Forum RPG sur le Seigneur des Anneaux
 
FAQCalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
ANNONCE DU 24.02.2016 Le nouveau BtDD et son contexte final vous sont présentés ICI !! Venez vite les découvrir !!
ANNONCE DU 06/02/16: Nouvelle soirée CB de prévu le vendredi 26 Février à partir de 20h30 ! Sujet libre ! Venez nombreux Wink
ANNONCE DU 21.12.2015 Venez incarner Thingol, Turin, Ancalagon ou bien d'autres encore dans la zone RP Détente ICI !
ANNONCE DU 21.12.2015 Devenez le pro des batailles en vous inscrivant ICI. Plus de renseignements sur ce SUJET-CI !!!

Partagez | 
 

 Céoda, l'Ourse Brune (EN COURS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Céoda, l'Ourse Brune (EN COURS)   Ven 18 Avr - 20:28

¤ Nom(s) du personnage: Céoda, dite l'Ourse Brune
   ¤ Âge du personnage: 24 ans
   ¤ Race du personnage: Changeur de Peau
   ¤ Peuple du personnage: Béornides
   ¤ Lieu de naissance du personnage: Val d'Anduin
   ¤ Lieu de vie du personnage: Val d'Anduin
   ¤ Grade du personnage: Messagère du Roi Beorn, gardienne personnelle

   ¤ Histoire:
Personne ne sait où est réellement née Céoda. La jeune fille ne le sait d'ailleurs même pas elle-même et surtout, elle n'en parle presque jamais. En réalité, comment pourrait-elle évoquer la jeunesse qu'elle a passé avec sa famille, puisqu'elle n'en a pas eu ? En réalité, Céoda n'a jamais connu ses parents ni qui que ce soit de sa vraie famille. Le jour de sa naissance, les orcs envahissaient sa maison isolée au plus profond des bois et massacrèrent tout le monde. La mère de Céoda, une courageuse changeuse de peau, puisa de ses dernières forces à travers la terreur qui régnait autour d'elle pour accoucher sa fille et la confier à la seule personne qui parvint à s'enfuir de la maison ; le petit frère de Céoda, Nalias. Les dernières visions de sa famille furent plus qu'affreuses pour ce jeune garçon, il vit sa mère se faire tuer sur ses yeux et s'il était encore vivant aujourd'hui, il les entendrait surement encore. Il parvint à s'enfuir de la maison avec sa sœur pendant que les orcs étaient occupés à fouiller les dépouilles et à voler tout ce qu'ils pouvaient. Quelles ordures et quelles vermines qu'étaient ces sales bêtes ! Toujours faites de désir de sang, à voler, à massacrer... Nalias les détestait plus que tout et pour tout au monde il aurait voulu sa vengeance sur cette race qui avait tué toute sa famille. Le courageux garçon porta Céoda, encore nouvelle-née dans ses bras pendant des heures et des heures jusqu'à atteindre la lisière de la forêt pour être loin de la vue des orcs. Malheureusement, à la tombée de la nuit, alors que Nalias dormait tranquillement sous la lueur des étoiles, Céoda serrée contre lui, les bruits de pas des vermines se firent de nouveaux entendre. En garçon intelligent, Nalias savait que cela ne servait à rien de se cacher ni de s'enfuir, que grâce à leur flair aiguisé, les orcs le repéraient de très loin. Si ils avaient réussi à suivre sa trace, ce n'était pas pour rien. Certes, ils étaient totalement idiots et insensibles, mais leurs sens n'en étaient pas moins développés, au grand malheur de Céoda et son frère. Nalias prit de tout suite la décision que si une vie devait être sacrifiée ici ce serait la sienne, et certainement pas celle de sa petite sœur. La survie de ce petit-être était très précieuse car elle était, comme sa défunte mère, une véritable changeuse de peau. Parente proche ou éloignée du roi Beorn, Céoda faisait parti des rares privilégiés du peuple des Beornides à pouvoir se changer en ours chaque nuit. Nalias, du haut de ses huit ans, savait ce qu'il allait se passer pour sa sœur lorsqu'elle aurait atteint son seizième anniversaire. Après la dernière lueur du soleil, elle se métamorphosera en un immense ours brun. Nalias lui ne possédait nullement ce don, car cette particularité sautait à chaque fois d'une génération. Les changeurs de peau femelles étaient plutôt rares, en général, ces immenses créatures, aussi belles que dangereuses, étaient des hommes grands et forts. Mais cette fois-ci, non... Il s'avérait que le nouvel ours était en fait une ourse.
Le danger se rapprochait petit à petit. Nalias cherchait désespérément une solution pour que sa sœur échappe à la cruauté des orcs. Le jeune garçon eut soudain une idée. La route royale qui menait au palais de Beorn ne se situait qu'à quelques mètres d'ici. Si il y déposait sa sœur tout prêt, certainement que des personnes se rendant en ville la verrait et la prendrait sous leurs ailes, enfin... en priant pour qu'elle survive à la nuit. Nalias savait que cette solution était la seule qui s'offrait à lui et que si il ne s’exécutait pas rapidement, sa sœur allait certainement finir comme un casse-croute pour les orcs. Il la saisit donc dans ses bras et se mit à courir, veillant à ne pas la réveiller pour ne pas avoir à étancher ses pleurs bruyantes, contribuant à tout de suite les faire repérer. Une fois qu'il arriva devant la route royale, Nalias posa sa sœur au pied d'un buisson. La regarder par terre, alors qu'il entendait les bruits des orcs s'approcher lui fendait le cœur. Il regarda sa sœur une dernière fois pour lui dire adieu. Elle était si belle, son petit corps emmitouflé dans une peau de cerf soigneusement choisie par sa mère. Ses grands yeux verts fermés mais toujours aussi expressif, son visage d'ange au teint pale. Toutes ces pensées traversèrent la tête de Nalias en quelques secondes et quelques larmes coulèrent de ses yeux et puis roulèrent lentement sur ses joues. Il se releva ensuite à contre-coeur, il voulu partir mais ne put s'empêcher de faire entendre sa voix à Céoda une première et dernière fois. Comme ça, peut-être qu'un jour elle se rappellerait de lui...


« Au revoir, petite sœur. »


Sur ces mots, Nalias s'en alla et fit diversion pour ne pas que les orcs ne se dirigent vers la cachette de Céoda. Ce jeune garçon si courageux finit ses heures le plus horriblement possible, plus affreux encore que ce que l'on peut imaginer. Aujourd'hui, les restes de son corps sont dans le ventre de ses ennemis mais ce que l'on peut retenir, c'est qu'il n'est pas mort pour rien. Un acte de bravoure accomplit par Nalias, sacrifiant sa vie pour sauver celle de sa sœur. Les dernières pensées du jeune homme furent évidemment tournées vers Céoda. Ce dernier lui promettait un bel avenir et que si arrivé là-haut il pouvait la voir, il la regarderait sans cesse tous les jours.



L’obscurité et le calme régnaient autour du petit corps encore frêle de Céoda. Le bébé était endormi et nullement conscient des dangers qui l'entouraient. Bien au chaud dans son bosquet, Céoda écoutait comme elle le pouvait les quelques bruits qui l'entouraient. La forêt était étonnement silencieuse, mais en même temps horriblement terrifiante. Peu de Beornides ne s'y aventuraient la nuit, et voilà qu'un petit nourrisson n'était même pas paniqué de se trouver là à une heure si tardive. En réalité.. Même si Céoda avait peur, elle n'aurait pu exprimer sa crainte. La beauté des étoiles, ces petites lumières qui piquaient ses yeux verts la fascinaient tant qu'elle en oubliait tout le reste. Elle n'avait pratiquement aucun souvenir, mis à part celui d'un garçon blond qu'il l'avait déposée ici il y a quelques heures de cela. Elle ne savait qui il était ni comme il s’appelait. Il lui avait seulement murmuré quelques mots qu'elle n'avait pas compris et la seule chose qui restait désormais dans sa petite tête était  le timbre de voix du jeune garçon ; un timbre si doux et calme, qui inspirait confiance. Après quelques minutes sans conscience et en regardant les choses d'un regard tellement enfantin que Céoda parvint à s'endormir. Elle appréciait la douceur de la fourrure de cerf, presque aussi douce que sa peau elle-même. La nuit se promettait d'être plutôt agréable si elle y survivait...

Le lendemain matin, Céoda ouvrit les yeux et eut un sentiment de déjà vu. Tout était désormais bizarre, ce n'était plus aussi noir et les bruits avaient changé. Désormais, on voyait très bien ce qu'il se passait autour de nous. La nouvelle-née eut directement le reflex de regarder le ciel pour voir les petites lumières blanches. Elles aussi avaient disparues ! Le bébé était complètement paniquée et elle regardait dans tous les sens autour d'elle. Elle ne reconnaissait que le lieu mais pas la couleur des éléments qui l'entouraient, ni même leurs formes d'ailleurs. Le petit bébé était complètement perdu face à ces changements soudain et la seule chose qui lui vint à l'esprit pour se rassurer était les larmes. Céoda se mit à pleurer de toutes ses forces, hurlant à travers la cime des arbres. Les animaux présents aux alentours fuirent tous, se demandant ce qu'il se passait. Avec la présence permanente du Mal et de ses sujets, les habitants de la forêt étaient devenus plus méfiants mais aussi parfois plus agressifs, aussi bien les hommes que les animaux. Ils se méfiaient de tout et ne faisaient confiance à personne.
Les larmes de Céoda cessèrent quand cette dernière entendit des drôles de vibrations aux alentours. Ceci était en réalité nullement un animal mais bel et bien des êtres humains. Ces derniers étaient des paysans venus proposés de vendre leur farine au Roi. Pour cela, ils avaient disposé leurs paquets sur une grande charrette tiré par un vieux cheval de robe bai. La première chose que Céoda entendit fut la lourde respiration de l'animal, épuisé par la corvée de tirer les lourds sacs ainsi que ses maîtres. Puis la petite fille entendit ensuite des voix, puis des pas qui se rapprochaient d'elle et soudain des mains qui la saisirent doucement, d'un geste direct et calme. Elle regardait en face d'elle, au dessus de sa tête se tenait une grande tête de forme ovale, dotée d'une pilosité forte aux niveaux des joues mais aussi de grands yeux bleus brillants, inspirant de la confiance. Cet homme était en réalité le père de famille des paysans, il dirigeait les opérations et allait lui-même négocier avec le roi Beorn pour lui vendre ses produits. C'était un homme bon aux sens des affaires et dès qu'il avait repéré le bébé, il n'avait pu s'empêcher de s'arrêter et de prévenir sa femme, qui fut évidemment immédiatement d'accord pour le récupérer. Ils embarquèrent donc Céoda, qui ne comprenait rien à ce qu'il se passait mais qui était tout de même ravie d'être recueillie par des gens si gentils, et ces derniers la conduire jusqu'au cœur de la Forêt, royaume de Beorn et de Grimbeorn, souverains des Changeurs de peau.

____________________


La petite fille resta calme durant tout le trajet. Elle sentait les pas du cheval résonner dans sa tête et tous les bruits qui l'entouraient entrer dans ses oreilles. Elle avait une façon étonnante de communiquer avec la nature.
La petite charrette avança encore pendant une bonne heure jusqu'à ce que le père de famille arrête le vieux cheval au milieu d'une foule quelque peu bruyante. Céoda n'avait jamais entendu autant de bruits de sa vie et malgré qu'elle soit encore un nourrisson, la jeune fille ne supportait pas ce vacarme. La petite famille descendit de la charrette de fortune et Céoda fut cette fois prise dans les bras par une femme blonde aux yeux calmes qui devait surement être la mère de famille. Cette dernière la berça plusieurs minutes sous l'oeil attendrit des enfants, pendant que son mari semblait discuter avec un marchant. Le vieil homme à longue barbe blanche, très grand et costaud, avait négocier avec le paysan la vente des légumes étant disposés sur sa charrette. Le père de famille fit descendre le chargement, ce qui allégea considérablement la charrette et donna l’occasion au vieux cheval de se détendre un peu. Le vieillard récupéra ensuite les sacs, glissant une somme d'argent qui semblait satisfaisante dans les mains du père.
Une fois que leurs affaires furent faites, la petite famille continua son chemin. Ils se dirigeaient vers la route royale, et bien que Céoda ne s'en doutait absolument pas, elle allait rencontrer une personne très importante de son royaume et faire une rencontre que beaucoup auraient aimé faire à sa place. La grande maison en pierre qui siégeait au cœur de la forêt était la demeure de Beorn, ainsi que de son fils Grimbeorn, les deux grands souverains du peuple des Beornides. La loi voulait dans le royaume que quand quiconque trouvait un enfant (ou une autre personne) au sein des terres, il le ramène immédiatement devant le roi. La bâtisse était certainement la plus belle de tout le pays ; des arbres hauts et des pierres en forme d'ours et de divers ancêtres de la lignée royale l'entourait, elle était bordée par de sublimes massifs de fleurs et des gardes en armure étaient postés à toutes les entrées. Quand on la regardait de loin, celle-ci avait une image repoussante, digne du palais d'un tyran qui ne pensait qu'à l'argent et aux pierres précieuses, et qui n'était nullement la personne de Beorn, un homme bon et sage, entièrement dévoué à son peuple.
Les paysans durent seulement annoncer la raison de leur venue pour que le garde aux cheveux ébènes positionné devant la porte les laisse entrer. Les rênes agissaient comme des fouets sur le dos du cheval, mais celui-ci ne semblait nullement avoir mal et continuait d'avancer à travers les rues qui cette fois ci étaient faite de pavés. On était désormais dans l'enceinte et la grande demeure était visible au loin. La petite famille laissèrent leur charrette ainsi que leur vieil équidé à l'étable puis ils prirent ensuite la petite fille et allèrent voir le roi Beorn.
Ce dernier était déjà dans la salle du Trône. Il les attendait. La famille royale était très organisée et aussitôt que des visiteurs venaient à eux, le roi en était immédiatement informé. Il les reçu avec respect. Son fils Grimbeorn était installé à côté de lui et une fois que son père eu Céoda dans les bras, il s'approcha avec attention. La petite famille fut surprise par les gestes de Grimbeorn. Ce dernier semblait écouter le cœur de la petite fille et il marmonna dans sa barbe des phrases que pas même son fils ne put entendre ni comprendre. Il fit seulement signe aux paysans de se retirer avec elle et il leur confia l'enfant pour les années à venir, avait-il dit, jusqu'à sa maturité. Mais ce qu'il ne leur avait pas dévoilé, c'était que Céoda n'était pas une simple Béornide, il l'avait senti à travers la chaleur de son corps et les battements puissants de son cœur ; elle était beaucoup plus forte que eux tous.. Elle était une changeuse de peau. Le roi fit comprendre à toute sa cour qu'une nouvelle héritière de son espèce avait vu le jour en murmurant ces quelques mots.

« Elle est l'héritière de mon espèce. »

Il n'avait rien dit aux paysans, par crainte qu'il abandonne la petite fille. Les changeurs de peau étaient plutôt rares dans le peuple des Beornides, car les trois quarts de la population étaient de simples paysans ou bien des gens qui n'avaient aucune caractéristiques bestiales ni aucune capacité à se changer en ours. Les changeurs de peau étaient réputés comme des personnages agressifs et imprévisibles, beaucoup de gens ordinaux les craignaient et ne voulaient avoir aucun contact direct avec eux. Beorn avait caché l'identité de Céoda uniquement pour sa sécurité, car les orcs qui rôdaient ou de mauvaises personnes ici-même au sein du château, n'auraient hésité à s'en prendre à la petite fille si ils savaient qui elle était vraiment. Céoda était effectivement l'une des rares personnes à posséder ce don.




La jeunesse de la petite fille se passa de façon assez banale. Elle apprit à se servir d'un arc et d'une épée. On ne peut pas dire qu'elle fut la meilleure là dedans mais elle connaissait tout de même les bases et s'en sortait. Elle n'a jamais posé de questions à sa famille adoptive sur ses origines, Céoda sait seulement qu'elle a été recueillie aux abords d'une route. Elle ne savait rien non plus sur son sang de changeuse de peau qu'elle avait hérité de sa mère. D'ailleurs, comment aurait-elle peut connaître la vérité avant son seizième anniversaire ? Vu que sa famille adoptive ne savait même pas qui elle était vraiment.. ils l'aimaient pour l'humaine qu'elle était, et non pour sa moitié ours.
Les seize ans de Céoda approchèrent vite, peut-être même trop vite d'ailleurs... le jour de son anniversaire, la jeune fille se sentit à la fois mal mais étrangement plus forte. Comme-ci on lui avait injecté une quelconque drogue qui doublerait ses forces. Céoda ne savait ce qu'il l'attendait, et elle ne pensait pas du tout à cela. Elle avait eu la connaissance des changeurs de peau durant ses plus jeunes années et ses parents adoptifs lui avaient fait la morale sur ces gens, comme quoi ils étaient imprévisibles et dangereux. Céoda n'eut aucun mal et y croire et aujourd'hui, elle craint autant les changeurs de peau que les humains eux-mêmes. Mais lorsqu'elle connut sa nature, toutes ces craintes disparurent comme par magie et elle se rendit compte qu'elle devait accepter la bête et peut-être même qu'elle pourrait la contrôler.
Sa première métamorphose eut lieu comme prévu aux dernières lueurs du soleil le jour de ses seize ans. Heureusement, la maison ne fut pas envahi par un grand ours, car les instincts animales qui se développaient en Céoda firent qu'elle quitta immédiatement la maison pour aller se réfugier dans la forêt avant que les premiers signes de sa transformation n'apparaissent. La jeune fille se métamorphosa quelques heures plus tard en un immense ours brun. Elle ne connaissait même pas son apparence mais se rappelait de tout au petit matin, elle ne savait ce qui s'était passé, mais ce qu'elle avait comprit, c'est qu'elle faisait parti de cette espèce rare qu'étaient les changeurs de peau.

Le matin arrivé, après plusieurs heures à être postée devant son royaume et avoir senti une mission de protection en elle, Céoda rentra chez sa famille adoptive comme si de rien n'était. Ces derniers n'étaient pas réveillés, l'absence de la jeune fille pendant la nuit passa alors plus facilement inaperçue. Mais les jours suivants, son caractère changea petit à petit au jour le jour. Elle devint quelque peu plus agressive, s'énervant à la moindre contrariété mais aussi très imprévisible et souvent fatiguée. Céoda avait peur que la bête prenne le dessus sur elle, car oui, la jeune fille avait également la capacité de se transformer quand elle le voulait, c'est pour cela qu'elle devait à tout prix savoir contrôler son instinct animal, plus particulièrement en présence de ses proches. Mais ces mensonges ne pouvaient durer éternellement.. en fait, ils vivaient en quelque sorte avec une inconnue, les deux paysans et leurs enfants ne connaissaient presque rien de la jeune fille, mis à part son prénom brodé sur la couverture dans laquelle elle était emmitouflée la nuit où il l'avait recueillie. Mais sinon, son passé, ses origines et même son présent étaient un réel mystère. Les parents adoptifs n'avaient pratiquement jamais cherché à en savoir plus, trouvant que la vie de Céoda avait déjà assez mal commencé comme cela.
La jeune fille résista plusieurs mois, mais un jour, elle n'en pu plus et décida de quitter le logis familial pour quelques jours, sous prétexte qu'elle allait retrouver des amis dans la forêt. Elle avait en réalité l'intention de se rendre au palais du roi Beorn, qui était lui même un changeur de peau. Certes il était le roi, et elle n'était qu'une paysanne, mais malgré qu'il soit craint, le souverain avait une réputation d'homme bienveillant envers son peuple, c'est pour cela que la jeune fille pensa qu'elle pourrait trouver de l'aide mais aussi de réconfort auprès de lui. La maison royale ne se situait qu'à quelque lieu de la petite ferme de la famille adoptive de Céoda, la jeune fille n'eut à marcher que quelques heures avant de la trouver. Etrangement, une fois arrivée devant la grande bâtisse, qui n'avait nullement changer depuis sa première venue lorsqu'elle était encore nouvelle-née, Céoda eut une impression de déjà vu. Elle ne se souvenait de sa rencontre avec le roi Beorn, mais par contraste, le souverain lui-même s'en souvenait très bien. Cette petite changeuse de peau toute frêle.. il savait pertinemment qu'un jour elle se remanifesterait à sa porte pour une raison ou une autre. Il avait pensé à la transformation.. bien sûr, pourquoi ce serait un autre motif ? Après tout, elle ne pouvait parler de ce don comme cela à une famille, les changeurs de peau étant respecté mais également très craints, elle n'avait certainement pas envie de se mettre les personnes qui l'avaient recueillie à dos. C'était tout à fait normal, Beorn le comprenait et il allait sans problème l'aider une fois qu'elle viendrait à lui. Mais l'attente ne fut pas longue, le jour était arrivé.

_______________________________________________


Une fois autorisée à entrer à l'intérieur du palais royal, Céoda entra dans la salle du Trône. Ces décors luxueux impressionnaient la jeune fille, cette dernière n'ayant seulement pour habitude que de vivre dans la modeste maison de ses parents adoptifs. Plusieurs personnes étaient présentes, mais les deux qui attirèrent tout de suite le regard timide de Céoda furent le roi Beorn, mais aussi son fils Grimbeorn qui se tenait à ses côtés. Tous deux étaient juchés sur deux immenses trônes et leurs regards étaient portés sur la nouvelle venue. Céoda fut ensuite inviter à s'annoncer et elle se positionna devant les deux trônes, s'inclinant respectueusement. Bien qu'elle ne ressemblait à la petite fille qu'il avait vu des années auparavant, le Roi Beorn sut tout de suite que c'était elle, une sorte d'intuition le traversa soudainement au plus profond de lui. Grimbeorn, quant à lui, la salua également, mais ne l'ayant jamais vu auparavant, il était loin de se douter que cette jeune fille puisse être une personne d'une aussi haute importance pour son père. Beorn, jugeant qu'elle était restée inclinée bien trop longtemps pour une personne de son espèce, ordonna à Céoda de se relever. L'ourse s’exécuta immédiatement et n'osant regarder le roi dans les yeux, elle se contentait de laisser filer son regard vers le sol. Le par-terre était recouvert d'un luxueux marbre, orné du blason de la maison de Beorn.
Le roi n'attendit pas longtemps pour prendre la parole. Il parla à la jeune fille comme-ci de rien était, et bien qu'il fut seul avec son fils dans la salle du Trône en ce jour, il voulait que ce dernier ne sache rien. Le souverain se contenta donc d'accueillir Céoda comme une simple visiteuse, il fit comme si il n'était pas au courant de sa venue ni de la raison pour laquelle elle était ici. Alors qu'en réalité, il savait absolument tout.


« Soyez la bienvenue dans mon palais ! Puis-je savoir quel service pourrais-je vous rendre ? »


Céoda n'avait nullement envie de parler au Roi en public. Bien que son fils soit la seule personne présente en plus d'elle et du souverain, Céoda voulait que cette histoire reste entre le roi et elle. La jeune fille n'osait pas trop lui demander une audience privée, mais en l'observant de plus près et en se rappelant sans cesse les rumeurs qui couraient sur lui, Céoda se dit qu'un homme si bon et si gentil ne pourrait refuser de l'aider. Elle allait tout lui expliquer en détails lorsque tous deux seraient seuls en tête à tête.

« La raison pour laquelle je suis ici est en réalité délicate. Je souhaiterais vous demander une audience privée mon roi si cela est possible.. »


Beorn esquissa un sourire et après avoir glissé quelque chose à l'oreille de son fils, il se leva de son Trône et fit signe à la jeune fille de le suivre.


« Je suis tout à vous, mademoiselle ! »


Céoda se releva et sourit au Roi en guise de remerciement. Elle le suivit à travers les couloirs luxueux du château. Le prince Grimbeorn, quant à lui, était resté dans la salle du Trône, son père l'avait chargé d'accueillir les visiteurs suivants, sous prétexte qu'il avait une affaire importante à régler. Céoda fut surprise par la gentillesse et la bonne humeur du Roi, elle l'aimait bien, Beorn semblait être exactement la personne que tout le monde décrivait ; quelqu'un de bon, aimable, .. Céoda était ravie d'être en la compagnie de sa majesté, bien qu'elle ne le montrait pas vraiment car la présence de son roi, elle devait l'avouer, l'intimidait quelque peu. Elle le suivit docilement et une fois qu'ils eurent parcouru pendant quelques minutes des couloirs ornés de tapisserie brodées, tous deux s'arrêtèrent devant une porte. Beorn la poussa et invita la jeune fille à entrer dans la pièce. Le lieu semblait être une sorte de bureau, au fond, était disposée une bibliothèque et en premier plan, on pouvait y apercevoir un petit bureau recouvert de papiers et de cartes diverses représentants les environs et la Terre du Millieu. Céoda trouvait ce lieu très chaleureux et parfait pour une discussion. Ce qui l'étonna, c'était la taille du roi, ce dernier devait faire plus de deux mètres, alors que Céoda n'en faisait que un et trois quart. En tout cas, ce dont elle était sûre, c'était que les clichés que l'on faisait à propos des changeurs de peau étaient totalement faux et qu'ils n'étaient ni méchants, ni de mauvaise humeur. Effectivement, le roi Beorn était peut-être la personne la plus amicale et la plus gentille qu'elle est rencontrée, du moins pour l'instant. Céoda était au milieu de la pièce, quand tout d'un coup la voix du souverain se fit entendre et ce qu'il dit lui glaça le sang, mais surtout la surprit.

« Prends place Céoda, fille de Rumilva. »


La jeune fille se retourna brusquement et regarda le roi avec stupeur lorsqu'elle entendit ses mots. Toutes sortes de questions se bousculèrent à la suite dans sa tête, elle en oublia même sa timidité et cela lui permit d'être directe (tout en restant polie tout de même) avec Beorn.

« Comment connaissez-vous mon nom ?! Et celui de ma mère ? »

Le Roi Beorn lui sourit amicalement mais ne lui répondit pas tout de suite. Il alla d'abord s'asseoir en face d'elle sur l'énorme chaise qui lui servait de Trône de l'autre côté du bureau. Céoda contempla le moindre de ses mouvements, songeuse et encore troublée par ce qu'elle venait d'entendre. Beorn lui non plus d'esquissait pas le moindre mouvement, ses gestes étaient soudain devenus comme lents et mystérieux. Il préparait avec soin sa réponse, pour être sûr que Céoda ne prenne pas mal ce qu'il allait lui dire, ou pire, qu'elle croit qu'il se moque littéralement d'elle.
Après une longue pause à avoir regarder de côté la jeune fille, Beorn prit de nouveau la parole, n'étant pas moins clair.. mais Céoda comprit malgré tout ce qu'il avait voulu dire.


« Je ne connais pas seulement votre nom mon enfant. Je vous connais... »


Céoda fut absolument surprise par ce qu'elle venait d'entendre une fois de plus. Petit à petit, les couches s'enchaînaient et au fur et à mesure que le temps passait, le Roi semblait être de plus en plus proche d'elle. La jeune fille ne savait absolument quoi dire alors elle se contenta une fois de plus de lui demander d'éclairer sa réponse.


« Mais, mais.. comment pourriez-vous me connaître ? Je ne suis de sang noble... »


Le roi sourit et à partir de ce moment, il se mit à lui raconter toute l'histoire en détail. Du jour où il l'avait rencontrée, ou il avait apprit qu'elle avait été trouvé par la famille de paysans, qu'il s'était aperçu qu'elle était une changeuse de peau. Les mots sortirent très vite de la bouche du Roi, prouvant qu'il disait une vérité. Céoda l'écouta attentivement, mais elle fut tout de même bouleversée par l'histoire que lui comptait le souverain. Le roi parlait d'un ton morne, quelque peu effrayant et mystérieux, mais en même temps très rassurant. Céoda fut heureuse et triste à la fois, de savoir que ses parents lui cachaient cette vérité depuis son plus jeune âge et de découvrir qu'elle n'était pas aussi inconnue du Roi qu'elle le pensait. La jeune fille plaça quelques mots pour demander si ses parents étaient au courant qu'elle était une changeuse de peau, mais la réponse du Roi fut négative. Non, Céoda en était sûre, ses parents craignaient plus que tout les changeurs de peau et ils ne les aimaient pas, ils lui avaient fait bien comprendre tout ça. Beorn ne lui cacha pas qu'il voulait garder son existence secrète car elle était l'une des rares personnes à posséder le don de se changer en ours, et que seulement un Beornide sur cent naissait avec cette capacité. La jeune fille fut également impressionnée par tout ce qu'elle apprit sur elle même. Après lui avoir raconté son histoire personnelle, le Roi dériva également sur la vie des changeurs de peau ainsi que leurs habitudes, mais aussi les risques que cela présentait de faire parti de cette race. Etant lui-même l'un d'entre eux, ses conseils étaient précieux, c'est pour cela que Céoda, oubliant toute sa colère et son incompréhension, les écouta attentivement. Elle n'oublia rien et elle lui raconta également les troubles du comportement qu'elle avait eu il y a quelques temps, mais aussi sa première transformation. Beorn lui fut d'une grande utilité est lui expliquant que tout ce qu'elle ressentait était normal, mais qu'elle devrait tout de même un jour en parler à ses parents adoptifs, car ces derniers finiraient bien par tout apprendre, et si c'était le cas, les conséquences pourraient être fatales...
La discussion dura plusieurs heures et avant de la quitter, Beorn proposa à Céoda de rester au château quelques temps, pour s'habituer et apprendre à contrôler son don. Chose qu'elle accepta, mais elle n'en oubliait tout de même pas les paysans qui avaient tant fait pour elle durant ses jeunes années, même si elle était désormais persuadée que sa place était ici, au côté du Roi Beorn et de sa cour. La nouvelle de l'installation de Céoda au château fut finalement annoncée par la jeune fille elle-même. Elle se rendit à la maison de ses parents adoptifs et prit toutes ses affaires, quittant le domicile familial pour toujours. La réaction de sa mère et de son père fut moins pire qu'elle ne l'imaginait. Ces derniers avaient un goût amer dans la bouche au sujet des cachoteries que leur avait fait leur fille mais lorsqu'ils la virent s'éloigner seule sur leur vieux cheval de trait avec ses bagages à travers le sentier en terre battue qui menait au palais de Beorn, la petite famille ne put retenir ses larmes.
Actuellement, Céoda occupe un poste de proche conseillère mais aussi de « gardienne personnelle » du Roi Beorn. La jeune fille se ravit de cette nouvelle fonction et elle doit avouer que vivre avec des gens de son espèce, c'est encore mieux. Elle a apprit à contrôler ses pulsions animales bien que son comportement reste tout de même parfois imprévisible.
Avec l'ombre qui grandit au sein du pays du Val d'Anduin, Céoda aura un rôle d'autant plus important dans l'histoire de la Terre du Milieu, mais aussi dans le règne de Beorn...

   ¤ Caractère:

Comme tout changeur de peau, Céoda a un caractère plutôt particulier. En effet, elle est capable de passer d'un état à un autre en quelques secondes. On peut aussi bien la trouver toute calme, et puis quelques minutes après, enragée. Mais au delà de ces sautes d'humeur, c'est plutôt une gentille personne qui ne pense qu'à faire le bien autour d'elle. La jeune est très sensible à la misère des autres personnes et prête à tout pour les aider. Elle ne supporte pas que l'on s'attaque à son peuple et encore moins à ses proches. Lorsqu'elle est sous sa forme humaine, Céoda montre les caractéristiques d'une gentille jeune fille, elle ferait peut-être même presque innocente. Mais derrière cela se cache également une guerrière à la forte corpulence qui sait manier les armes. Céoda n'est pas du genre à hésiter, et malgré qu'elle puisse sembler timide, il ne faut pas la sous-estimer. La jeune fille est également très intelligente et surtout courageuse. Capable de donner sa vie pour sauver quelqu'un, le danger ne lui fait pas peur et lorsque quelqu'un la dérange, elle n'hésite pas une seconde à l'éliminer (en particulier lorsqu'il s'agit d'une personne étant du côté de Sauron ou de ses alliés).
Sous sa forme d'ours, le caractère de Céoda change du tout au tout. Elle devient très imprévisible et capable de tuer quiconque s'oppose à elle sans réfléchir. Elle est réellement une créature dont il faut se méfier, bien qu'elle ne soit pas aussi agressive que certains de ses congénères. La protection de son territoire est une chose très importante pour Céoda, c'est pour cela qu'elle ne laisse personne y pénétrer sans son autorisation. Elle est également très méfiante sous sa forme d'ours et examine avec attention tout se qui se passe devant son nez. Malgré ses changements de comportement, Céoda reste tout de même une ourse très courageuse, gardant de ce côté son caractère d'humaine.

   ¤ Physique:

Au niveau de son physique, sous sa forme humaine, Céoda a plutôt l'apparence ordinaire d'une Béornide. Bien qu'elle soit plutôt petite (1m68), elle en garde tout de même les caractéristiques principaux de sa race. Ses cheveux sont volumineux et très bruns, ses yeux de couleur verte, sa peau est pâle et ses traits affichent un brin de sévérité tout en restant doux. Ses lèvres sont roses et ressortent bien, ce qui harmonise le reste de son visage. Céoda est souvent vêtue simplement avec une tenue de cuir. Elle porte constamment un petit foulard rouge/orange autour de son cou, qui lui a été offert par sa mère adoptive le jour de son départ du domicile familiale pour rejoindre le palais de Béorn. La démarche de Céoda est très élégante, et d'ailleurs, malgré qu'elle ne soit pas issue du peuple le plus "chic" de la Terre du Milieu, Céoda garde tout de même un côté féminin qui ne manque pas de séduire.
Sous son apparence d'ourse, Céoda est de couleur noir. Ses yeux restent de grandes perles vertes, et contrairement à certains de ses congénères, son regard n'inspire pas totalement la crainte. Elle semble posée et réfléchie, bien que comme le dit son caractère, elle soit tout de même imprévisible et sans pitié. Elle est une ourse beaucoup plus grande que la moyenne et mesure environ 5 mètres de hauteur (caractéristique des changeurs de peau). Une des caractéristiques permettant de reconnaître Céoda est sa griffe cassée sur sa patte arrière gauche, souvenir d'un combat passé.

   ¤ Parentée et personnes proches: Le roi Beorn, ses parents adoptifs..


   ¤ Avez-vous lu les règles?:
   ¤ Motivation: Bonne
   ¤ Votre âge: 15 ans
   ¤ Depuis combien de temps faites vous du RP?: 1 an
   ¤ Comment avez-vous découvert notre forum?: Internet
   ¤ Sur quels autres forums êtes vous (sans donnez de liens)?: Aucun
   ¤ Faites-vous du graphisme?: Oui
   ¤ Hobbies: Equitation, lecture, dessin
   ¤ Livres de J.R.R. Tolkien lus: SDA
   ¤ Comment trouvez vous l'aspect général du forum ? : Cool


Dernière édition par Euron Oeil de Choucas le Dim 6 Juil - 10:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céoda, l'Ourse Brune (EN COURS)   Ven 18 Avr - 22:07

Fini, en attente de validation Wink
Revenir en haut Aller en bas
Thalion

avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 24/02/2013
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 544
▌ROYAUME : Umbar
▌VOTRE RANG : Proxénète de renom
▌COMPETENCES : Te trouer le cul avant même que tu te penches.
▌CITATION : Pour la mort et la gloire. La beuh un peu aussi.

Feuille de route
Argent: 1,050 Cs
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Céoda, l'Ourse Brune (EN COURS)   Dim 20 Avr - 20:18

Validé Lieutenant, 246 lignes de rab.



------------------------------------------------------------------------------------------
Eu sunt Dracul


OSCAR DE JUIN 2014:

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Robinund
¤ Garde du Rohan ¤ Déchu d'Enedwaith ¤
¤ Garde du Rohan ¤ Déchu d'Enedwaith ¤
avatar

Masculin
▌INSCRIT LE : 12/08/2011
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 7864
▌ROYAUME : Là où il y a de l'or.
▌VOTRE RANG : Divinité Suprême.
▌COMPETENCES : Flemmard et Banquier !
▌CITATION : Cours ! Cours !

Feuille de route
Argent: 2.500 PO's
Équipement et Montures:
Armées sous les drapeaux ::

MessageSujet: Re: Céoda, l'Ourse Brune (EN COURS)   Mar 22 Avr - 13:34

Je déplace.





ETAIT:
 


Signas de BG's:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Céoda, l'Ourse Brune (EN COURS)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Céoda, l'Ourse Brune (EN COURS)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Dagor Dagorath : l'Âge des Héros :: [Avant d'entrer en Terre du Milieu] :: FICHES VALIDEES-
Sauter vers: