Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 Que le Harad se lève...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denethor II
Intendant du Gondor

Intendant du Gondor
avatar

Féminin
▌INSCRIT LE : 12/01/2014
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 4371
▌ROYAUME : Gondor
▌VOTRE RANG : Intendant du Gondor

Feuille de route
Argent: 302 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Que le Harad se lève...   Dim 8 Fév - 18:38



Amrâzira La Vipère Noire du Désert


Âge du personnage: 27 ans
Race du personnage: Haradrim
Titre: Reine de Harad, dit « La Vipère Noire du Désert »
Lieu de naissance :Amrûn
Lieu de vie : Amrûn
Grade du personnage: Reine
Allégeance: Mordor
Rang spécial: Reine de Harad ¤ La Vipère Noire du Désert ¤ L’Empoisonneuse





Histoire




Amrazira est née à la capitale du Harad, à Amrûn. Fille du Roi Omored Le Terrible, sa mère décéda en la mettant au monde, la laissant aux bons soins d’un père violent qui n’avait que faire de s’occuper de sa fille car ce qu’il aimait lui, c’était le sang, la torture. Le mariage avec la mère d’Amrazira était un mariage arrangé. Il avait fait ce qu’on attendait de lui, était soulagé lorsqu’il apprit qu’elle était enceinte mais particulièrement en colère lorsque les sages-femmes vinrent lui dirent qu’il avait une petite fille. Son intérêt pour les femmes n’ayant jamais été au beau fixe, il confia sa fille à une nourrice du palais royale et ne voyait sa fille qu’en de très rares occasions où il faisait son possible pour l’ignorer. En grandissant, Amrazira commençait à voir une mère en sa nourrice. La nourrice, elle, lui répétait constamment qu’il n’en était rien, que son devoir était d’élever la fille du roi, rien de plus. Mais la petite fille restait quand même collée à sa nourrice. Celle-ci était une grande adepte de la consultation des voyantes, des femmes pleines de tatouages qui parlaient un langage étrange et qui passaient leur temps à lire des signes dans la fumée de l’encens, du sang et d’ossements d’animaux en tout genre.

Un jour, la nourrice estima qu’Amrazira, âgée alors de 6 ans, était assez grande pour l’accompagner au temple dédié à Sauron, un être d’une telle puissance que le Harad en était venu à le vénérer comme un Dieu. Le bâtiment était immense et en entrant, Amrazira resta bouche-bée devant la statue érigée en l’honneur de Sauron. Elle le représentait, immense et fier, une grande arme à la main pointée vers l’horizon et un objet en or brillant comme le soleil du désert ornant l’un de ses doigts. La nourrice sourit en la voyant ainsi en admiration devant la statue de Sauron. Elle vint alors à la petite fille et lui dit :

« Tu ne l’avais encore jamais vu bien que je t’ai plusieurs fois parlé de lui. Voici Sauron, notre Dieu et Maître. Je viens régulièrement ici consulter la Grande Prêtresse. Cette femme est d’une grande sagesse car on dit ses visions envoyées par Sauron lui-même. Viens avec moi, je vais te la présenter. »

Amrâzira prit la main de sa nourrice sans quitter la statue des yeux jusqu’à ce qu’elles s’engouffrent dans une allée dont les murs étaient ornés d’inscriptions écrites dans la Langue du Sud, de décorations montrant scènes de batailles et de vie et de flambeaux. Au bout du couloir se tenait une porte fermée par un seul rideau rouge et noir. Une lumière en provenance du soleil à l’extérieur du bâtiment s’engouffrait dans la pièce, pile en son centre. La nourrice fit entrer Amrâzira à l’intérieur et la suivit. Puis de la pièce vint une voix de femme :

« Voici donc ta protégée Ila. Approche dans la lumière mon enfant. »

Amrâzira, terrifiée, lança un regard paniqué à sa nourrice qui l’incita à faire ce qu’elle venait d’entendre. La petite fille s’avança dans la lumière et attendit. Au bout d’un moment, une femme apparut du fond de la pièce plongée dans les ténèbres et vint à elle. Elle était grande, ses yeux étaient vitreux et de nombreux tatouages se trouvaient sur son visage, ses bras et sur son corps tout entier. Amrâzira prit peur et ne voulut la regarder. La femme se plaça face à elle et parla d’un ton autoritaire:

« Regardes-moi»

La petite fille leva la tête et la regarda dans les yeux. La femme fut alors comme secouer de spasmes. Sa tête fut violemment rejetée en arrière et ses yeux se révulsèrent. Amrâzira était terrifiée par ce spectacle, mais elle maintenait son regard sur la femme. Quelques secondes plus tard, le spectacle cessa aussi rapidement qu’il était survenu. La femme avait retrouvé tout son calme. Elle regarda alors la nourrice et dit :

« Voici donc l’enfant que mes visions m’apportaient. Tu as respecté mes prédictions et l’a amené ici, en sa sixième année alors que la lune sera pleine ce soir, Ila. »

Amrâzira ne comprenait rien et regarda sa nourrice, interloquée. Puis la femme reprit parlant cette fois à Amrâzira :

« Je me nomme Tzahik. Je suis la Grande Prêtresse de notre Dieu et tu es son envoyée mon enfant. Tu feras de grandes choses et sera respectée des Haradrims comme d’autres peuples du Sud. Tous, Hommes, Femmes, Enfants, ou créatures ténébreuses, te respecteront et tes pas seront guidés par la volonté de Sauron notre Seigneur et Maître. Reviens me voir à chaque soir de pleine lune et je t’enseignerais comment communiquer avec notre Dieu et comment comprendre ses messages. A bientôt, Amrâzira.. »

Puis Tzahik s’inclina et retourna dans les ténèbres d’où elle était apparue. Ila, la nourrice, raccompagna alors la fille du Roi au palais et dès ce moment, elle fut bombardée de questions sur Sauron, sa vie, ses faits, son Royaume. Ila lui raconta tout ce qu’elle savait et Amrâzira, jamais satisfaite, lui demandait souvent de le redire ou lui posait d’autres questions auxquelles la nourrice répondait toujours avec patience. Mais elle voyait le comportement d’Amrâzira changer. Depuis la prédiction de Tzahik, la petite fille était devenue particulièrement hautaine, se sachant à présent l’envoyée du Dieu vénéré des Haradrims. Pire encore, au fur et à mesure des séances avec la Grande Prêtresse, son caractère avait complètement changé. De calme et tranquille, elle était devenue instable, colérique et violente. Elle ne voulut plus de la compagnie de la nourrice depuis que celle-ci avait fait savoir à Tzahik que les consultations devraient cesser pendant un temps, cela ayant un mauvais effet sur la fille du Roi. Amrâzira, âgée alors de 10 ans, était entrée dans une telle fureur qu’elle exigea le renvoi de celle qui l’avait élevé. Ila quitta Amrâzira le cœur lourd et quitta Amrûn. Jamais plus on ne la revit.

Les séances d’Amrâzira chez Tzahik durèrent jusqu’à ses 16 ans. Elle lui avait enseigné tout son savoir, comment interpréter les signes dans l’encens, le sang, les ossements et de le corps même des sacrifiés. Car Tzahik faisait participer Amrâzira à tous les rituels de sacrifices humains, puis lui enseignait la façon de décrypter les signes envoyés par le Dieu dans la façon dont un cœur encore chaud brûlait, ou dans les entrailles béantes d’un torturé à mort sur l’autel du grand temple de Sauron. Mais une autre formation occupait la princesse depuis ses 12 ans. En effet son père estima qu’elle était en âge de tenir une épée et exigea qu’on lui apprenne les rudiments de l’art du combat, sans pour autant en faire une guerrière sanguinaire. C’est là où il se trompait totalement, car avec les séances de Tzahik et les sacrifices humains, la violence d’Amrâzira était telle que souvent, elle blessait voire même tuait ses compagnons d’entraînements. Le maître d’arme en était arrivé à l’exclure totalement des entraînements, allant se plaindre au Roi qu’elle était un véritable danger pour ses hommes, que peu importe l’épée, la lance, ou l’arc qu’elle avait entre les mains, elle était possédée et disait pour sa défense, lorsqu’elle blessait ou tuait un de ses hommes :

« C’est un faible. Les faibles n’ont pas leur place dans l’esprit et les rangs de l’armée qui marchera un jour pour Sauron Le Grand ».

Exaspéré, Omored convoqua sa fille. Il ne l’a voyait pratiquement jamais et fut choqué lorsqu’elle s’avança devant lui tant sa métamorphose physique était grande. Sa beauté était sans pareille mais son visage et son regard étaient durs, froids et plein de haine. Omored en fut impressionné et engagea la conversation avec sa fille :

« Mon maître d’arme se plaint de toi. Tu te montres trop violente à l’entraînement. Ce sont nos hommes qui forment notre armée de Harad que tu blesses impunément au nom de ton… Dieu… Tes agissements doivent cesser sur le champ ; j’espère m’être fait bien comprendre… »

Amrazira écouta son père calmement, les yeux fixés sur lui. Puis au grand étonnement de son père, elle lui sourit et dit :

« Je ne vous vois jamais au temple, Père. Êtes-vous un faible vous aussi ? »

« Je ne prête pas d’attention à ces croyances de bonnes femmes. »

« N’êtes-vous donc pas aux ordres du Roi de Mordor ? »

« Notre Royaume est un allié. Mais en aucun cas ces croyances influenceront mes jugements sur ma façon dont je gouverne mon Royaume. Et d’ailleurs, qu’est-ce que cela peut-il te faire à toi, femme ? Ce sont là affaires d’hommes et non les tiennes. Demain je pars pour Umbar. Je suis chargé de trouver quelqu’un qui épousera ma folle de fille. Si j’entends à nouveau ces accusations à ton égard, je t’emmure vivante dans ce temple que tu aimes tant. »

Sur ces mots, Omored se leva du trône et quitta la salle, laissant Amrazira seule. Elle se mit à rire et pensa pour elle-même : « Vieux fou, c’est toi-même qui sera emmuré vivant pour ton hérésie ! »

Le lendemain matin, toute la délégation de Harad était prête au départ, mais le Roi manquait. Personne ne l’avait vu depuis le repas de la veille au soir. On le chercha partout et cela amusait grandement la princesse. Elle était la responsable de cet enlèvement car la veille au soir, elle avait fait mettre un puissant somnifère à base de venin de serpent dans la carafe de vin de son père, une technique qui lui avait été enseignée par Tzahik. Après avoir longtemps questionné ses esclaves, elle apprit d’eux qu’il avait l’habitude de boire souvent une coupe ou deux de vin avant d’aller dormir. Lui promettant des tourments pires que la mort s’il refusait ou s’il la trahissait, elle avait chargé un esclave d’y verser le somnifère. Après avoir attendu une heure, elle entra dans sa chambre et, aider d’esclaves qu’elle avait également menacé et terrorisé, ils le portèrent jusqu’au temple où il fût jeter dans une salle des cryptes et d’où jamais on ne le revit ni entendu parler de lui. Cela surtout à cause des événements qui suivirent son enlèvement.

Certains généraux commencèrent à soupçonner Amrazira d’être à l’origine de ce crime et le plus estimé d’entre eux, un grand homme à la peau très sombre du nom de Sumbared, voulu parler et défier la jeune Reine, car entre-temps, Amrazira s’était seule proclamée Reine de Harad, titre qui lui revenait de droit au regard de sa haute lignée. Sumbared la défia, l’appelant Sorcière, fourbe Enchanteresse, Empoisonneuse et meurtrière. Amrazira ne répondit rien, le laissant parler se contentant de le regarder de haut. Puis elle se leva et alla à lui. Elle marchait doucement et ne lâchait pas le général des yeux. En homme fier qu’il était, Sumbared soutenait son regard plein de haine, chose qu’il n’aurait jamais dû faire. Aux côtés de  la Grande Prêtresse, Amrazira avait appris le Noir Parlé de Mordor. En le regardant, elle avait prononcé de sombres paroles dans la langue de Sauron et au fur et à mesure de ses mots, Sumbared sentait son courage l’abandonner. Il se sentait comme rapetisser de seconde en seconde tandis qu’Amrazira s’élevait. Puis elle plaqua sa main sur sa gorge, serra de toutes ses forces tandis que sa main libre allait chercher un poignard dissimuler sous sa robe. L’assistance était saisie par la démonstration du pouvoir de cette jeune fille à la beauté terrible et personne n’osait bouger ou parler. Enfin, avec une vélocité déconcertante, elle relâcha son étreinte et lui trancha la gorge avant de lui planter le poignard au niveau du cœur, en disant, à nouveau dans la Langue du Sud :

« Mon père était un faible car il n’a pas écouté mes avertissements alors que je lui laissais la chance de remédier à ses négligences du culte de notre Dieu. Tu as voulu m’atteindre au cœur en me traitant de tout ces noms alors que personne ne le pourra jamais car je suis en Sa protection. Ce soir, je mangerais ton cœur et tu rejoindras l’Enfer qui attend tous ceux qui n’ont pas la foi ! »

Sumbared succomba sous le poignard d’Amrazira et d’un geste expérimenté, elle ouvrit son torse et lui arracha le cœur encore chaud. Le tenant dans la main ainsi que le poignard, elle s’adressa à la foule qui s’était pressée pour assister à la confrontation :

« Y-a-t-il d’autres faibles ici ? Mon poignard est prêt à ouvrir d’autres corps si c’est pour la purification de notre clan et de notre armée ! »

Les autres généraux se regardèrent pendant un moment puis se prosternèrent devant elle, voyant en la jeune reine leur nouveau général et commandant des armées de Harad. Tous firent de même et Amrazira les regarda, satisfaite. Elle en désigna deux pour soulever le corps sans vie de Sumbared et la suivirent jusqu’au temple. Avant que le soleil ne se couche, il y avait toujours foule au temple et c’était exactement le moment qu’avait choisi Amrazira pour s’adresser au peuple. Elle monta sur l’autel et hurla de toutes ses forces aux fidèles rassemblés dans le temple :

« Peuple de Harad ! Je suis Amrazira, fille d’Omored le Terrible et je suis investie de glorieux projets par Sauron, notre Dieu ! A l’âge de 6 ans, la Grande Prêtresse vit en moi l’envoyée de notre Divinité. J’ai été choisie par Lui et depuis ce jour, chacune de ses prédictions se sont réalisées ! J’ai été éduquée dans Son respect mais aussi dans Sa crainte, et je sais que vous aussi ! Mais il en est parmi vous qui sont faibles et dont la croyance dans notre Dieu n’est pas suffisante ! Souvent nous nous sommes battus en son nom, et souvent nous avons perdu, car il y avait en nous, en notre armée, des gens qui n’auraient jamais dû s’y trouver et qui sont responsables de nos défaites et de nos malheurs. Mais ici commence une nouvelle ère ! Car à présent, l’envoyée de Sauron vous gouverne. Mon père ne l’a pas reconnu et il purge à présent sa peine, et ses remords sont sa seule compagnie dans sa retraite. Sumbared que vous voyez ici, m’accusa de sorcière et d’usurpatrice, alors que je n’ai que répondu aux exigences de notre Dieu à tous et que le trône me revient de droit car je suis du sang des Hauts-Rois de Harad de jadis, tout comme l’était mon père ! Ce soir commence donc une nouvelle ère, nous la fêterons grandement et nos descendants parleront encore longtemps de ce jour et des glorieux autres qui suivront ! Les faibles seront traqués et sacrifiés en purification de notre peuple sur l’autel où je me trouve jusqu’à ce qu’il n’en reste plus un seul parmi nous ! Et alors, le Harad sera devenu une telle puissance que le Sud entier nous appartiendra ! Gloire au Harad ! Gloire à Sauron ! »

Des milliers de cris lui répondirent en même temps et, alors qu’elle descendait de l’autel et qu’on installait le corps de Sumbarad pour l’y brûler, elle mordit dans le cœur du Général qu’elle tenait toujours à la main, y goûta le sang et son goût fut synonyme de bon présage pour Tzahik qui, elle aussi, mordit dans le cœur du guerrier. A partir de ce jour, Amrazira fut vénérée comme la plus grande des Reines ayant gouvernée le Royaume de Harad et le Royaume s’organisait dans ses projets dont seule Amrazira, guidée par ses prédictions, en connaissait les buts. Sur le trône en or d’Amrûn elle siégeait, belle, grande et terrible, condamnant les faibles et les déserteurs à un sort affreux. Personne n’osait la regarder dans les yeux de peur de s’attirer les mauvais sorts en Noir Parlé dont elle seule avait le secret. Mais une chose était certaine ; la Vipère Noire du Désert, comme l’avait surnommé son Peuple, allait faire du Harad, le Royaume le plus terrifiant du Sud de la Terre du Milieu...


126 lignes


¤ Caractère:

Amrazira est une reine barbare et totalement possédée, la rendant plus dangereuse qu’aucun autre homme dans les lointaines contrées de Harad. Dès son plus jeune âge, à force de consulter les voyantes et prophétesses, surtout Tzahik, du palais de son père, elle fut convaincue qu’elle était l’envoyée de Sauron lui-même auprès des peuples lointains du Désert et du Sud. Elle voue tous ses actes au culte de son Dieu et ceux qui ne partagent pas sa vision finissent au mieux en Ghulam (en esclave), au pire sur l’autel des sacrifices dans le plus grand temple dédié à Sauron Le Grand. A cause de son fanatisme extrême, elle n’a aucune moralité, faisant d’elle une femme froide, hautaine et dépourvue du moindre sentiment à l’égard des autres. Elle tient cependant en haut respect les plus grands généraux (les Nazgûls et la Bouche de Sauron) et est plus que fière de son peuple et de son armée. Pour elle, le sacrifice pour l’amour du Dieu Suprême est la plus belle des morts. D’ailleurs, concernant la mort, Amrazira ayant été entraînée durement au combat par son père durant ses jeunes années, elle est une guerrière redoutable sur le champ de bataille et les hommes la tiennent en très haut respect pour ses qualités de combattantes tout comme pour ses attributs de voyante et de prêtresse du culte. En effet, personne ne veut s’attirer ses foudres et ses colères sous peine de recevoir un châtiment pire que la décapitation ou que l’esclavage dans les plus immondes conditions possibles !

¤ Physique:

Malgré son caractère peu avenant, Amrazira est une femme de Harad d’une très grande beauté. De la mémoire des hommes de cette région, aucune femme n’a jamais été aussi belle. Grande et fine, la taille marquée et le corps fuselé par les nombreuses heures d’entraînement avec toutes sortes d’armes de combat, Amrazira est l’objet de nombreuses convoitises des Seigneurs du Sud, auxquels elle ne prête absolument aucune attention. Souvent voilée pour se protéger des attaques du soleil et pour faire en sorte que seul son Dieu ou, peut-être un jour, son mari, puisse la contempler, son voile coloré aux multiples chaînes, bijoux et pierres précieuses laisse toutefois apparaître sa peau brune, de beaux yeux noisettes dans lesquelles brillent constamment un mystérieux reflet doré, ainsi qu’un nez fin. Elle possède également une longue et magnifique chevelure noire que personne n’a pu voir depuis qu’elle a atteint l’adolescence. Lorsqu’elle est en Harad, elle porte une jupe fluide ainsi qu’un haut cachant uniquement sa poitrine, laissant voir aux yeux de tous ses nombreux tatouages, marques de scarification et autres coupures qu’elle s’est volontairement faites, lorsqu’elle invoque les esprits du Mal lors des séances de divination. C’est également ce genre de tenue qu’elle met lorsqu’elle part en visite dans d’autres contrées. Mais sur le champ de bataille, l’armure des plus hauts généraux Haradrims est également la sienne. Seul l’emblème de la Vipère Noire s’enroulant autour de l’Oeil du Mordor brodé sur sa cape rouge, la différencie alors des autres soldats et commandants.

¤ Parentée et personnes proches: Sauron Le Grand, les Nazgûls et même la Bouche de Sauron ! La Grande Prêtresse du Culte de Sauron, Tzahik, fait également partie des personnes proches de la jeune Reine tout comme l'est son champion de Harad.






Le Joueur


Votre âge : 25 ans
Localisation : En Alsace
Depuis combien de temps faites vous du rp ? : Ola…depuis trop longtemps pour m’en souvenir…
Sur quels autres forum êtes vous ? : Aucun ! BtDD a l’entière exclusivité de ma présence Razz
Pourquoi ce forum ? : Pourquoi pas ?!
Comment nous avez-vous trouvé ? : Vive Google !
Idées & Suggestions pour l'amélioration du forum : Seriously ? Lis ce qu’il y a d’écrit sous mes Anneaux de rangs ^^’



©️ By Cirion - Eredil








Oscars 2015:
 


Personnages joués : Sauron Le Grand x3 (Sauronne) // Legolas Vertefeuille (Leggy)
Revenir en haut Aller en bas
Fûrin Coeur-de-Sève

avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 28/01/2009
▌VOTRE AGE : 23
▌MESSAGES : 3837
▌COMPETENCES : Moins con que d'autres !

Feuille de route
Argent:
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Que le Harad se lève...   Sam 21 Fév - 11:40

Et bin c'est pas un caractère facile cette femme ! Très sympa à lire, je valide Wink


Ex Fûrin, ex Artah Zralik, ex Zanshû Ghimhùn, ex Fûrin, ex Mezzano, ex Artah Zralik, ex Suladan, ex Rùmil

Ma plus grande fierté !!!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Denethor II
Intendant du Gondor

Intendant du Gondor
avatar

Féminin
▌INSCRIT LE : 12/01/2014
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 4371
▌ROYAUME : Gondor
▌VOTRE RANG : Intendant du Gondor

Feuille de route
Argent: 302 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Que le Harad se lève...   Sam 21 Fév - 14:37

Merci Fûrin

Et non effectivement, c'est pas un cadeau ^^' Je déplace ma fiche dans les fiches validées Wink




Oscars 2015:
 


Personnages joués : Sauron Le Grand x3 (Sauronne) // Legolas Vertefeuille (Leggy)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Que le Harad se lève...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Que le Harad se lève...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mordor ou Harad
» La grande Muraille de Harad
» Arrivée du homme du harad à Osgiliath
» Marché de Harad
» liste d'armée Harad en 750pts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: [Avant d'entrer en Terre du Milieu] :: FICHES VALIDEES-
Sauter vers: