Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 Eredil, au service des peuples libres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cirion
¤ Seigneur du Lebennin ¤
¤ Seigneur du Lebennin ¤
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 22/09/2011
▌VOTRE AGE : 20
▌MESSAGES : 6294
▌ROYAUME : Aucun
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌COMPETENCES : Devine ?
▌CITATION : En cas de guerre mondiale je file à l'étranger

Feuille de route
Argent: 6300 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Eredil, au service des peuples libres   Lun 25 Aoû - 12:37

¤ Nom(s) du personnage: Eredil
¤ Âge du personnage: 5.000 ans
¤ Race du personnage: Elfe
¤ Peuple du personnage: Noldor
¤ Lieu de naissance du personnage: Ost-in-Edhil
¤ Lieu de vie du personnage: Fondcombe
¤ Grade du personnage: Soldat

¤ Histoire:

Un silence d'or s'était installé dans la forêt de Fangorn a l'entrée des deux inconnues entre les arbres. Ce silence signalait le jugement en cours. Les arbres jugeaient. Chaque étranger traversant ses terres se soumettaient à leur jugement, bien que n'en aillant rarement conscience. Si ils étaient jugés favorablement, la vie reprendrait son cours normalement. Si non, le silence persisterait, jusqu'à leur sortie. Eredil frissonna. L'idée de passer ces bois sans signe de vie ne lui plaisait pas. Il jeta un regard interrogateur à son compagnon. Ce dernier n'avait pas bougé d'un pouce. Agacé, Eredil le luit fit remarquer d'un claquement sec, de sa langue sur son palais, signe que sa patience avoisinait déjà ses limites. Au lieu de se déconcentrer, l'autre le toisa. Eredil grogna. Il avait horreur de cet individu. La patience de son maître d'école avait tendance à l'exaspérer. Quatre cents ans d'enseignement. Quel plaie !! La simple idée que la duré normale de l'éducation était de trois cents ans chez les elfes lui laissait un goût amer. Il ignorait ce qui lui manquait. De sa classe, il avait été le meilleur à l'arc, le meilleur à l'épée, le meilleur à la lance. Il avait étendue ses connaissances, maîtrisant les soins, la science des herbes, poison ou remède, connaissant sur le bout des doigts les routes et les villes de la carte de la Terre du Milieu. Il avait écouté l'histoire, le passé, mais le futur lui restait fermé. A chaque fois qu'il venait dans les quartiers de son maître, celui ci lui répétait inlassablement la même chose.

"Être savant ne veut pas dire être sage Eredil, et être un épéiste hors du commun ne veut pas dire être un héros. Patiente encore, ton tour viendra."

Patienter. Il entendait ses mêmes phrases depuis longtemps. Très longtemps. Trop longtemps. Il avait souvent songé à tout arrêter. A fuir Ost-In-Edhil, et à tracer son chemin seul, mais l'armée noldorine recrutait, et il rêvait de combat et de gloire. Aujourd'hui, le sujet avait été rouvert, et une fois de plus, chaque mots étaient répétés, si bien que déjà partis, Eredil en avait marre. Celebrimbor avait demandé à ce que l'on aille cherche des herbes guérisseuses à Fangorn, et cela faisait déjà onze minutes qu'ils attendaient devant. Soudain, la tension se relâcha, et les bruits reprirent. On entendait facilement le chant des oiseaux, la course des cerfs, le froissement du vent sur les feuilles des arbres. En un rien de temps, la forêt s'était empli d'un bourdonnement d'activité incessant. C'en était presque à regretter le calme. Lentement, à coté de lui, Alfirin s'avança, intimant à son disciple de le suivre. Docile, Eredil obéit, non sans se plaindre, de l'ennuie profond que lui inspirait cette "mission", ce qui lui valut un regard sévère de son congénère. Il ne leur fallut pas plus d'un jour, pour trouver tout ce dont ils avaient besoin. Une semaine de marche pour un jour de cueillette. C'était malheureusement un voyage nécessaire, car bien que le pays d'Eregion soit fertile, ces plantes étaient uniques. Les deux elfes s'étaient séparés quelques heures plus tôt, et devaient à présent se rejoindre au carrefour pour rentrer. En voyant son maître le regarder d'un air mécontent, Eredil pesta. Ça allait encore être sa fête.

"En retard."

"Hn."

"C'est le genre de chose qui te manque tu sais."

"Hn."

De son coté, Alfirin n'était pas non plus en joie de se voir attribuer l'enfant aux yeux d'or. Certes, il avait un grand talent, mais aussi un caractère épouvantable. Jeunesse, quand tu nous prends, sourira l'aîné. C'était le premier de tout ses élèves, avec qui il avait eu tant de mal. Deux milles ans d'enseignement, un élève. Priant pour un miracle, Alfirin se détourna et reprit la route, laissant Eredil le rattraper. Tout deux marchaient en silence, laissant le calme de la forêt les envelopper, laissant le silence des bois détendre leur muscle, et permettre à leurs pensées de voyager. Eredil regardait le ciel, détendu. Un nuage blanc se baladait, solitaire, au milieu de la voûte céleste. Il était beau. Chacune de ses couleurs harmonisaient son dessin, permettant de distinguer la forme solitaire d'un dragon. Forte, puissante, majestueuse. Le jeune elfe en fut dévorer d'envie. Que de plus beau, que de voler par dessus les cieux, et d'admirer le monde depuis les hauteurs. Un brusque choc le ramena à la réalité, ce mélangé au contact du sol boueux lui arracha un juron. Devant lui, Alfirin s'était stoppé. Ses muscles étaient contractés, il était raide. Ses yeux brillait d'une lueur d'inquiétude, qui se promenait d'arbre en arbre. Eredil se redressa et voulu parler, mais son maître lui ordonna le silence. Qu'est ce qui ne tournait pas rond chez ce gars ?! On ne pouvait pas aimer la tranquillité, et reprocher à un lieu son silence. Son silence... Brusquement, le jeune elfe comprit. Depuis trop longtemps, la forêt n'avait fais de bruit. Au début, sans doute Alfirin avait songé au jugement des arbres devant d'autres elfes, mais devant le silence persistant, il se doutait désormais que les intrus n'étaient pas dans le cœur des arbres, donc dangereux. Alfirin se retourna brusquement, et ordonna à l'autre de le suivre. Puis, il partit en courant. L’accélération de son enseignant ne lui disait rien qui vaille. Ayant perçu le changement d’atmosphère, Eredil était paniqué désormais. Son pouls s'était accéléré et il sentait son cœur frapper avec force, contre sa cage thoracique. Une boule d’appréhension s'était formé dans son estomac, et remontait lentement jusqu'à sa gorge, lui arrachant une grimace. D'un revers de main, il essuya la sueur qui perlait de son front, puis, il regarda devant lui. Son maître s'était arrêté. L'imitant, Eredil prêta l'oreille. Une troupe provoquant un vacarme infernal, se rapprochait d'eux. Alfirin dégaina. Il possédait une longue épée au manche argenté et la lame, légèrement incurvé. Il paraissait sur de lui, déterminé. Une force de volonté se dégageait de lui. Hésitant, Eredil l'imita, tirant ses deux dagues courtes, qui étaient ses seules défense. Puis, les deux elfes se dégagèrent de la route, et se collèrent aux arbres. Devant eux, une troupe de créature hideuse traversait. Alfirin parla d'une demi voix. Il ne dit qu'un seul mot. "Yrch." Des orques !! L'elfe avait entendu parler de ces créatures infâmes, outils de Morgoth, qui avaient dévasté le Beleriand. Il avait même examinait les tableaux et les tapisseries, pour se faire une idée de la bête, mais jamais il n'en avait vue de réel. Ils étaient plus menaçant, déjà. La troupe était composée d'une dizaine d'unité, et d'un lieutenant. Il le reconnaissait grâce à l’étendard, qu'il avait accroché dans son dos, et à ses armes de qualité meilleure. Deux épées courtes. Trois archers, sept épéistes. Une excitation montait doucement en Eredil. Son premier combat. Il n'attendait qu'une chose, le signal de son maître. Se tournant vers lui, il l'interrogea du regard. Il n'était pas de son avis. Il ordonna au jeune elfe de reculer plus profondément dans les bois. Sans savoir, si c'était le regard alerte de son compagnon, ou l'inquiétude que trahissait ses traits qui le faisait reculer, l'elfe obtempéra. Mais il eu de quoi maudire son imprudence. Se décollant du tronc, ses épées s'étaient entrechoquées, et désormais, la troupe s'était arrêtée.

D'un geste, le capitaine ordonna à un de ses orques d'aller voir. Ce dernier était petit, et possédait un poignard dentelé, ainsi qu'une lance. Il fonçait droit vers Eredil. La panique lui étouffa un cri. Il tremblait de tout son corps à présent, tandis qu'Alfirin à ses cotés, affichait une horrible grimace. L'orque avança, tourna le regard, vit Eredil, et une épée lui transperça le dos, ressortant au niveau de son estomac. Derrière le cadavre qui tombait, Eredil reconnut Alfirin. Qui s'élança au travers des bois, suivit de près par son disciple. Derrière eux hurlaient les orques, les flèches sifflaient à leurs oreilles. Les deux se séparèrent, laissant les orques venir. Il faudrait se battre. Lentement, ils laissèrent les orques arriver, prenant bien soin, à être hors du champs de tir des archers. Ils en avaient profité pour grimper aux arbres. Quand la horde s'arrêta et se mit à chercher des traces, tout deux bondirent. Le reste fut flou. Eredil se vit retomber, et planter ses deux dagues dans le corps d'un archer, puis, en pivotant, en décapiter un second. Ces enfoirés étaient les plus menaçants.  De son coté, Alfirin avait coupé en deux le troisième, et ayant coupé le bras d'un de ses adversaires, s'étaient rués sur le lieutenant. Pour lui laisser du temps, le disciple égorgea une de ces bêtes qui lui faisait dos, et décrocha son poing dans l'estomac d'un autre, le laissant se courber sous la douleur. Puis, il para de juste un coup d'estoc qui aurait pu lui être fatale, et plongea entre les jambes d'un orque qui courait vers lui. Se retournant, il se constata hors de la mêlée. trois orques se ruaient sur lui, pendant qu'un se massait le ventre, et que l'autre, un bras en moins, se ruait sur Alfirin. Eredil frissonna en voyant son maître parer de justesse un coup mortel et reporta son attention sur ses trois assaillants. Aucun ne semblait pressé de venir tâté ses épées, aussi, se ruèrent ils tous ensemble. Grave erreur. Rapide comme l'éclair, le garçon aux yeux d'or, se déporta à gauche, et sectionna en deux la cheville d'un de ses premiers ennemis laissant les deux autres faire volte face. Pourquoi n'attaquaient ils pas ? Pourquoi se contentaient ils de sourire, une lueur malveillante dans le regard. Un grognement le fit se retourner. Un orque était a terre. Une épée lui avait transpercé le crâne, mais aucun combattant ne tenait la poignée. Soudain, l'évidence le frappa. Il regarda horrifié, son maître qui sans arme, esquivait sans cesse les coups de deux assaillants. Il voulu se ruer vers lui, mais un de ses deux ennemis l'avait contourné, et l'empêchait d'avancer. Une lueur folle dans les yeux, il bondit en avant, écarta son épée, et lui enfonça la première de ses dagues d'entre son épaule et son cou, jusqu'au cœur, puis, faisant volte face, il envoya sa seconde dans le thorax de son second adversaire. Au loin, l'orque avec une cheville en moins s'approchait, cahin-caha. Retirant la dague du premier, il fit volte face et se rua vers son maître. Un orque dont le bras droit manquait à l'appel, l'empêchait de voir la scène. Il lui ouvrit le crâne et l'écarta, puis fut frappé d'horreur. De cinq faille, coulait un sang vermeil. En dernier lieu, l'épée s'était enfoncé dans la gorge de l'elfe, et ce dernier agonisait. En une seconde, quatre mille années d'existence s'évaporèrent, mais Alfirin sourit en voyant le carnage de son élève. Il était promis à un grand avenir. Puis, la dernière lueur de vie disparu de son regard, et les yeux d'Eredil brillèrent. Une flamme, un feu, une déflagration naissait au fond de lui. Une haine sans nom se déversa en lui, et il se rendit alors à quel point, il avait aimé cet idiot de mentor. Quand le lieutenant se retourna, il eu a peine le temps de réagir, la lame d'Eredil, baignée dans le sang, lui coupa l'oreille droite. Puis, alors qu'il ramenait l'épée vers lui, Eredil tournoya sur lui même et coupa le nez de la créature qui hurla de plus belle. Se baissant, il laissa l'épée du chef de troupe passer au dessus de con crâne, et passant sa lame dans son entre jambe, trancha de plus belle. Bondissant sur le coté, il esquiva un nouveau coup vertical, et délogea la rotule de l'immonde bête qui tomba, genou a terre. Eredil le perça dans chacun des endroits les moins vitale, jusqu'à ce que la bête, folle de douleur, se vide de son sang, puis, fit volte face, et posa son regard flamboyant sur le dernier orque. C'était celui qui avait un pied en moins. Ce dernier le dévisageait, sans comprendre. L'elfe se projeta en avant, enfonça sa lame dans son estomac, et freina. Le corps embroché fut projeté en arrière, et s'écroula. D'un regard triste, il se détourna. Né orphelin, il n'avait plus personne. Il était seul.



¤ Caractère:

Si quelqu'un parvient à l'approcher, prudence. Eredil n'est pas la personne la plus accueillante du monde. Il aime sa solitude et a horreur d'être dérangé. Si son coté violent et impulsif éloigne les premiers, les deuxièmes fuient devant son mépris, sa haine et son indifférence. Il aime se battre, et c'est ce qui le fait rester un peu dans le monde actuel, et l'empêche de partir vivre seul, loin. Il nourrit une haine particulière, à ceux qui ont volés son enfance, et c'est la seule raison qui le pousse à faire face aux forces de Sauron. Il veut sa revanche plus que tout au monde, et il est prêt à tout.

¤ Physique:

Au niveau même de son physique, Eredil est un contraste. Ses yeux couleur or, reflètent une flamme qui ne s’éteint jamais, ses cheveux argenté reflètent un passé déjà révolue. Son armure saphir reflètent l'obscurité, sa tunique émeraude la lumière. Chaque traits de son caractère est bien reconnaissable au second coup d’œil. Si on l'examine de plus près, on remarque une silhouette souple, vive, rapide. Un corps léger mais musclé. Non qu'il soit l'un de ses colosses qui pour s'entraîner brise les rocs, mais sa musculature, parfaitement adapté au reste de son équipement, et de ses qualités physiques lui suffit amplement. En remontant le regard jusqu'à son visage, on le reconnait en tant qu'elfe. Il est vieux, mais ses traits sont jeunes, fins et ses oreilles pointues dépassent de sa chevelure.

¤ Camp: BIEN
¤ Parentée et personnes proches: Aucunes pour le moment.


¤ Avez-vous lu les règles?:
¤ Motivation: Remontée a bloque, je veux redonner pour ce fofo qui prend enfin une direction que je soutiens à fond, et puis, je veuuuuux rp qui plus est. Jsuis de retouuuuuur
¤ Votre âge: 17 mon cheri, à deux doigts de la majorité Wink
¤ Depuis combien de temps faites vous du RP?: 17 ans - 13 Wink
¤ Comment avez-vous découvert notre forum?: Oh c'est une loooongue histoire :p
¤ Sur quels autres forums êtes vous (sans donnez de liens)?: Rayen, lsdarpg,
¤ Faites-vous du graphisme?: Je m'améliore
¤ Hobbies: Ecrire. Lire. Ecrire. Tolkien. Ecrire. Sport. Ecrire. Imaginer
¤ Livres de J.R.R. Tolkien lus: une dizaine je penses, Le silma, sda I, II, III, Comptes et légendes inachevées I, II, III, Legende du second age, le hobbit et d'autre dont je me souviens plus le nom Smile
¤ Comment trouvez vous l'aspect général du forum ? : Un peu miteux Razz Sensationnel =)


Carnet de Route



Oscars & Souvenirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Robinund
¤ Garde du Rohan ¤ Déchu d'Enedwaith ¤
¤ Garde du Rohan ¤ Déchu d'Enedwaith ¤
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 12/08/2011
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 7864
▌ROYAUME : Là où il y a de l'or.
▌VOTRE RANG : Divinité Suprême.
▌COMPETENCES : Flemmard et Banquier !
▌CITATION : Cours ! Cours !

Feuille de route
Argent: 2.500 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Eredil, au service des peuples libres   Lun 25 Aoû - 17:39

Validé !





ETAIT:
 


Signas de BG's:
 
Revenir en haut Aller en bas
Cirion
¤ Seigneur du Lebennin ¤
¤ Seigneur du Lebennin ¤
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 22/09/2011
▌VOTRE AGE : 20
▌MESSAGES : 6294
▌ROYAUME : Aucun
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌COMPETENCES : Devine ?
▌CITATION : En cas de guerre mondiale je file à l'étranger

Feuille de route
Argent: 6300 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Eredil, au service des peuples libres   Lun 25 Aoû - 19:44

Merci Dede =)


Carnet de Route



Oscars & Souvenirs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eredil, au service des peuples libres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eredil, au service des peuples libres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sauron le Grand, Ennemi des Peuples Libres
» Libre Service de Fiche
» CODE LIBRE SERVICE DE FICHE DE LIENS
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» ROOKIE + AGENT LIBRES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: [Avant d'entrer en Terre du Milieu] :: FICHES VALIDEES-
Sauter vers: