Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 Ciryandil (DC AZALCAR)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
manwé sulimoh

avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 30/07/2012
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 384

Feuille de route
Argent: 600 po's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Ciryandil (DC AZALCAR)   Sam 15 Nov - 2:21



Ciryandil NOLIMON


Âge du personnage: 127 ans
Race du personnage: Homme
Titre: Il est né Ciryandil, mais nombreux furent ses noms et titres de-ci de-là ; Eärnil (Ami de la Mer) dans le Sud, Thalion (Héro) dans le Nord, et partout ailleurs en Terre du Milieu il était Nólimon (Le Connaisseur, le Sage). Mais le nom qu'il portait sur l'Alcarondas n'était autre que Falastur (Seigneur des Côtes)... Le Capitaine Falastur...
Lieu de naissance : Pelargir
Lieu de vie : Umbar
Grade du personnage: Soldat d'élite (mais capitaine de navire in-rp)
Allégeance: A soi-même.






Histoire



Ciryandil naquit au Gondor de l’union de Belemir et de Lalaith. Son père était le riche chancelier et l’illustre amiral de Pelargir, dont la fortune, la bienveillance et la sagesse avaient vite fais d'étendre son renom à travers toutes les provinces du pays. Il gouvernait aux marins et aux commerçants ; l’importation et l’exportation des marchandises passaient toujours par ses instances, aussi avait-il un grand pouvoir et une grande influence sur les autochtones et sur les indépendants de la cité. Ce fût lors d’un bal organisé à Dol-Amroth qu’il rencontra Lalaith, une demoiselle à la grande beauté qui servait à la cour princière d’Aglahad.
Or, donc, d’eux naquit Ciryandil. Très jeune, il se prit d’amour pour la mer et la navigation, sans doute parce que son père l’emmena souvent avec lui lors de ses voyages au-delà des horizons en lui enseignant tout ce qu’il savait sur les navires. Quand il revenait à Pelargir, Ciryandil étudiait la plus part du temps l’astronomie, les sciences et les arts ; et comme il avait entendu parler d’un grand marin des Eldar qui vivait dans le Nord de la Terre du Milieu, il s’éprit des coutumes et des traditions elfiques des Teleri, premiers navigateurs d'Arda. Il parcourait les plans abîmés des navires et des chantiers marins de son père, et sa passion pour les bâteaux en fût décuplée.
Mais, malheureusement, un jour, alors que Ciryandil n'avait pas accompagné son père en mer, ce dernier périt, mort noyé lors d'une terrible tempête qui emporta le navire de Belemir dans les tréfonds de Belfalas. La douleur et la souffrance furent telles que Lalaith s’en fût erré près des falaises de Pelargir, avant de se jeter sur les récifs, rejoignant ainsi son défunt époux sous les eaux impétueuses
Dès lors, Ciryandil fût abandonné de toutes parts. De nombreuses personnes qu’il croyait amis se retournèrent contre lui, convoitant la fortune qu’il avait héritée de son père. Seul Camlost, l’ancien conseiller de son père, resta fidèle à la Maison de Pelargir. Sans lui, Ciryandil aurait sûrement été tué lors des mutineries qui avaient été levées par les sombres manipulateurs et comploteurs qui cherchaient sa mort. Camlost réussit à organiser la fuite du jeune homme. Comme le vieux père mourant de Lalaith vivait toujours à Dol-Amroth, Camlost s’arrangea pour mettre Ciryandil dans un navire marchand allant à cette destination, et ce fût juste à temps, car derrière-lui, alors qu’il quittait les quais, il vit un grand incendie ravageant sa demeure. Son grand-père eut à peine le temps de lui confier son vieux cheval et les rares vivres qui lui restaient avant d’être emporté par la maladie. Bien qu’il aurait désiré y resté, Ciryandil dû quitté Dol-Amroth, car les murs avaient des yeux et des oreilles là-bas, et on ne pouvait se fier aux Hommes de la cité. Il partit par la trouée des Montagnes blanches, au Nord-ouest des hautes collines vertes. Long et fastidieux fût son voyage, il traversa des terres inconnues, erra parmi les landes hostiles d’Enedwaith, et parfois se perdit, mais il réussit finalement à atteindre les ponts en ruine de Tharbad qui faisaient office de gué précaire. Il était à la recherche du pays de Bree car Camlost lui avait dit que le cousin germain de Belemir vivait dans le petit village de Combe et y tenait une échoppe, mais il ne connaissait pas les lieux, et la vieille carte qu’il avait dérobé à un marchand itinéraire était déchirée au-delà des Flots Gris. Ne sachant où aller, il suivit la route qui continuait vers le Nord, et deux semaines après avoir traversé le Gwathló, il atteignit la vallée qui creusait les deux chaînes montagneuses des Galgals et des Hauts Nordiques. Cependant, il n’avait plus mangé depuis plusieurs jours, et il ne s’était abreuvé qu’à une source d’eau peu potable quelques heures auparavant, si bien qu’il était presque mourant lorsque les sabots lourds de sa monture retentirent dans les ruelles froides d’un hameau isolé. Il aurait succombé si, par chance, Amlaith, son parent du Nord, ne l’avait recueilli…
A son réveil, il fît la connaissance du vieil homme et très rapidement, ils s'éprirent d'un lien fort et soudé. Ciryandil travailla quelques temps pour lui, dans son auberge, et chaque soir, il étudiait Les archives qu’il avait pu emporter avec lui lors de son voyage. Nuit et jour il parcourait les écrits des grands historiens, des grands navigateurs, et aussi ceux de son père et de sa maison. Amlaith lui expliquait que dans sa jeunesse de Dúnadan, il avait chassé les hordes des orques et de loups avec les grands rôdeurs du Nord. Il disait qu’il avait connu leur chef, Arador, descendant d'Isildur, et qu’il l’avait vu se faire sauvagement tué par les Trolls cruels sur les Plateaux Froids. Alors Ciryandil s’éprit des histoires d’Amlaith. Il l’écoutait souvent, lorsque celui-ci avait du temps libre en dehors de son service à l’Étalon Hardi, son auberge. Des fois, il lui parlait de la guerre contre le Seigneur des Ténèbres et ses serviteurs innombrables ; et rapidement, Ciryandil voulu participer à la lutte, désireux de gloire et de justice. Comme il avait été parmi les plus grands combattants des Dúnedain de son temps, Amlaith commença à lui apprendre le maniement des armes et des épées, et bientôt, il se joignit aux Dúnedain du Nord dans leurs chasses à l’orque grâce aux anciennes connaissances que le vieil homme possédait encore. Il parcouru l’Eriador de fond en comble, et traqua les tribus orques des Montagnes jusqu’aux Landes d’Etten et jusqu’aux contreforts des hauteurs où se dressait jadis le sombre royaume des sorciers. Comme Arathorn, fils d'Arador, et chef des Dunedain, avait été tué, transpercé par la flèche d’un chef orque, les Dúnedain et Ciryandil, dans une rage vengeresse, portèrent un terrible coup aux tribus des Monts Brumeux, et on n’entendit plus parler de l’Ennemi dans le Nord avant quelques années.
Ciryandil voyagea énormément de part et d'autre de l’Eriador. Il tenait parfois compagnie aux Dúnedain, ou revenait à Bree à l’Étalon Hardi où il farfouillait à nouveau parmi ses livres. Il commença à tracer sur des feuilles vierges les plans d’un navire, d’après les nombreuses connaissances qu’il avait tiré du savoir de son père et des livres. Mais il les rangea très vite, car il entendu bientôt parler de treize Nains, accompagnés d’un Hobbit et d’un Magicien, qui voyageait en quête d'un trésor immense. Intrigué, il décida de quitter l’Eriador pour suivre l’étrange compagnie. Il fit ses adieux à Amlaith, et celui-ci mourut au cours de l’hiver suivant, car il était très vieux et avait longtemps vécu. Ciryandil, qui avait acquis au cours de ses errances avec les rôdeurs des sens affûtés, réussit à poursuivre la communauté des Nains. Mais ces derniers tentaient de passer par le Haut-col, des orques des profondeurs des montagnes vinrent les prendre, et il perdit leur trace. Ne se risquant pas seul à passer par-là, il descendit jusqu’au col un peu plus au sud où la rivière aux iris prenait sa source. Comme c’était le printemps, les neiges et les glaces avaient fondus, et il pu emprunter le sentier étroit qui menait de l’autre côté des Montagnes. Quelques semaines plus tard, il retrouva leur trace : elle s'enfonçait dans les profondeurs de la Forêt Noire. Il rencontra Hurin, un Homme du Nord, à la lisière de la Forêt. Comme lui et ses compagnons voulaient aussi traverser la Forêt, Ciryandil se joignit à eux, se liant d'amitié. Leurs péripéties à travers ces sombres bois durèrent près d’un an. Car en réalité, l’un de leurs amis fût fait prisonnier par une horde d’Orques en grand nombre qui étaient passés par le Chemin des Nains. Hurin, Ciryandil et leurs compagnons pourchassèrent donc les orques dans le Sud jusqu’à atteindre les bois les plus méridionaux de la Forêt Noire… Jusqu’à Dol-Guldur… Au bord de la cité ténébreuse, de nombreux de leurs camarades furent tués, mais Hurin, Ciryandil et Bregor purent s’enfuir, laissant derrière eux une vingtaine de guerriers aguerris. Lorsqu’ils revinrent à Esgaroth, la cité était en ruine, la cendre recouvrant chaque ruelle… Alors, Hurin su que le Dragon Smaug était passé par là… Mais Bard lui expliqua que le démon était tombé, qu’il l’avait tué et qu’il demeurait maintenant dans les profondeurs du Lac. Quelques semaines plus tard, une grande bataille eut lieu au pied d’Erebor, le Mont Solitaire, et Ciryandil y participa. Il se forgea le nom de Thalion au cours de cette bataille, pour les morts innombrables que sa lame avait causé. Après la reconstruction d’Esgaroth, il y vécut de nombreuses années. Bregor était le frère du maître des quais d’Esgaroth, et grâce à lui, Ciryandil pu accéder aux archives des Hommes du Lac. Il s’enrichit de leur savoir, bien qu’étrange, sur la charpente des bateaux, et bientôt, il s’installa dans la cité près de la demeure de Hurin. Il sortit alors de son sac un grand parchemin usé, sur lequel était dessiné le plan d’un navire nommé : « Alcarondas ». En réalité, Ciryandil voulait concevoir un bâteau identique à l'Alcarondas. Ce puissant navire avait été de son temps le « château des mers », le vaisseau amiral de la flotte du grand Ar-Pharazôn. Nul bateau n’avait été si grand et si puissant depuis ceux des aînés des Teleri. Il vécut d’innombrables années en Rhôvanion, combattant parfois les Orientaux au service de Sauron qui s'aventuraient près des terres Bardides afin d'y piller les petits villages aux alentours d'Esgaroth. Et lorsqu'il revenait en sa demeure, il poursuivait la réalisation schématique de l'Alcarondas II, comme il l'appelait. Cependant certaines précisions et certaines connaissances manquaient pour que le navire puisse être parfait ; et Ciryandil savait qu’il ne pourrait les trouver nulle part ailleurs qu'à Pelargir. Il décida alors de retourner au pays du Gondor, où il avait vu le jour. Néanmoins, il attendit encore quelques mois que le fils de Hurin, Elen-Palantir, ne naisse. Et lorsqu’il embrassa le nouveau-né sur le front, il fît ses adieux à Hurin, à ses amis, et partit pour le Sud…
Son retour se passa sans nulles représailles. En effet, tous les protagonistes du complot étaient soit morts, soit très âgés et séniles. Dès son arrivée à Pelargir, il demanda après des nouvelles de Camlost. Il apprit en réalité qu’il était mort, emporté par sa fatalité de mortel, mais qu’il avait eut un fils, Andróg, qui vivait à Linhir, où Camlost avait rencontré sa mère. Il partit donc pour cette ville, car il voulait rencontrer le fils de celui qui lui avait sauvé la vie. Le jeune Andróg semblait avoir été tenu très au courant de l’histoire de la Maison de Pelargir, et surtout de Ciryandil… En effet, dès qu’ils se rencontrèrent, Andróg prêta à allégeance à Ciryandil, et ils semblaient tous deux posséder les mêmes intérêts quant à la mer et à la navigation. Le fils de Camlost lui remit une bague étrange, sur laquelle un cygne de cristal déployait ses ailes. C’était l’anneau de Tarannon Falastur lui-même, sceau et symbole des Rois-Navigateurs. Il lui donna également un heaume en argent, également symbole de la Maison des Rois-Navigateurs. Tandis qu’Andróg restait aux côtés de sa mère mourante, Ciryandil revint quelques temps à Pelargir, où il fit la rencontre de Forweg, un ancien pirate exilé d’Umbar qui cherchait à partir de nouveau en mer. Se liant d’amitié avec, Ciryandil lui proposa de former un équipage. Lorsqu’Andróg eut inhumé sa mère aux mausolées de Linhir, il vint à son tour à Pelargir, et annonça qu’il possédait une vieille caravelle, héritée de son père. Ainsi, Ciryandil, Forweg et Andróg décidèrent de former l’équipage de l’Espoir. Ils voguèrent de nombreuses années en mer, passant parmi les nombreux ports du Gondor, petits ou grands, les petits villages portuaires, les havres étrangers, et la grande cité d’Umbar, grâce à Forweg qui connaissaient de nombreux pirates. Ils firent parmi ces lieux la rencontre de nombreux vagabonds, marins, bardes, cuisiniers, avec qui ils se lièrent d’amitié, et plus les années s’écoulaient, plus l’Espoir avait un grand équipage. Ciryandil restait souvent seul dans ses quartiers, pour terminer les plans de l’Alcarondas, et lorsqu’il revint à Pelargir, en 2969, il commença la construction du puissant navire, grâce aux richesses qu’il avait amassé lors de ses voyages. En fin d’année, l’Alcarondas II vit le jour. Tous furent émerveillés, même les grands amiraux du Gondor. De nombreux nobles et seigneurs venaient des quatre coins de la province du Lossarnach pour admirer le vaisseau. Mais il ne resta pas à quai longtemps : en effet, début de l'an 2970, Ciryandil rassembla l’équipage de l’Espoir, et forma celui de l’Alcarondas, le Château des Mers, avant de partir en mer. Il navigua plus de neuf ans à travers l’océan, explorant des terres au Sud, au Nord et même au-delà des limites des cartes connues. En 2979 il revint sur sa terre natale afin d'y trouver repos et quiétude, jugeant qu'il était désormais sans doute trop vieux. Il confia son navire à ses amis et ceux-ci repartirent en mer. Cependant, Ciryandil ne se reposa guère longtemps, car à cette époque, l'Intendant Ecthellion était conseillé par un dénommé Thorongil, qui était en réalité Aragorn, le fils d'Arathorn, pour qui il avait combattu en Eriador. Le vieil homme voyagea à Minas-Tirith et le rencontra. Il était brave, impétueux et sa détermination dans la lutte contre l'Ennemi était sans pareille. Ciryandil se reconnût en lui et fût inspiré par son courage. Aussi, lorsque Aragorn, en 2980, décida de mener un assaut contre Umbar, depuis longtemps retombée sous le joug de Sauron, Ciryandil fît le choix de le suivre. Malgré son âge avancé, il était toujours un vaillant combattant et sa longue expérience profita à Aragorn. Ainsi, tous deux, accompagnés d'une troupe de Dúnedain, infiltrèrent Umbar et mirent en déroute les forces corsaires, brûlant d'innombrables navires et dépôts d'armes, tout en tuant maints guerriers de la cité. Ils se rendirent également dans les prisons où ils délivrèrent nombre de marins de la Belegaer. Parmi eux, à la plus grande surprise de Ciryandil, se trouvait Forweg à qui il avait confié l'Alcarondas. L'homme expliqua à son ancien capitaine que l'équipage avait fait halte ici-même, à Umbar, et que le navire avait été saisit et la plus part des membres tués, car ceux-ci avaient tentés de répliquer par la force. Certains étaient parvenus à s'échapper mais Forweg fût rattrapé et jeté aux cachots.
Aidant son ami à s'échapper, Ciryandil rejoignit Aragorn et les autres Dúnedain et tous ensemble, ils quittèrent Umbar. Mais le vieil homme décida de ne pas en rester là et son cœur fût obsédé par la vengeance, affligé par la mort de tant de ses amis avec qui il avait passé tant d'années en mer. Il revint, infiltré, sous l'identité d'un marchand, au pays d'Umbar, et pendant près d'un an, il complota secrètement, aidé par de nombreux autres agents du Gondor, afin de créer une guerre civile au sein même de la cité corsaire, profitant du désordre installé suite à l'attaque menée par Aragorn l'année précédente. Son oeuvre allait porter ses fruits lorsqu'un dénommé Azalcar, fils du Roi d'Umbar, fît son apparition à la tête d'une petite légion de Numénoréens Noirs. Tuant son propre père, l'Homme clama être l'envoyé de Sauron et il prît le contrôle des lieux par la force et la terreur. La guerre civile fût immédiatement étouffée et une tyrannie encore plus vile, cruelle et effroyable, fît le jour. Le dénommé Azalcar parvint à débusquer les agitateurs et agents que le Gondor avait infiltré, les tuant tous, mais Ciryandil parvint à s'enfuir à temps. Cependant, il fût rattrapé alors que son navire quittait la Baie d'Umbar et mené aux pieds du nouveau Roi. Azalcar fût intrigué par le courage et l'ingéniosité dont avait fait preuve un si vieil homme et, s'intéressant à lui, il découvrit qu'il s'agissait d'un descendant de Numénor. Il décida de laisser en vie Ciryandil, ne désirant pas faire couler le noble sang des Numénoréens, et il le jeta dans les cachots de la cité.

¤ Caractère:
C'est un homme sage, profondément marqué par la solitude et par la dureté de la vie. Encore dans son regard peuvent se distinguer une tristesse et un malheur que rien ne peut éteindre. Cependant, la joie et l'amour qui l'habitent grâce à sa passion et ses amis ont fait de lui un homme heureux. Aussi riche, grand explorateur et navigateur qu'il est, Ciryandil est également un savant, adorateur de sciences et d'arts, un homme de grande qualité, au grand savoir et à la grande connaissance. Son cœur est pur et son esprit droit et inébranlable, mais son impassibilité fait de lui un être très froid, que seul les amis les plus proches peuvent percer. Derrière sa carapace d'homme dur et autoritaire, ce cache également un cœur tendre et une grande bienveillance. Il est honorable, juste et très intelligent, ainsi que fin stratège et grand diplomate.

¤ Physique:
Dans sa jeunesse, Ciryandil était grand, large et puissant. Royalement bien bâtit, il inspirait la force, le courage et la puissance des grands rois, comme il en descendait. La gravité et la dureté de sa vie ont creusés son visage, qui désormais paraît sévère. Ses yeux, d'un bleu magnifique, restent vifs comme des étoiles, mais profonds comme des puits emplis de sagesse et de vécu. La vieillesse a teinté d'argent ses cheveux et sa barbe, et son visage désormais froncé inspire le respect, car il a un noble maintien et semble aussi vénérable qu'un seigneur des Hommes. Il possède des cheveux courts et une barbe mi-longue, tous les deux gris et teintés d'argent.

¤ Parentée et personnes proches: Il descend de la maison de Tarannon Falastur, dont la royauté est bien entendue déchue. Cependant, par leur ascendance, ses ancêtres sont devenus d'illustres monarques au Gondor, plus particulièrement à Pelargir où nombreux furent les chanceliers issus de la maison de Tarannon Falastur. Le père de Ciryandil, Belemir, était lui-même chancelier à Pelargir, ainsi que l'amiral de la flotte du Gondor. Quant à sa mère, elle servait à la cour princière de Dol-Amroth. Parmi ses amis, on retrouve Forweg, un corsaire exilé d'Umbar au temps où sa famille fût chassée par Telumehtar du Gondor, Andróg, le fils de l'ancien conseiller financier de Belemir qui permit la fuite de Ciryandil, ou même Bregil, avec qui il a durant de nombreuses années voyagé. Il se lia aussi d'amitié avec le père d'Elen-Palantir, après la bataille des cinq armées.







Le Joueur


Votre âge : 19
Localisation : Belgique
Depuis combien de temps faites vous du rp ? : 7/8 ans
Sur quels autres forum êtes vous ? : Aucun
Comment nous avez-vous trouvé ? : Je ne sais plus depuis le temps ^^



© By Cirion - Eredil




Détenteur de l'OSCAR du Meilleur Stratège du MAL[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ciryandil (DC AZALCAR)   Sam 15 Nov - 12:33

Sers toi de la fiche quand même Wink
Revenir en haut Aller en bas
Azalcar le Vermeil

avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 08/03/2014
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 219

Feuille de route
Argent: 5000 PO
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Ciryandil (DC AZALCAR)   Dim 16 Nov - 23:43

Je me valide Smile


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ciryandil (DC AZALCAR)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ciryandil (DC AZALCAR)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ciryandil Maethirion, le Loup du mordor
» ❝follow your sword, she knows where to go ❞ CIRYANDIL [END]
» [FB] Un voyage qui se passe mal [PV Ciryandil]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: [Avant d'entrer en Terre du Milieu] :: FICHES VALIDEES-
Sauter vers: