des Teleri. Là, ils demandèrent à Olwë de leur donner des bateaux pour traverser la mer. Ceux-ci étaient les biens les plus précieux des Teleri, et ils refusèrent, en plus de tenter de faire revenir les Noldor sur leur décision. Alors le Haut-Roi, impitoyable, ordonna à ses troupes de s’emparer des bateaux. La bataille fut sanglante, et bien que très inférieur en nombre, les Noldor possédaient de vraies armes et armures. Ils furent nombreux à se noyer en tentant de tuer capturer les fiers navires. Lorsque Fingolfin arriva avec les autres Noldor, en voyant son peuple en difficulté, il se jeta dans la bataille sans hésiter. Aussitôt, l’avantage passa aux Noldor, et les Teleri s’enfuirent, laissant leurs précieux navires. Malgré les pertes, les exilés étaient encore beaucoup trop nombreux pour tous rentrer dans les bateaux. Fëanor promit à son frère de renvoyer les bateaux et s’en alla avec ses fils et ses fidèles vers les rivages de la Terre du Milieu.
Maglor, qui commandait son propre navire, se détacha du gros de l’armée pour partir vers Tol Eressëa. Là, il se dirigea vers le centre de l’île, et trouva la demeure de sa bien-aimée. Le cœur lourd de regrets et l’épée toujours ensanglantée du sang de son peuple, il lui raconta tout, avant de lui dire :
« Je comprendrais que tu ne veuilles plus de moi. Moi-même, je commence déjà à me haïr pour cela. Je comprends les paroles de Mandos à présent. Nous avons tués des Elfes, pour … notre fierté, et des pierres. Hélas, j’ai prêté serment, et il ne sera pas dit que Maglor trahit sa parole. Tant que je le pourrai, je tenterai de reprendre les joyaux. Je ne te demande pas de me suivre vers ce que si semble être la voix ténébreuse, et pourtant mon cœur serait apaisé si tu le faisais. »
« Je t’ai donné mon cœur, et il restera à toi jusqu’à la fin des temps. Tes crimes n’ont aucune importance à mes yeux, et je préfère mourir que ne jamais te revoir. »
Alors ils partirent et rejoignirent le reste de la flotte. Arrivés en Terre du Milieu, et malgré les protestations de Maglor et Maedhros, Fëanor brûla les navires Teleri, condamnant les autres Noldor à affronter les périls glacés du Nord pour traverser. Ils étaient arrivés en Beleriand, une terre gouvernée par Thingol de Doriath, et ne sachant à quoi s’attendre, ils s’établirent temporairement près de lac Mithrim. Le Beleriand venait de sortir d’une Grande Bataille, de Melkor avait déclenché dès son retour, utilisant les forces que ses lieutenants avaient rassemblés pendant son absence. Il avait attaqué le Beleriand, isolé Doriath, vaincu Cirdan et assiégé les Havres. A l’est, une alliance entre les Elfes Verts, Doriath et les Nains de Nogrod et Belegost permit d’écraser les orques, même si Denethor, roi des Elfes Verts, périt sur Amon Ereb. Les Havres de Cirdan, assiégés, ne furent sauvés que par l’arrivée des Noldor.
En effet, Melkor, voyant le feu terrible des navires, envoya ses nombreuses armées à l’assaut des Noldor mal installés. Surpris et inférieurs en nombres, ils remportèrent néanmoins une victoire rapide, car ils étaient encore remplis de la grâce d’Aman. Fëanor poursuivit les débris des orques jusque devant Angband, où, séparé de son avant-garde, il dut affronter seul une dizaine de Balrogs, des trolls et des orques. Il tint longtemps, invulnérable et glorieux, mais finit par être terrassé par Gothmog, seigneur des Balrogs. Ses fils, menés par Maedhros, mirent les Balrogs en déroute, mais Fëanor mourut quelques heures plus tard en maudissant Melkor, lui donnant le nom de Morgoth, le Noir ennemi, et en faisant promettre à ses fils de respecter le Serment. Ainsi mourut Fëanor, le plus intelligent, le plus talentueux et le plus vif de tous les Elfes, et son ardeur était telle que son corps se transforma en cendres à sa mort. Et ce fut le premier levé de la lune.
Plus tard, les troupes orques qui assiégeaient les Havres tentèrent de prendre les Elfes par derrière, mais tombèrent dans une embuscade de Celegorm, furieux, et furent taillés en pièces. Ainsi finit la Deuxième bataille du Beleriand, Dagor-nuin-Giliath, la bataille sous les étoiles. Morgoth proposa alors de rencontrer Maedhros, nouveau Haut-Roi des Noldor, pour parler de la restitution des Silmarils. Maglor tenta vainement de dissuader son frère de faire cela, mais celui-ci décida qu’on ne pouvait pas laisser passer une telle chance. Il remit le commandement de l’armée à Maglor et s’en alla vers Angband, avec une escorte conséquente, car il ne faisait pas confiance à Morgoth. Mais Morgoth était fourbe, et il tendit une embuscade aux Noldor. L’escorte fut massacrée et Maedhros capturé, et enchaîné au sommet la plus haute pointe de Thangorodrim, les montagnes d’Angband.
Quelques temps plus tard, les armées de Fingolfin débarquèrent au Nord, à Lammoth, et sonnèrent d’un cor terrible. Ils avaient traversés la baie glacée, et malgré les pertes, ils étaient arrivés en Terre du Milieu. Morgoth, prit de crainte, envoyant ses dernières forces les attaquer. A peine organisés, les Noldor auraient été repoussés si Argon, fils de Fingolfin, ne s’était sacrifié pour vaincre le champion et général des orques. Après cela, Fingolfin mit les orques en déroute, et rallia l’autre versant du Lac Mithrim. Les deux armées Noldor s’observaient avec colère et ressentiment. Mais Fingon, le fils aîné de Fingolfin, apprenant de Maglor que Maedhros était prisonnier du Thangorodrim, appela Thorondor, le roi des Aigles, et s’en alla le libérer. Pour cela, il dut lui trancher le poignet, mais il ramena Maedhros à ses frères, en vie. Cet exploit fut chanté durant plusieurs âges par les Elfes, et Maedhros, en reconnaissance, remit le titre de Haut-Roi des Noldor à Fingolfin, et lui donna Ringil.
Après une rencontre avec Thingol de Doriath, celui-ci remit aux Princes Noldor les Terres peu habitées par son peuple. Les fils de Fëanor s’établirent dans les Marches Orientales du Beleriand. Celegorm et Curufin sécurisèrent et fortifièrent le col d’Aglon et régnèrent le Himlad. Maedhros prit le contrôle de la Marche de Maedhros, et des collines environnantes, à l’est du territoire d’Himlad. Ses cavaliers s’établirent au-delà des collines, dans la plaine, où il surveiller la partie orientale du siège d’Angband. Amrod et Amras, les chasseurs, s’approprièrent le territoire au sud de Maedhros, une vaste forêt. Au sud de leurs terres se trouvait Amon Ereb. Le sombre Caranthir vécut en Thargelion, à l’est de Maedhros, entre le Gelion et les Ered Luin. Il construisit sa forteresse au bord du Grand Lac Helevorn, sur le mont Rerir. Maglor gouverna quant à lui les terres au Nord de celles de Caranthir, entre les deux bras du Gelion, et fortifia la Brèche, qui fut nommée Brèche de Maglor. Il possédait lui aussi une grande cavalerie, et son château fut bâtit au sud de ses terres, au point où se rejoignaient les deux bras de Gelion.
Les autres princes Noldor trouvèrent tous un domaine. Turgon à Nevrast, sur la côte ouest, où il gouvernait autant de Sindar que de Noldor. Fingolfin vivait à Hithlum, avec la majorité de son peuple, et il fortifia les montagnes. Fingon vécut en Mithrim. Les fils de Finarfin prirent le centre du Beleriand. Angrod et Aegnor s’installèrent en Dorthonion, sous l’ombre d’Angband, et Finrod fortifia le passage entre le Dorthonion et Hithlum. Il bâtit sur l’îlot de Tol Sirion Minas Tirith, la tour de Garde.
En l’an 20 de Premier Age, Fingolfin organisa la fête des retrouvailles, destinée à apaiser les tensions, et elle resta longtemps dans les mémoires. En 53, Turgon commença à fonder Gondolin, et Finrod s’en alla chercher un emplacement pour Nargothrond. Ulmo, Valar de l’eau, leur était apparu en songes, et leur avait dit de construire des cités cachées pour protéger leur peuple.
Sept ans plus tard, Morgoth, croyant que les Princes Noldor ne se souciaient plus de la guerre, envoya deux armées pour conquérir le Beleriand. Mais elles furent écrasées par Fingolfin à l’ouest. A l’est, l’armée fut arrêtée par Maglor dans la Brèche, et les cavaliers de Maedhros la détruisirent. Cette bataille fut connue comme Dagor Aglareb, la bataille glorieuse. Le siège d’Angband fut alors renforcé, et il dura plus de 400 ans. Durant toute cette période de paix, les Noldor et Sindar se multiplièrent, et les premiers Hommes, les Edain, arrivèrent en Beleriand. Divisés en trois tribus, ils commencèrent par s’installer en Estolad, une région vide du Beleriand oriental. La tribu de Bëor, dont le chef servit Finrod Felagund jusqu’à sa mort à Nargothrond, finit par vivre en Dorthonion, sous la protection d’Angrod et Aegnor. Le peuple de Marach, plus tard connu comme peuple d’Hador, s’installa en Dor-Lomin, acceptant Fingolfin comme Seigneur.  Le troisième clan, les Haladins, s’établirent en Thargelion, mais furent attaqués par des orques passés en 375. Sauvés de justesse par Caranthir, ils partirent vivre près de Doriath, en Brethil. Il resta néanmoins des Hommes en Estolad jusqu’à la fin de Premier Age, sous la souveraineté d’Amrod et Amras.
Excepté une sortie de Glaurung repoussée par Fingon en 260 et l’attaque des Haladins, il n’y eut guère d’orques pendant quatre siècles. Fingolfin voulut attaquer Angband, mais les autres princes refusèrent, se croyant en paix. Maglor lui-même avait oublié la guerre, oublié les Joyaux. Lui et les Elfes de sa maison profitaient de la vie. Car elle était belle, cette vie de liberté en Terre du Milieu, aux côtés de sa femme et de ses amis. Il composait des dizaines de poèmes, car il avait à présent trouvé un Elfe plus doué que lui : Daeron de Doriath, ménestrel de Thingol. Il adorait chasser avec ses frères, profiter de la vie, faire l’amour à Shaïra, chanter son bonheur. Parmi tous les princes des Noldor, c’était certainement lui le plus heureux de l’exil. Pour rien au monde il n’aurait voulu retourner à Valinor et à Tirion. Beaucoup de Noldor étaient nostalgique de Grande Cité Blanche d’au-delà des Mers, comme le montre la fondation de Gondolin, bâtie pour ressembler à Tirion. Mais Maglor adorait également la beauté de la Terre du Milieu, en grand romantique, il pouvait y chanter la beauté de la nature sauvage. Et parmi ses frères, c’était certainement lui qui tenait le plus, déjà à cette époque, à oublier le serment. Son palais était surtout composé de jardins, et il se rendait rarement à la forteresse d’Himring, construite par son frère Maedhros, sur la colline d’Himling. Mais le bonheur et les temps de paix ont toujours une fin. Et elle est souvent brutale.
L’hiver de l’année 455 fut paisible, jusqu’à ce qu’un matin, des torrents de flammes se déversèrent d’Angband, dévastant la plaine verte d’Ard-Galen, où était maintenu le siège. De nombreux Elfes périrent, et les Flammes atteignirent les contreforts des monts Mithrim à l’ouest, où ils brûlèrent les vastes forêts. La forteresse principale d’Ard-Galen fut encerclée et balayée. Morgoth lança alors un terrible assaut sur tout le Beleriand, la plus grande armée d’orques jamais rassemblée dans l’histoire, accompagnés de trolls, de géants, de loups, de loup-garous, et autres créatures démoniaques. A l’ouest, Gothmog mena ses armées, plus de quatre-cents milliers d’orques en furie, sur les versants des montagnes Mithrim. Fingolfin rassembla ses armées et appela à l’aide le peuple d’Hador. Celui-ci, accompagné de ses fils Galdor et Gundor, amena vingt-mille soldats. Fingolfin commandait autant de fiers Noldor. Les hommes et les elfes affrontèrent pendant deux mois les orques menés par les Balrogs devant Barad Ethiel, la forteresse de Fingolfin du côté des monts faisant face à Angband.  Gundor le Beau tomba là, percé de flèches. Hador aux Cheveux d’Or y mourut aussi, et se fut source de tristesse pour les Elfes. Heureusement, Fingon, ayant rassemblés les Sindar de Mithrim et des renforts Noldor, contourna les orques et finit par les mettre en déroute lorsqu’arrivèrent les derniers jours de l’Hiver. Ce fut une victoire chèrement payée, et le reste du Beleriand n’eut pas cette chance.
Sauron, menant deux-cent-mille orques et une légion de loups, s’abattit sur le Dorthonion. Angrod et Aegnor, aidés de Bregolas de la maison de Bëor, tentèrent de les retenir. Plus à l’ouest, une centaine de milliers d’orques attaquèrent Orodreth, le fils d’Angrod, qui tenait Minas Tirith pour Finrod. Finrod lui-même rassembla une armée de Nargothrond pour venir en aide à son neveu. Mais il fut attaqué dans les marais, et encerclé. Seule l’intervention de Barahir, le frère de Bregolas, le sauva. Finrod, en remerciement, remis à Barahir son anneau, mais dû rentrer d’urgence à Nargothrond. Barahir retourna en Dorthonion pour aider à la défense, et Orodreth du tenir seul avec son fils Gil-Galad la belle tour de garde.
A l’est, les forces des orques se divisèrent en trois vagues de cent-mille soldats. La première fonça violemment sur le col d’Aglon. Les forces de Celegorm et Curufin furent balayées, Himlad ravagés, et ils durent fuir vers Nargothrond. Les orques attaquèrent alors le Dorthonion par derrière. Aegnor fut tué en tentant de les retenir. Angrod tomba face à l’assaut de Sauron, aux côtés de Bregolas, et les Elfes s’enfuirent en Hithlum. Les femmes et les enfants de la maison de Bëor partirent pour Dor-Lomin, tandis que Barahir organisait une ultime résistance. Glaurung et ses dragons mena les deux autres armées d’orques à travers la plaine de Lothlann. Les cavaliers de Maglor et Maedhros, menés par Maglor, essayèrent de les arrêter. La maison de Maglor chargea au centre, et la bataille fut longue. Mais Glaurung était impitoyable. Ce jour-là, Maglor perdit de nombreux amis. Lorsque la charge fut brisée et que le feu des dragons dévasta la plaine, Maglor et ses amis réussirent à rassembler les survivants pour fuir vers la brèche. Les cavaliers ne prirent même pas la peine de la défendre, et l’armée entière se replia vers Himring. Maglor rentra dans son palais, prit avec lui ce qu’il pouvait, dont sa femme, et se replia lui aussi sur Himring. Ainsi, son fief tomba, et se fut la fin des années de paix. Alors que le gros de l’armée attaquait la citadelle de Maedhros, Glaurung continua, mis Caranthir en déroute, détruisit sa forteresse du Mont Rerir et souilla le lac Helevorn. Les dragons de Morgoth étaient une arme terrible, et même si ceux-ci ne volaient pas,  leur feu ne pouvait pas être arrêté par les Elfes. Ce ne fut qu’au cœur de la forêt, sur Amon Ereb, que Caranthir et les frères chasseurs, aidés des humains d’Estolad et les Elfes Verts, purent anéantir les orques et forcer Glaurung à retourner blessé à Angband.
Himring ne tomba pas. Le siège fut long et dur, mais Maedhros et Maglor tinrent bon. L’aîné, depuis son séjour sur le Thangorodrim, brûlait d’un feu terrible, et les orques fuyaient devant lui. Maglor était quant à lui un excellent bretteur, et c’est durant cette bataille que lui et les dix-sept survivants poètes de sa maison se forgèrent une terrible réputation. Cette bataille, même si elle ne marqua pas la fin des Noldor, mit un terme au siège d’Angband et permis à Morgoth de piller le Beleriand comme il le souhaitait. Le peuple Sindar dut se cacher en Doriath. Fingolfin, apprenant la mort des fils de Finarfin, la ruine des Fils de Fëanor, s’enferma dans une rage froide. Il prit son cheval et Ringil, et il s’en alla défier seul Morgoth devant le Thangorodrim. Le Noir Ennemi sortit, et une dure bataille s’en suivit, durant laquelle Fingolfin, armé de la meilleure épée qui fut jamais forgée et d’une sombre détermination, blessé sept fois Morgoth, avant d’être jeté à terre. Dans un dernier souffle, il trancha le pied de son adversaire. Morgoth, fou de douleur, voulut le donner à manger à ses loups, mais Thorondor le grand aigle le défigura et récupéra le corps. Fingon devint Haut-Roi des Noldor. Maglor chanta beaucoup sur les actes héroïques de celui qu’il considérait comme le plus courageux et le plus noble Noldor à avoir jamais foulé le sol de la Terre du Milieu.
Les années suivantes virent beaucoup de désastres. Galdor fils de Hador mourut pour la défense de Barad Ethiel, Barahir et les siens furent massacrés en Dorthonion, Minas Tirith tomba aux mains de Sauron, conduisant à la fuite de d’Orodreth et son fils vers Nargothrond. Les incursions orques se calmèrent néanmoins, car Morgoth avait subi de lourdes pertes, et il devait reformer son immense armée. Des nouveaux hommes, venus d’Orient, se mirent au service des fils de Fëanor. La tribu d’Ulfang servit Caranthir, et celle de Bòr Maglor. Le poète lui-même se lia d’amitié avec les fils de Bòr, car ils étaient loyaux et romantiques.
Les années passèrent, et l’histoire incroyable de Beren et Luthien secoua le Beleriand entier. Au prix de la vie de Finrod Felagund, du chien Huan et de Beren lui-même, un Silmaril avait été récupéré ! Celegorm et Curufin furent chassés de Nargothrond, et repartirent seuls, sans même le fils de Curufin, Celebrimbor. Luthien sacrifia son immortalité pour que Beren revive, et ils vécurent une vie paisible en Nan Elmoth, une forêt proche de Doriath. Ce fut durant ses années que Daeron de Doriath disparu.
Cette histoire donna du courage à Maedhros, qui retrouva l’espoir, et qui convoqua une Grande Alliance pour repousser Morgoth. Certains aujourd’hui encore disent que sans la Serment, l’Alliance aurait pu être victorieuse.  Deux armées furent rassemblées. Celle de l’Ouest, menée par Fingon, Haut-Roi des Noldor, et plus de quinze milles Noldor d’Hithlum, était accompagnée d’autant d’hommes de la Maison de Hador, menés par Hùrin Thalion, le plus grand guerrier parmi les mortels, et son frère Huor. Deux milles Sindar de Mithrim et cinq milles Falathrim de Cirdan étaient là aussi. Et Haldir, seigneur des Haladins, amena avec lui deux milles braves. Mais de Nargothrond, seul une petite force commandée par Gwindor, un seigneur Noldo, vint, et de Doriath, il n’y eut que Beleg Arc-de-Fer et Mablung.
L’Armée de l’est, elle, était menée par Maedhros, accompagné de ses frères et douze-milles des gens de Fëanor. Ils avaient convaincus trois milles Elfes Verts de les accompagner, et les Nains de Nogrod et Belegost étaient avec eux. Quinze milles nains, menés par Azaghâl de Belegost. Bien entendu, les orientaux menés par Uldor fils d’Ulfang, dix-milles hommes, et ceux de Bôr, huit-milles soldats, étaient là aussi.
Les premiers à avancer furent les soldats de l’Armée de l’Ouest. Ils se tinrent fièrement devant l’ancienne Ard-Galen, regardant une centaine de milliers de soldats de Morgoth les provoquer. Ce ne fut que lorsque les soldats de Morgoth tuèrent Gelmir, frère de Gwindor, que celui-ci se jeta sur les rangs d’orques, et l’armée le suivit. L’avant-garde fut balayée, et Gwindor et ses hommes pénétrèrent même dans Angband. Là, ils furent tués, et Gwindor capturé. Le gros des forces de Morgoth sortirent de sa forteresse, et Fingon fut forcé de se replier, avec de très lourdes pertes. Haldir des Haladins mourut, et peu de ses gens rentrèrent en Brethil. Durant plus d’une journée, Fingon tint bon sur les contreforts de Mithrim. Et alors, Turgon, Roi de Gondolin, arriva avec une dizaine de milliers de cavaliers. Ayant avec lui la surprise et la force de la charge, il renversa les troupes de Morgoth et rejoint Fingon et Hùrin.
L’armée de l’Est, distraite par des mensonges, arriva alors sur le champ de bataille, prenant les orques à revers. La bataille semblait gagnée. Mais les renforts d’Angband, les dernières forces de Morgoth, menés par les dragons, sortirent d’Angband. Ce fut cet instant qu’Uldor choisit pour trahir Maedhros. De plus, des renforts orientaux postés l’est arrivèrent sur le champ de bataille. Attaqués de trois côtés, l’armée de Maedhros se rompit. Les Elfes Verts furent écrasés et les Noldor battirent en retraite du mieux qu’ils purent, couverts par les nains. Maglor, qui ne supportait pas la trahison, fut pris de fureur, et il emmena les cavaliers de sa maison sur les forces d’Uldor, accompagné de Bòr et ses fils. Lors d’un combat singulier terrible, Maglor décapita Uldor. Ulfast, son frère, mourut de la main de Bòr, et Ulwarth, le dernier de la fratrie, mena une contre-attaque. Maglor perdit trois elfes de sa maison avant d’être forcé au repli. Bòr et ses fils, restés fidèles, tombèrent là, avec Ulwarth. Les fils de Fëanor, comme par miracle, arrivèrent à partir de cet instant à rester ensemble dans leur déroute, et ils se frayèrent un chemin sanglant vers le Beleriand et Himring.
Avant que la bataille ne fût perdue, il y eut de nombreux actes d’héroïsme chez l’Alliance. Azaghâl de Belegost parvint, au prix de sa vie, à mettre en fuite Glaurung, et les nains emportèrent sa dépouille dans sa cité. Personne ne tenta de les arrêter. Le piège se referma alors sur l’armée de l’Ouest. Fingon, tué par Gothmog d’un coup à la tête, s’éteignit là, et avec lui les espoirs des Elfes. Les Falathrim fuirent vers la Mer, et Turgon, rassemblant les débris de l’armée d’Hithlum, entama un long repli vers Gondolin. Il fut couvert par les hommes de la maison de Dor-Lomin, qui périrent là jusqu’au dernier, sauf Hùrin, qui fut capturé et ramené prisonnier à Morgoth.
Ainsi se termina la cinquième bataille, qui fut nommée Nirnaeth Arnoediad, les Larmes Innombrables, car tous les Elfes et les Hommes de Beleriand perdirent au moins un proche dans cette débâcle. Turgon devint, depuis Gondolin, le nouveau Haut-Roi. Morgoth affirma cette fois-ci sa domination sur tout le Beleriand. Il captura Hithlum et Dor-Lomin, y envoyant vivre les Orientaux. Les fils de Fëanor se replièrent vers Amon Ereb pour tenir cette dernière position et les Elfes Verts se cachèrent en Ossiriand. Morgoth détruisit Himring, puis ravagea les ports du Falas. Cirdan et Gil-Galad s’enfuirent sur l’île de Balar, pour y fonder un havre de réfugiés. Le reste du Beleriand, à l’exception de Doriath, Gondolin et Nargothrond, fut ravagé. Et même ses royaumes finirent par tomber. Nargothrond fut le premier. Tùrin, fils de `Hùrin, qui s’y était établi, poussa le roi à cesser de se cacher et à provoquer Morgoth en libérant le Beleriand. Glaurung écrasa l’armée d’Orodreth, le tua, et s’empara de Nargothrond. Celebrimbor et quelques survivants rejoignirent Cirdan sur l’île de Balar. Tùrin partit vivre chez les hommes de Brethil, mais la malédiction qui pesait sur lui et son père, libéré d’Angband, provoqua la fin de la lignée des Seigneurs des Haladins. Tùrin tua Glaurung, puis se suicida, et Hùrin se jeta dans la mer quelques temps plus tard. Les hommes de Brethil se cachèrent alors dans les forêts d’Estolad, dernière place forte des humains, défendue par les fils de Fëanor.
Doriath suivit, car Thingol fut assassiné par les nains de Nogrod qui voulait s’emparer du collier qu’il avait forgé pour le Silmaril récupéré par Beren. A la suite d’un bain de sang terrible qui vit la mort de Mablung et la destruction de Menegroth, et d’une armée de nain, Beren récupéra le Silmaril, et le légua à son fils Dior Eluchil, qui reconstrusit Doriath. Néanmoins, le pays n’était plus protégé, et les armées de Doriath étaient faibles. Dior eut trois enfants avec Nimloth de Doriath : Elured, Elurin, et Elwing. Mais les fils de Fëanor, toujours tenus par le serment de récupérer les Silmarils, sommèrent Dior de leur rendre celui qu’il détenait. Devant son refus, Caranthir et Celegorm poussèrent Maedhros à attaquer le royaume. Le combat fut terrible, mais les Noldor étaient toujours mieux équipés et plus nombreux. Dior vendit chèrement sa peau, tuant Celegorm, Curufin et Caranthir avant de périr de ses blessures. Sa femme mourut avec lui. Ses fils furent abandonnés dans la forêt, mais les survivants de Doriath, menés par Galadriel, fille de Finarfin, et son mari Celeborn, s’enfuirent avec Elwing et le Silmaril. Ils s’établirent à l’embouchure du Sirion, et fondèrent des Havres de réfugiés de tout le Beleriand.
Quelques années plus tard, une trahison provoqua la chute de Gondolin et la mort de Turgon, Haut-Roi des Noldor, mais de nombreux elfes, menés par Tuor, fils de Huor, et sa femme, la fille de Turgon, Idril, s’enfuirent aux Havres du Sirion. Les forces de Morgoth avaient grandement soufferts à Gondolin, et il dut laisser un temps les Elfes en paix pour reconstruire son armée. Gil-Galad devint le nouveau Haut-Roi des Noldor. Eärendil, le fils de Tuor, se maria avec Elwing de Doriath. Ils eurent deux enfants, Elrond et Elros. Mais le serment provoqua un troisième massacre, qui fut de loin de le pire. Maglor était partisan d’abandonner les Silmarils pour l’instant, mais Maedhros ne le voulut point. Ses troupes se mirent en marche, et ravagèrent les Havres du Sirion. Eärendil était parti depuis longtemps déjà pour tenter d’implorer le pardon des Valar, comme l’avait fait son père Tuor. La Maison de Maglor, réduite à douze elfes depuis l’attaque sur Doriath, souffrit encore de deux pertes. Et Amrod et Amras furent tués. Egalmoth de Gondolin décida alors de tenter une charge pour libérer la ville, mais Megilnimp, le meilleur bretteur de la maison de Maglor, le tua, et récupéra son épée courbe. Après cela, les survivants s’enfuirent, menés par Galdor de Gondolin, et furent sauvés par Gil-Galad qui les emmena à Balar. En revanche, Elwing fut changée en colombe par Ulmo, dieu des eaux, et elle rejoignit Eärendil dans son vaisseau. Maglor et Maedhros, les derniers fils de Fëanor, capturèrent Elrond et Elros. Eärendil trouva alors le chemin de Valinor et implora sa cause auprès des Valar, qui menèrent une immense armée pour combattre Morgoth. Ainsi commença la guerre de la Grande Colère.
Elle fut terrible, et dura longtemps, mais un jour, la nouvelle parvint à Amon Ereb. Morgoth était vaincu, les Silmarils entre les mains du héraut de l’armée de Valar, Eonwë, et ceux-ci offraient le pardon aux Noldor. Ils pouvaient rentrer. Aussitôt, les avis divergèrent, mais les Elfes se mirent en marche vers le campement. Quand Maedhros demanda à Eonwë de lui rendre les Silmarils, il refusa, lui disant que par leurs crimes, ils avaient perdus leur droit sur les joyaux.
Cette nuit-là, Maglor tenta de convaincre son frère d’abandonner le Serment. Mais Maedhros était comme son père, implacable et impossible à détourner de ses objectifs. Quand son grand frère l’eut convaincu de tenter de voler les joyaux à Eonwë, Maglor, certain que quelque chose de terrible allait arriver, rassembler les dix derniers Elfes de sa maison, qui l’avait accompagné durant toutes ses années de peine et de douleur. Il leur demanda alors, s’il ne revenait pas, de rentrer en Aman avec les autres, et les quitta sans plus de précisions.
De nuit, ils s’infiltrèrent dans le camp et réussirent à dérober les Silmarils, mais ceux-ci les brûlaient atrocement. Maedhros se jeta dans une crevasse, fou de douleur, et Maglor jeta le sien dans la mer.

Ainsi commença le Deuxième Age de ce monde. Et le troisième âge aussi d’ailleurs. Et après 6500 ans à glander au bord de la mer, il revient ! SURPRISE !





¤ Caractère :

Maglor, même dans sa jeunesse, a toujours été touché par une profonde mélancolie, un sorte de ... sens de la catastrophe. Néanmoins il possédait également un grand cœur et une certaine détermination. Son profond romantisme et son idéalisme s'exprime magnifique dans ses poèmes et chansons, néanmoins souvent empreints de désespoir. Sa femme, Shaïra, parvenait autrefois à apaiser sa mélancolie et à calmer son cœur. Mais depuis la Fin du Premier Age, il s'est totalement refermé. Son idéalisme s'est corrompu, et il est rongé par la douleur, les regrets et les remords. Aujourd'hui, même si son coeur reste une plaie ouverte, il a retrouvé son courage et montre une froide détermination à combattre le mal, pour racheter des actes passés.
On peut également dire qu'il est intelligent et cultivé. Il adore les chevaux et la Mer, et éprouve une certaine fascination pour les héros. Toujours en quête d'un poème à écrire, il est l'auteur du plus célèbre d'entre eux parmi tous les Enfants d'Illuvatar, le Noldolantë, qui deviendra plus tard le Silmarillion parmi les Hommes du Quatrième Age. (Eh ouais Tolkien il a rien inventé, mis à part Maglor lui-même ...)
Il montre toujours un profond respect aux autres, et en réalité, les critiques des autres personnes, ses amis compris, ne le touche absolument pas, parce que personne ne peut le juger plus durement qu'il ne l'a fait lui-même. Evidemment, il respecte un code d'honneur très stricte, et il ne romps jamais un serment donné, malheureusement pour lui !



¤ Physique :

Maglor est un Noldo, il a par conséquent les cheveux noirs de jais, les yeux bleus et un beau visage. Il est même particulièrement beau, et empli d'une grâce certaine. Comme c'est un Elfe, son visage est jeune, mais ses yeux sont triste et vieux, et quand on le regarde bien on peut sentir le chagrin du monde peser sur ses épaules.
Il n'est pas particulièrement musclé mais il cache une force insoupçonnée. En réalité, c'est un excellent bretteur, aux réflexes vifs et à la rapidité stupéfiante, comme le montre sa survie à tant de batailles.
C'est un Calaquendi, qui a vu la lumière des Arbres, et on peut le voir au charisme qu'il dégage.
Il porte souvent des habits bleus délavés avec une vaste cape blanche et il ne part jamais sans une harpe à la main. Quand il doit se battre, il porte une armure complète de Noldor dorée, un bouclier argenté frappé de l'Etoile de la Maison de Fëanor et d'une harpe noire, et une épée forgée par Fëanor lui-même, l’Épée du Serment !



¤ Parenté et personnes proches:


Indbòr (Cœur-Fidèle), son plus vieil ami et garde, toujours de bon conseil, c'est lui qui lui a fait retrouver l'espoir
Megilnimp (Blanche-Epée), guerrier Noldor hors-pair, Héritier de l'épée d'Egalmoth de Gondolin, Elfe frivole
Turamdùr (Grand-serviteur), ancien Chef Forgeron d'Eregion dans le Gwaith-in-Mirdain, aussi connu comme Tamo, le forgeron
Mordan, Noldo idéaliste et romantique, épris de Justice, Fondateur des Chevaliers des Valar, ancien Suivant de Maedhros et Protecteur d'Himring
Aradir, archer d'élite, Compagnon d'Amrod et Amras, Elfe cynique et fataliste
Daeron de Doriath, meilleur barde de tous les Quendi, inventeur des runes, dit "l’Érudit", Elfe désespéré et en quête de l'impossible
Shaïra Astre-des-Mers, la Femme de Maglor, dite "Elenëar" en Quenya (ET OUI IL A UNE FEMME !!)
Diagoras des Dunedain, Ranger d'Eriador, dit "Furibard", ami de Maglor
Ràna (Vagabond), un grand loup blanc que Maglor a sauvé de la mort









Le Joueur


Votre âge : 17 ans
Localisation : Suisse
Depuis combien de temps faites vous du rp ? : 6 ans
Sur quels autres forum êtes vous ? : L'antre de Fumos x)
Pourquoi ce forum ? : Parce que je l'aime
Comment nous avez-vous trouvé ? : Google
Idées & Suggestions pour l'amélioration du forum : Avez vous des idées ? Ça m'arrive parfois !



© By Cirion - Eredil




Connu comme :
 



Merci Iony ♥


Dernière édition par Maglor Main d'Or le Jeu 16 Juil - 15:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://ordredefumos.xooit.com
Denethor II...

avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 16/09/2014
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 813

Feuille de route
Argent: 21.014 Po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Maglor Main d'Or, le Dernier Héritier de Fëanor   Jeu 9 Juil - 1:59

Ah ! le changement c'est sûr que c'est maintenant alors ! Razz

Hâte de lire l'histoire en tout cas ! Et j'espère que ce perso te plaira plus Smile


Yo BTDD ! Redoc est de retour et va tout déménager !
Revenir en haut Aller en bas
Cirion
¤ Seigneur du Lebennin ¤
¤ Seigneur du Lebennin ¤
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 22/09/2011
▌VOTRE AGE : 20
▌MESSAGES : 6294
▌ROYAUME : Aucun
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌COMPETENCES : Devine ?
▌CITATION : En cas de guerre mondiale je file à l'étranger

Feuille de route
Argent: 6300 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Maglor Main d'Or, le Dernier Héritier de Fëanor   Dim 12 Juil - 14:30

ça avaaaaance ?


Carnet de Route



Oscars & Souvenirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Le Faucon Rouge
Tout le Mal du Monde ¤ Capitaine des Messagers de la Nuit
Tout le Mal du Monde ¤ Capitaine des Messagers de la Nuit
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 27/01/2011
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 1862
▌ROYAUME : The place where wishes come true !
▌VOTRE RANG : Tout le Mal du Monde
▌COMPETENCES : Glander. Si si c'est une compétence !
▌CITATION : Tous les vents sont favorables à un homme à qui sa destination importe peu.

Feuille de route
Argent: 6.000 po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Maglor Main d'Or, le Dernier Héritier de Fëanor   Jeu 16 Juil - 15:14

J'espère que vous comprendrez que par flemme, j'ai "bacler la fin" Razz

Normalement j'ai assez pour une quête de po's par contre Smile

J'aimerai être validé à Fondcombe. Yolo


Connu comme :
 



Merci Iony ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://ordredefumos.xooit.com
Denethor II
Intendant du Gondor

Intendant du Gondor
avatar

Féminin
▌INSCRIT LE : 12/01/2014
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 4371
▌ROYAUME : Gondor
▌VOTRE RANG : Intendant du Gondor

Feuille de route
Argent: 302 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Maglor Main d'Or, le Dernier Héritier de Fëanor   Jeu 16 Juil - 15:45

270 lignes au total qui auraient pu être encore mieux s'il y avait eu un peu plus de couleurs, sauts de lignes, etc.

Bref, ça nous donne:

100 lignes + qualité = grade Capitaine atteint (2.000 po's) !
100 lignes = quête po's (3.000 po's) !
Reste 70 de rab

Validé à Fondcombe donc Wink




Oscars 2015:
 


Personnages joués : Sauron Le Grand x3 (Sauronne) // Legolas Vertefeuille (Leggy)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maglor Main d'Or, le Dernier Héritier de Fëanor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maglor Main d'Or, le Dernier Héritier de Fëanor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dernier bilan de choléra:14,642 cas et 917 décès
» Le dernier Tavernier ou "la Louisiane"
» La main invisible
» Creation d'une base de donnees sur le dernier recensement
» Choléra, dernier bilan: 305 morts et 4649 cas de contamination

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: [Avant d'entrer en Terre du Milieu] :: FICHES VALIDEES-
Sauter vers: