Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 Lyenna ~ Âme Vengeresse (DC de Thranduil)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyenna

avatar

Féminin
▌INSCRIT LE : 28/12/2013
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 237
▌ROYAUME : Quelque part en Terre du Milieu...
▌COMPETENCES : Glander...
▌CITATION : Nos ennemis sont fiers, ils ont volé notre enfer mais dans leur malheur, ils ont commis une grande erreur. La flamme qu'ils ont cru voler, brûlera dans nos coeurs pour l'éternité.

Feuille de route
Argent: 255 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Lyenna ~ Âme Vengeresse (DC de Thranduil)   Lun 16 Fév - 23:24



   
Lyenna La jeune buse


    Âge du personnage: 22 ans
    Race du personnage: Homme
    Titre: Aucun, je ne suis qu'une simple guerrière pensant servir une noble cause.
    Lieu de naissance : Dans une petite maison au Nord du bois de Chet, isolée de toute autre civilisation...
    Lieu de vie : Sur les routes, mais je prends le plus souvent mes "temps de repos" à Bree, chez Leezar.
    Grade du personnage: Rôdeuse, protectrice de la Comté
    Allégeance: Moi-même, mais aussi aux forces du Bien.
    Rang spécial:

Code:
<center><i>La Jeune Buse ~ Âme Vengeresse</i></center>



   


HISTOIRE

   

« Je ne sais ce qu'il s'est passé ce jour-là. J'avais à peine trois ans, je jouais dans ma chambre, ma mère était en train de préparer un bon diner après le retour de mes frères et de mon père, partis à la chasse. Nous étions heureux, nous vivions simplement, isolés et pacifiques. Quand ils sont venus... La terreur a envahi notre petite chaumière. Des cris déchirants ont commencé à se faire entendre, le sang a giclé sur les murs. En deux temps trois mouvements, ils les massacrèrent tous. Mes six frères eurent la gorge tranchée, tandis que mon père en tentant de résister fut décapité. Je m'en souviens encore comme si c'était hier, ma mère était devant la porte de ma chambre, elle injuriait les assaillants. J'entendais sa voix tremblante d'effroi à travers les murs. Puis, plus rien. Ils arrivaient. Lentement, le bois commença à crisser sous leurs pieds. Je ne comprenais pas ce qu'était la mort à ce moment-là, mais quelque chose me disait au plus profond de moi que je devais la redouter. Dans un bruit sombre et lugubre, la porte s'ouvrit lentement. Ils entrèrent. Alors l'un d'eux posa ses terrifiants yeux rouges sur moi, je me recroquevillais, de plus en plus, tremblante. Il se prépara à frapper, levant sa lame encore tachée du sang de mes proches, mais quelque chose le devança. Ce quelque chose était une flèche, qui se planta en plein milieu de sa poitrine. Des hommes à capuchons pénétrèrent dans la maison. Ils massacrèrent les monstres un à un, mais l'un d'eux eu tout de même le temps de m'assigner une entaille à l’omoplate. La douleur me fit hurler de tout mon corps, un liquide rouge commença à couler le long de mon bras, puis je me sentie partir. J'entendis un cri non loin de moi, une silhouette s'approcha en courant. Mes paupières commencèrent à être de plus en plus lourdes. Noir. »

C'est ainsi que mon histoire commença, dans l'effroi et la mort. Ma vie, je ne la dois qu'aux rôdeurs. Ils sont venus ce jour-là, mais il était déjà trop tard pour les autres membres de ma famille. Vingt années ont passés, les hommes à capuchon m'ont élevée comme leur propre fille, prenant soin de moi aussi bien que ma mère aurait pu le faire. Je passa ma jeunesse sur les routes, baignée dans leur mode de vie parfois dangereux. Une fois que je fus en âge, l'un de leurs chefs souhaita m'apprendre à me battre. Au début, tous doutèrent de moi, me pensant une enfant fragile et bien peu capable de manier une arme. Je leur prouva le contraire, même si ceci du se faire dans le sang et les blessures. Ma cicatrice à l'omoplate était encore présente. Elle était comme un vestige de mon passé, une force et une faiblesse à la fois. Il ne me fallut que quelques années d'entrainement pour devenir une cavalière et une archer émérite. Je maniais également les lames jumelles, et je portais toujours une dague à ma ceinture en cas de besoin. Convaincus par mes talents de guerrière, je ne fus plus la protégée des rôdeurs mais bien l'une des leurs. Maintes fois, je partis en patrouille en leur compagnie, tuant toutes sortes de créatures des ténèbres qui se mettaient en travers ma route. J'avais fais une promesse ; celle de venger ma famille, et je la tiendrais jusqu'à ce que la mort s'empare de moi. Mon destin en Terre du Milieu était tout tracé ; je combattrais le mal, jusqu'au bout et jusqu'à ce que Sauron soit réduit en poussière. Il était revenu, il rassemblait une armée dans le but de tous nous réduire en esclavage. Nous rôdeurs, nous étions de plus en plus méfiants, car personne n'était réellement digne de confiance. N'importe quel animal, homme, marchand.. pouvait être un espion de notre ennemi. Même nos propres compagnons de voyage.

J'étais souvent seule, préférant me concentrer au maximum sur mes missions. Beaucoup disaient que c'était dangereux, surtout le vieux Leezar, qui semblait décidément pris d'affection pour moi. En plus de mes compagnons rôdeurs, il était certainement la personne la plus importante dans ma vie, celle à laquelle je pouvais me raccrocher constamment. Il résidait à Bree, et par chance, nombreux étaient mes passages dans cette petite ville. Beaucoup le trouvaient stupide et fou, d'autres ne croyaient pas en son art de guérison.. Celui-ci n'égalait en rien la doigtée des elfes, comme il le disait, mais j'avais testé moi-même, et ses remèdes étaient bien efficaces. Dans sa gentillesse surhumaine, Leezar avait même accepté de me transmettre quelques uns de ses secrets. Au début, j'étais réticente, mais il avait insisté. Affirmant que ces connaissances pourraient m'être utiles dans mes quêtes. Je finis par accepter, dans le but de lui faire plaisir. Mais en réalité, je me rendis compte au bout d'un moment que je ne pouvais me passer de ses leçons. Son savoir était si grand, sans failles, je passais des heures à l'écouter à m’imprégner de ses connaissances sans me lasser. J'étais pourtant, d'après les dires de mes compagnons, la femme la moins patiente qu'ils avaient vu de toute leur vie (en fait, ils ne devaient pas en avoir beaucoup vu, des femmes, dans leur vie ! Mis à part les catins des bordels.. bon.. d'accord, j'arrête là.). Ce n'était à chaque fois qu'en s'assurant que je ne manquais de rien que Leezar, le vieux guérisseur, me laissait quitter la ville de Bree pour repartir en direction d'Edoras, là où mes compagnons et moi avons coutume de nous retrouver le plus souvent. C'est d'ailleurs dans cette petite ville juchée sur les pentes d'une falaise que je fis la connaissance d'Harold, mon fidèle destrier. Alors qu'une foire avait été organisé, un marchand gringalet cherchait désespérément à vendre un étalon noir qu'il disait le rendre fou. En m'approchant de la tête de l'animal, j'avais remarqué de l'agressivité dans ses yeux, mais aussi de la fougue et de la tristesse. Il me semblait être le miroir de ma personnalité, c'est pourquoi je ne pus hésiter un instant de plus à dépenser toutes mes économies pour qu'il devienne mien.

Cet achat résonna comme une bêtise complète de ma part chez mes compagnons rôdeurs, qui affirmaient que les chevaux tels que celui-ci n'avait pas leur place dans des missions aussi discrètes que celles que nous avions à accomplir. Je me mis au défi de rendre Harold aussi calme que les autres chevaux, ce que je réussi à faire. Notre relation était basée sur la complicité et la confiance mutuelle, aucun de nos deux n'étaient soumis à l'autre. Je n'aimais pas cela. Depuis la nuit où toute ma famille était morte, j'avais en moi une sensibilité hors du commun qui m'empêchait de faire du mal à tout être innocent, homme ou bête. Ce massacre avait aussi fait naître en moi une peur inconditionnée des orages. Je ne pouvais supporter d'entendre le tonnerre gronder dans le ciel... il me rappelait les hurlements poussés par mes frères cette nuit-là, alors qu'ils étaient en train de se faire assassiner sauvagement par une bande d'orques sans pitié. Les années étaient passées mais je n'avais jamais pu oublier, et je n'oublierais jamais.

Ma réputation en Terre du Milieu était toute faite. Tous ceux qui me connaissaient me surnommaient « Âme Vengeresse », en raison de mon avidité au combat et de mon désir de vengeance. Il est vrai qu'au fur et à mesure que les années avaient filé leur cours, j'avais beaucoup changé. J'étais devenue plus sauvage, plus solitaire. Le danger ne me faisait plus peur, car j'avais enfin trouvé ce pourquoi il fallait que je me batte ; l'avenir de la Terre du Milieu. Peut-être avaient-ils tués mes parents, mais tant que je serais en vie, je les empêcherais de faire d'autres orphelins et enfants malheureux. Mon désir de protection suprême commença tout d'abord à la Comté, là où résidaient les Hobbits, les semi-hommes. Beaucoup les disaient étranges, plongés dans leurs habitudes et pu avenants. Lorsque je m'y rendis, ce fut tout le contraire. Ils semblèrent m'accueillir à bras ouverts (sauf quelques uns d'entre eux, bien sûr !). Voir cette culture différente et ce calme me rendait stable. Je me rendis par la suite très souvent en Comté, veillant sur les semis-hommes comme mes petits protégés. Il est vrai que je devais reconnaître que leurs défenses étaient limitées, c'est pourquoi je parla à l'un des capitaines rôdeurs dans le but qu'il place des hommes non loin de la Comté pour prévenir d'une quelconque attaque. Beaucoup affirmaient que j'étais paranoïaque, et que personne ne pouvait en vouloir à un peuple si pacifique. Rétorquer était trop difficile pour moi, mais dans ma tête j'avais l'argument bien précis qui m'avait amené à protéger avec tant de vigilance les Hobbits ; les orques avaient déjà massacré ma famille, alors que nous n'avions jamais rien demandé à personne, ils pouvaient recommencer avec d'autres.
   
   ¤ Caractère:

Depuis l'accident qui a perturbé mon enfance, j'ai totalement changé de caractère. J'étais autrefois une petite fille confiante, souriante et heureuse de vivre. Aujourd'hui je suis plutôt une battante, prête à tout pour ses convictions. Je ne souris pas aussi souvent que lorsque j'étais enfant, et je dois dire que je n'ai jamais pu oublier ce qui s'est passé. Actuellement, on dit souvent de moi que je suis courageuse et prête à tout pour obtenir ce que je veux. Effectivement, le danger ne me fait plus peur, car j'ai trouvé une bonne cause pour laquelle me battre. Mes relations avec mes camarades rôdeurs se sont beaucoup améliorées, pendant un temps, elles furent un peu tendues en raison de ma robustesse d'esprit quelque peu irritante. Je suis une femme à multiples facettes, je sais passé inaperçue comme je peux très bien attirer l'attention lorsque je le veux. Mieux vaut éviter de m'énerver, sous peine de le regretter rapidement dans les minutes qui suivent. Malgré mon caractère très fort et mes constantes bonnes intentions, j'ai tout de même hériter d'une peur incontrôlable de l'orage, due à la nuit où ma famille fut assassinée. Je suis également très têtue, et il m'arrive souvent de désobéir à mes supérieurs ou de me lancer tête baissée dans une mission à grands risques sans réfléchir. Malgré mon rattachement aux rôdeurs, je me considère comme une femme libre et non pas comme un mouton qui suivrait ses congénères. Si une mission me parait inutile ou ne défendant pas une bonne cause, je n'hésite pas à retirer ma participation. Cela irritent mes supérieurs, mais en raison des épreuves que j'ai traversé, ils ont une pointe d'admiration pour moi, et en général, mes petits « caprices » passent souvent bien auprès d'eux je dois dire.

   ¤ Physique:

Je suis plutôt de petite taille. Je garde constamment ma longue chevelure brune détachée, car j'aime ce sentiment de liberté. Ma peau est plutôt claire, et j'ai hérité sans contrefaçon des yeux couleur noisette de ma mère. Beaucoup disent que les traits de mon visage sont fins, et il m'est souvent arrivé de me faire courtiser dans les tavernes ou autres endroits ou je me suis rendue. Je ne peux cacher le fait d'avoir eu de nombreux amants, mais quand on est une jeune femme telle que moi réputée pour être redoutable et belle, on ne peut s'empêcher d'être flatter par le fait d'avoir autant d'hommes à nos pieds. De plus, les plaisirs charnelles me procurent une distraction non négligeable qui me permet de m'éloigner au moins pendant une nuit des problèmes de la vie quotidienne (effectivement, quand je suis seule, je ne dors que très peu, car je cogite beaucoup). Au niveau de mes vêtements, je suis plutôt habillée simplement, ou disons que ma tenue est confortable pour les longs voyages ou le combat. Je porte constamment un pantalon, jamais au grand jamais vous ne me verrez vêtue d'une robe. En mode de haut, je porte une simple chemise de couleur verte, couleur que j'affectionne beaucoup. Celle-ci est très souvent surplombée d'un corsage (le fameux corsage que les hommes adorent.. oui bon d'accord il remonte ma poitrine !). A ma ceinture, je porte constamment une petite dague, que j'utiliserais en dernier recours si je venais à me trouver dans une situation propice ou bien si j'avais perdu le reste de mes armes. J'accroche mes lames jumelles de chaque côtés de ma taille, et je porte constamment mon arc et mes flèches dans mon dos, prêts à l'utilisation. Lorsque je pars en mission, comme la plupart de mes compagnons, je suis vêtue d'une cape sombre, recouvrant mon visage et une grande partie de mon corps, si bien que personne ne pourrait deviner à première vue qu'une femme se cache là-dessous.

   ¤ Parentée et personnes proches: Les autres rôdeurs, Leezar le guérisseur...

   

   

   
LE JOUEUR

   


© By Cirion - Eredil


   
   





Elle était, selon leurs dires, aussi belle que redoutable.
L'heure est venue. Désormais je ne peux faire demi-tour. Le combat est sans issue. Grands sont les risques, mais je les prendrai. Les trompes de guerre et les tambours raisonnent. Ma flèche ira là où ma pensée la guidera. Freedom.
Revenir en haut Aller en bas
Denethor II
Intendant du Gondor

Intendant du Gondor
avatar

Féminin
▌INSCRIT LE : 12/01/2014
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 4371
▌ROYAUME : Gondor
▌VOTRE RANG : Intendant du Gondor

Feuille de route
Argent: 302 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Lyenna ~ Âme Vengeresse (DC de Thranduil)   Dim 22 Fév - 11:49

Sympa Smile

Validé !




Oscars 2015:
 


Personnages joués : Sauron Le Grand x3 (Sauronne) // Legolas Vertefeuille (Leggy)
Revenir en haut Aller en bas
 
Lyenna ~ Âme Vengeresse (DC de Thranduil)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thranduil m'éneeeeeeeeeeerve !!!
» [Elfes] Blason de Thranduil et statut de messager
» Nandor du Royaume de Thranduil
» Lyndaria Thranduil
» Thranduil [ Résolu ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: [Avant d'entrer en Terre du Milieu] :: FICHES VALIDEES-
Sauter vers: